background preloader

Economie - Brésil

Facebook Twitter

Brésil : une économie en lente déliquescence. LE MONDE ECONOMIE | | Par Claire Gatinois (Sao Paulo, correspondante) A la caisse du supermarché Pão de Açucar, dans le centre de Sao Paulo, Ana Godoy ronchonne : « Pour la même somme, mon panier est à chaque fois plus petit ! » Depuis des mois, la jeune femme de 37 ans, salariée pour 4 000 reais par mois (972 euros), observe, résignée, les prix du quotidien s’envoler et son pouvoir d’achat s’atrophier. Mercredi 9 décembre, l’institut brésilien de géographie et de statistiques a confirmé son ressenti. L’inflation a atteint en novembre son plus haut niveau sur douze mois depuis 2003, à 10,48 %.

Le Brésil traverse une crise à la fois économique, budgétaire, politique et éthique. Un pays en « soins intensifs » Un pays aux urgences en « soins intensifs », selon The Financial Times. Le Brésil entre en récession. Le Brésil, septième économie mondiale, est officiellement entré en récession. Il s'agit d'une douche froide pour la présidente Dilma Rousseff dont la réélection en octobre est déjà menacée. Selon les données officielles publiées vendredi 29 août, le produit intérieur brut (PIB) du géant émergent d'Amérique latine a reculé de 0,6 % au deuxième trimestre par rapport au premier. L'Institut brésilien de géographie et des statistiques (IBGE) a aussi revu en baisse la performance du premier trimestre, de + 0,2 % à - 0,2 %. La première économie du continent vient ainsi d'enregistrer deux trimestres consécutifs de recul, synonymes de récession. Dans un contexte atone de consommation des ménages (+ 0,3 %), l'activité industrielle du Brésil a en effet reculé de 1,5 % au deuxième trimestre, tandis que celle lié au commerce chutait de 2,2 % et celle des services, de 0,5 %.

Lire : Au Brésil, la challengeuse Marina Silva inquiète Dilma Rousseff. Brésil: inflation à plus de 7%, bien au-dessus du plafond officiel. L'inflation au Brésil a grimpé de 1,24% en janvier, le taux le plus élevé depuis février 2003, et s'établit à 7,14% sur douze mois, bien au-dessus du plafond de tolérance fixé par les autorités, indique vendredi l'Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE). En décembre, l'inflation avait progressé de 0,78% .

L'objectif officiel est de 4,5% par an, avec une marge de tolérance de deux points mais l'inflation a largement dépassé ce taux au cours des dernières années. En 2014, elle a atteint 6,41% légèrement inférieure au plafond mais le taux le plus élevé depuis 2011 et en 2013 5,91%. Selon l'IBGE, les aliments et les boissons (+1,48% de hausse), le logement (+2,42%) et les transports (+1,83%) "ont été les responsables de 85% du taux de janvier".

Le marché table sur une hausse des prix au consommateur de 7% en 2015 et une croissance du PIB proche de zéro, comme en 2014. Pourquoi Rousseff fait peur aux marchés financiers. INFOGRAPHIE - À la veille de l'élection présidentielle, le géant sud-américain est miné par des problèmes économiques strucutrels. Pour assurer sa réélection à la tête du Brésil, la candidate du PT, Dilma Rousseff, ne peut pas s'enorgueillir de son bilan économique. Alors que le Brésil a connu en début d'année un épisode de récession, que le gouvernement ne cesse de revoir à la baisse ses prévisions de croissance et bataille avec l'inflation, Brasilia ne table plus que sur 0,7 % de hausse de PIB en 2014, 0,3 % pour l'OCDE. C'est encore moins que la France! Si la mauvaise performance du Brésil tient à des facteurs temporaires - l'incertitude liée à l'élection et l'effet Coupe du monde qui a engendré de nombreux jours chômés -, cela reste très en deçà de son potentiel.

Très loin des autres grands émergents du club des Brics, notamment de l'Inde, qui devrait enregistrer cette année une hausse du PIB de 5,7 %. Le principal handicap du Brésil, c'est le coût de son économie. Brésil: l'encombrant ami chinois. La réduction depuis le milieu des années 80 de l'influence américaine en Amérique latine a ouvert de nouvelles perspectives à de nombreux pays, y compris la Chine. En l'espace de deux décennies, elle s'est imposée comme le partenaire incontournable du Brésil, du Venezuela ou encore de l'Equateur. Avec, à chaque fois, des déconvenues notables des deux côtés.

Datant de plus de 50 ans, les liens entre la Chine et le Brésil n'ont débouché sur une intensification des échanges commerciaux qu'au début des années 90 lorsque les idéologies des deux pays ont commencé à converger. Un ami incontournable L'ouverture progressive de la Chine à l'économie de marché s'est notamment traduite par une hausse du commerce avec le Brésil et même un boom à partir de 2004 suite à la visite du président Hu Jintao. Délaissé par Washington, l'ancien pré-carré qu'était l'Amérique latine est devenu la nouvelle terre de mission de Pékin. Un pays difficile à appréhender Bien mal leur en a pris. Ce ne sera pas facile. Le Brésil entre en récession.