background preloader

Economie de la mer

Facebook Twitter

A Marseille, les dessous bien peu reluisants du nouveau tourisme portuaire - Basta ! Cet article a initialement été publié dans le journal CQFD. Il y a soixante ans, on y débarquait fruits et légumes en provenance du bout du monde. Agrumes, bananes ou fèves de cacao s’entassaient brièvement sur le môle Léon Gourret, avant de partir pour les primeurs et marchés de toute la France. Depuis, les bateaux ont changé, les cargos cédant la place à d’énormes navires de croisière. Et leurs entrailles vomissent désormais de nouvelles marchandises : touristes américains, pékins japonais, excursionnistes italiens ou vacanciers français.

De l’« artisanat » à l’usine à touristes Il a fallu vingt ans pour transformer la ville en escale privilégiée. Le bougre a du flair. Une obsession : changer l’image de la ville Mais une usine n’est rentable que si elle est convenablement alimentée en matière première. Circuits touristiques verrouillés Il en va ici comme dans le reste de la ville : deux mondes se croisent, mais ne se parlent pas. Des retombées économiques chimériques L’argent ? Les enjeux maritimes du monde et de la France. Les enjeux maritimes du monde et de la France. Les enjeux maritimes du monde et de la France. Île de Tromelin : «La République ne peut pas brader ainsi sa souveraineté !» FIGAROVOX/TRIBUNE - Sur fond de différend entre la France et l'Île Maurice, la cogestion administrative de cette île doit être votée par l'Assemblée nationale. Pour le député Philippe Folliot et l'écrivain Irène Frain, ceci marque le début du démantèlement de notre domaine maritime.

Philippe Folliot est député du Tarn et co-auteur de France-sur-Mer: un empire oublié (éd. du Rocher, 2009).Irène Frain est écrivain, auteur notamment de Les Naufragés de l'île de Tromelin (éd. Michel Lafon, 2010). Jusqu'où la France peut-elle se rabaisser? Un pays a-t-il le droit de douter à ce point de lui-même pour qu'il en arrive à brader sa souveraineté? Par un vote qui aura lieu le 18 janvier à l'Assemblée nationale, la France s'apprête à céder de fait, et sans contrepartie, une part de notre territoire national, l'île de Tromelin et son considérable domaine maritime. Mais dans les faits, il génère un potentiel économique exceptionnel, 280 000 km² de Zone Economique Exclusive.

Premiers pas vers une « économie bleue », par Dan Laffoley (Le Monde diplomatique, novembre 2015) Face à la dégradation de l’écosystème des océans, qui recouvrent plus de 70 % de la surface de la planète, les aires marines protégées (AMP) représentent l’un des meilleurs outils d’équilibre et de résilience. Une AMP est une zone où s’appliquent un ensemble de mesures destinées à protéger, gérer et rétablir la santé des espaces maritimes. En d’autres termes, il s’agit de préserver la qualité et la diversité des écosystèmes, des habitats et des espèces, leurs fonctions essentielles, ou tout simplement la beauté du monde marin. Le concept d’AMP a été généralisé par la Convention sur la diversité biologique (CDB), signée à Rio de Janeiro en 1992 (lire « Cinq mille aires marines protégées dans le monde »). Les AMP séduisent de plus en plus de pays — en 2015, on en compte plus de 5 000 dans le monde —, car, lorsqu’elles sont efficacement administrées, elles se révèlent bénéfiques aux écosystèmes.

Les études scientifiques démontrant l’efficacité des AMP se multiplient. La France, puissance maritime qui s’ignore. Texte publié dans La Revue internationale et stratégique N°95 (IRIS) – Télécharger la version pdf de ce dossier La France dispose du deuxième territoire maritime du monde. «Les larmes de nos souverains ont le goût salé de la mer qu’ils ont ignorée ». Cette phrase de Richelieu porte toujours : le gouvernement de François Hollande méprise ce potentiel de notre pays. La mer est pourtant le nouvel horizon de l’humanité. Elle est aussi un bien commun essentiel gravement menacé. Et la France ? La mer est d’abord un espace plus méconnu que la surface de Mars ! L’entrée en mer a commencé N’en parlons pas au futur. Et pourtant la mer nous fait vivre déjà un bouleversement inouï. La mer est indispensable à l’écosystème qui rend possible la vie humaine. La menace du productivisme Ce n’est sans doute qu’un début.

La mer, au cœur des tensions politiques et géopolitiques La mer est à l’origine de tensions géopolitiques. La menace de la privatisation Parfois la mer est là en politique. La France, puissance maritime qui s’ignore - Par J.-L. Mélenchon. >> Télécharger la version pdf de ce dossier La France dispose du deuxième territoire maritime du monde. «Les larmes de nos souverains ont le goût salé de la mer qu’ils ont ignorée ». Cette phrase de Richelieu porte toujours : le gouvernement de François Hollande méprise ce potentiel de notre pays.

La mer est pourtant le nouvel horizon de l’humanité. Elle est aussi un bien commun essentiel gravement menacé. La mer, nouvelle frontière de l’humanité La mer est d’abord un espace plus méconnu que la surface de Mars ! L’entrée en mer a commencé N’en parlons pas au futur. Et pourtant la mer nous fait vivre déjà un bouleversement inouï. La mer, un bien commun menacé La mer est indispensable à l’écosystème qui rend possible la vie humaine. La menace du productivisme Ce n’est sans doute qu’un début. La mer, au cœur des tensions politiques et géopolitiques La mer est à l’origine de tensions géopolitiques. La menace de la privatisation Faire entrer la politique en mer Parfois la mer est là en politique. Avant de faire entrer la mer en politique. Écrire, c'est choisir. Sauf à être interminable, comment raconter assez brièvement ce qui vaut la peine de l'être à propos de mes trois escales cette semaine à Saint-Malo, Nice puis Toulon ?

Il le faut pourtant, car on ne doit jamais perdre de vue combien notre action est d'abord ancrée dans ces moments collectifs. Ils mettent en mouvement tant de monde pour les préparer, les tenir et enfin les prolonger ! Cette activité-là est la chair même de ce que nous sommes. Chemin faisant, on peut aussi faire provision de leçon de choses et de méthode. Ici je viens à fond sur le thème de « l’économie de la mer » qui est dorénavant le point d’entrée concret du projet de relance de l’activité dans le modèle écosocialiste que nous voulons construire en France. A cet endroit du post je fais souvent une petite revue d’actualité. La seule chose qui m’a amusé comme analyste politique aura été de voir les commentateurs baver d’envie et de surprise feinte devant la montée en puissance de la Chine.

Assises écosocialistes pour la mer. Toulon Ce billet a été lu 3 798 fois. Ce weekend avaient lieu à Toulon les premières Assises écosocialistes pour la Mer. Retrouvez ici l'ensemble des interventions. Introduction de Corinne MOREL-DARLEUX, conseillère régionale Rhône-Alpes, secrétaire nationale du Parti de Gauche à l'Ecosocialisme Cette vidéo a été consultée 1 949 fois Première table ronde : La mer, nouvel horizon humain, scientifique et technique Cette vidéo a été consultée 1 672 fois Avec la participation de : Isabelle AUTISSIER, présidente du WWF-FranceElise BALLET, océanographeEric COQUEREL, secrétaire national du Parti de GaucheHervé LE DEIT, chimiste, spécialiste des biotechnologies marinesNicolas MAYER, animateur de la commission Mer du Parti de Gauche Intervention de Younous OMARJEE, député européen (Alliance des Outre-Mers, GUE-NGL) Cette vidéo a été consultée 624 fois Deuxième table ronde : Transport maritime et relance portuaire Cette vidéo a été consultée 676 fois Avec la participation de: