background preloader

Pages Web

Facebook Twitter

Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Hubert Bancaud : « Je veux aller aux JMJ à Madrid par le chemin de Saint-Jacques » « Je n'aime pas marcher !

Hubert Bancaud : « Je veux aller aux JMJ à Madrid par le chemin de Saint-Jacques »

S'il n'y avait que la marche, je ne serais pas sur le chemin... Le plus dur, ce sont les trois premiers jours : les épaules, le dos, les jambes qui font mal, les ampoules... On se demande ce qu'on fait là. Le pèlerin part toujours avec un sac à dos trop lourd. Le mien faisait 19 kg ! Alors, on fait des petits paquets que l'on envoie chez soi par La Poste. Un groupe de pèlerins a marché sur le camino francés jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle. Compostelle : la famille Tavernier a roulé en vélo triporteur sur la voie de Vézelay.

« Le Pèlerinage, c’est nul, y’a rien !

Compostelle : la famille Tavernier a roulé en vélo triporteur sur la voie de Vézelay

». Dixit Sébastien, sept ans. Difficile, pour notre aîné cette première expérience du dépouillement. Partis de Paris lundi 23 mai par l’un des rares trains adaptés au transport du vélo triporteur, c’est, sur la voie de Vézelay (Yonne), de la gare de Clamecy (Nièvre) précisément, que nous avons en famille, pourtant débuté avec enthousiasme la route de Compostelle avec nos trois enfants âgés de 3 ans (Camille), 5 ans (Héloïse) et 7 ans (Sébastien).

Seul le doudou de Camille, la cadette, lui a été concédé. L'hospitalité : entre méfiance et bienveillance Concrètement, en pédalant de Clamecy vers Bourges, le dépouillement, c’était aussi ne pas toujours savoir où nous allions dormir le soir ; ni croiser aucune vie humaine entre deux étape ! Cette vulnérabilité choisie nous a fait savourer la bienveillance d’un accueil gratuit. Les Bouquay sont revenus à pied de Compostelle. Le 25 juillet 2000.

Les Bouquay sont revenus à pied de Compostelle

Au terme d'une longue marche de deux mois entamée au Puy-en Velay, Marie-Annick et Pierre Bouquay pénètrent, avec des milliers d'autres pèlerins, dans la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne). Le couple, un kinésithérapeute et une enseignante à la retraite âgés d'une soixantaine d'années, récemment éprouvés par la mort de leur fils aîné, a préparé son départ de longue date. « Une telle coupure n'était envisageable qu'une fois libérés de nos activités professionnelles et de l'éducation de nos quatre enfants », expliquent les Bouquay dans le jardin de la maison familiale à Vitré (Ille-et-Vilaine). Le Compostelle d'Alix de Saint-André. Pèlerin.

Le Compostelle d'Alix de Saint-André

Alix de Saint-André, vous aimez la fête, vous allez en reportage partout dans le monde, vous baignez dans le monde littéraire et médiatique…. Et vous êtes partie pour Compostelle. Alix de Saint-André : trois fois, oui... Et j'irai sans doute encore cette année. Le chemin, on y retourne toujours ! Il a fallu prendre la route par trois fois ! ► Vidéo. Et vous sentez qu’il faut « lâcher prise » ?

Est-ce un chemin qui mène aussi à soi ? Olivier Lemire, pèlerin malgré lui. Pèlerin.

Olivier Lemire, pèlerin malgré lui

Vous vous définissez comme « celui qui marche ». Comment vous est venu cet attrait pour la randonnée ? O. L. : Olivier Lemire. La marche, c’est une longue histoire de famille ! Le chemin de Compostelle de Jean-Christophe Rufin. Pèlerin.

Le chemin de Compostelle de Jean-Christophe Rufin

Le livre que vous venez de publier a pour titre Immortelle randonnée et pour sous-titre Compostelle malgré moi (Ed. Guérin). Cela mérite une explication… Jean-Christophe Rufin. Ce titre fait allusion à mon statut d'« immortel » : tout académicien que je suis, j'ai marché pendant un mois, porté ma mochila (sac à dos), couché sous ma tente et mangé des bocadillos (sandwichs)... Mais j'ai également souhaité évoquer le caractère particulier d'un voyage vers Compostelle, qui est de l'ordre de l'Éternel.

Quant au sous-titre, il donne le ton : celui de la dérision que j'entretiens par rapport à moi-même. Et je me suis retrouvé à marcher, chemineau parmi tant d'autres... un peu malgré moi, il faut l'avouer. Compostelle répond à une quête intérieure. Pèlerin.

Compostelle répond à une quête intérieure

Saint-Jacques-de-Compostelle est l’un des trois grands pèlerinages chrétiens. Qu’est-ce qui fait son originalité ? Adeline Rucquoi. C'est le chemin qui fait le pèlerinage de Saint-Jacques, non la destination. Alors que les pèlerins se rendent à Rome ou à Jérusalem en bus, en train ou en avion, le pèlerinage de Saint-Jacques doit être parcouru à pied pour 100 km au moins afin d'être reconnu par l'Église. Saint-Jacques de Compostelle : la marche libère la parole. Ceux qui ne sont pas familier du chemin de Saint-Jacques pourraient penser que les journées s’enchaînent avec une certaine monotonie : marches, visites, messes, temps de prière… Ils se trompent !

Saint-Jacques de Compostelle : la marche libère la parole

Au fil des jours, les liens se tissent, le groupe prend forme. Chacun s’exprime sur les motifs de sa venue : « déposer un fardeau », « tenir une promesse », « le plaisir de la marche ». Qui dit pèlerins dit pèlerinage. Le P. Michel Derache, assomptionniste, s’est rendu disponible pour animer la partie spirituelle ; sans oublier la détente.

Pèlerinage : savoir reprendre la route. On l’appelle le blues du retour : le pèlerin, en revenant chez lui, se trouve en décalage avec la routine du quotidien. « Ayant nous-mêmes ressenti ce flottement, nous avons décidé de proposer chaque année un week-end aux jacquets qui souhaitent prolonger leur cheminement après le chemin », explique un fondateur de l’association Compostelle 2000. ► Vidéo.

Pèlerinage : savoir reprendre la route

Carnet de route Compostelle : Pèlerins Association Compostelle 2000 avec des handicapés. Source : Le Jour du Seigneur. Ces rencontres se déroulent au prieuré Saint-Benoît d’Étiolles (Essonne), en région parisienne. « Nous commençons par une marche, puis une mise en commun des expériences », explique Chantal, une des organisatrices. Flora Berger, des Alpes à l’Atlantique vers Compostelle. À 56 ans, Flora Berger s’est mise en route pour tourner une page. « Conteuse, je n’arrivais plus à assumer les obligations de mon statut d’intermittente du spectacle.

Flora Berger, des Alpes à l’Atlantique vers Compostelle

Et à quelques années de la soixantaine, je souhaitais me recentrer sur l’essentiel. » La mère et l’enfant sur les routes de Compostelle. Céline Anaya Gautier, photographe d’origine péruvienne, est une habituée des chemins de Saint-Jacques. En 2014, elle a décidé de faire le pèlerinage avec son fils, à la demande du bien nommé Santiago, 7 ans, qui malgré son jeune âge, a promis à sa mère d’aller au bout du chemin, même s’il a « mal aux pieds ».

" Santiago a trouvé son bâton de pèlerin dans la forêt de Fontainebleau, il l'a taillé et il est en train de le préparer. Compostelle, caméra au poing. Compostelle : le pèlerinage d'une et de son fils. « Mille deux cents kilomètres à pied de Nogaro (dans le Gers) à Compostelle avec un enfant de 7 ans, quelle folie ! Quelle belle et douce folie ! "Bis repetita placent" sur le chemin de Compostelle. Martine Marie Muller. © Patrice Normand Ou en d’autres termes : « Finis ce que tu as commencé », disait ma grand-mère béarnaise qui ne connaissait que le latin de la messe. Mais cette idée de « refaire ce qui nous a plu » me vient en lisant le courrier de Roger, cet ami de Castetpugon (Pyrénées-Atlantiques), victime d’un petit accident vasculaire cérébral (AVC) sur le chemin de Compostelle, et dont j’ai parlé il y a quelques mois.

Il s’était donc promis de refaire, et de finir cette fois, ce pèlerinage interrompu. En exclusivité : 11 minutes du film "Compostelle, le chemin de la vie" Renaître en chemin. « Je n’avais que deux choix possibles, explique Claire Colette : m’asseoir et mourir lentement, ou prendre la route. »