background preloader

Etude de gestion.

Facebook Twitter

Fiche Travail. Disneyland Paris: Mécontents des conditions de travail, ils déversent les poubelles du parc. Depuis ce samedi matin, le parc Disneyland Paris est beaucoup moins magique qu’à son habitude.

Disneyland Paris: Mécontents des conditions de travail, ils déversent les poubelles du parc

Et pour cause, une soixantaine de salariés de la société de nettoyage Elior, prestataire du parc ont exprimé leur ras-le-bol contre leur condition de travail. Ces derniers ont mené une opération coup de poing en renversant plusieurs poubelles du parc et en dispersant les déchets alors que les visiteurs allaient pénétrer dans le royaume de Mickey, habituellement si propre. Ces derniers qui ne se sentent plus écouter par leurs revendications, réclament aujourd’hui un changement de direction. Malgré la manifestation des salariés, le parc reste ouvert au public et toutes les attractions fonctionnent normalement.

Source: Paris-luttes.info et Leparisien l’Article a été lu [post_view time= »day »] fois aujourd’hui et lu [post_view] fois au total. ENQUÊTE : DISNEYLAND PARIS, LA RÉALITÉ DERRIÈRE LES SOURIRES. Contexte • Disneyland Paris est un complexe de loisirs qui s’étend sur près de 2 000 hectares, à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne).

ENQUÊTE : DISNEYLAND PARIS, LA RÉALITÉ DERRIÈRE LES SOURIRES

Unique en Europe, il a ouvert il y a 17 ans (lire encadré). Chaque année, il accueille en moyenne 14 millions de visiteurs, dont «30 % sont des étrangers», assure-t-on chez Disney. De nombreux jeunes sont embauchés en tant que saisonniers sur les différents lieux du site : les hôtels, les attractions des deux parcs, etc. Les témoignages de ces jeunes sont rares. Toutes les interviews officielles sont formellement encadrées par le service de communication, qui contrôle ce qu’ils disent.

Le malaise grandit chez les employés de Disneyland. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Antonin Sabot Dans un décor de carton-pâte, Mickey salue la file d'enfants qui attendent de se faire prendre en photo devant sa maison.

Le malaise grandit chez les employés de Disneyland

Soudain, à l'intérieur, le téléphone sonne. Mickey va répondre. Dehors, les haut-parleurs diffusent la prétendue conversation, en réalité une bande-son pré-enregistrée. Quelques instants plus tard, Mickey descend tout sourire les marches en plâtre en lançant de grands signes aux familles qui font la queue. Depuis le début de l'année, le parc a connu deux suicides d'employés. En ces vacances de Pâques, les allées sont bien remplies, même si ce n'est pas encore la bousculade de l'été. "Depuis environ cinq ans, nous assistons à une dégradation des conditions de travail", fait remarquer Noël Barbier, membre de la CFTC Disney.

Du côté des saisonniers, le passage chez Disney est vécu comme une "très bonne expérience", avance Sébastien Roffat, spécialiste des dessins animés et lui-même ancien saisonnier. Minnie est un homme, fétichistes de Pluto, flicage : les coulisses de Disneyland Paris. La vidéo amateur (2006) de Dingo fricotant avec Minnie dans les coulisses n'a pas fait rigoler la direction de Disneyland Paris (SIPA).

Minnie est un homme, fétichistes de Pluto, flicage : les coulisses de Disneyland Paris

"Tu ressembles à la fée Clochette", me disaient mes collègues. Un jour, j’ai croisé la maquilleuse qui m’a proposé de faire un essayage. La fée Clochette est un "face-character", c’est-à-dire qu’à notre salaire (le SMIC) s’ajoute 300 à 400 euros. Autant dire que je n’avais rien contre. Les "face-characters", (Cendrillon, Jasmine, etc.) ce sont un peu les stars du parc.

Un jour, j’ai porté le costume d’une souris de Cendrillon. Croire aux contes de fées Devenir fée Clochette aurait été une véritable promotion. "Qu’est-ce que vous faites ? " Et lorsqu’il a dit "Tu as passé le niveau de danse ? " Minnie était un homme Mais être un personnage en costume, ce n’était déjà pas mal. "Tu sais qui c’est Minnie ? " Quoi ? Par la suite, j’ai appris qu’il s’agissait de la meilleure Minnie qui soit.

Un salarié de Disneyland Paris tente de s'immoler. Chaleur d'enfer, sales gosses et vie de porc : les joies d'un personnage à Disneyland. Gare aux raz-de-marée de bambins quand on porte un costume à Disneyland (LORENVU/SIPA).

Chaleur d'enfer, sales gosses et vie de porc : les joies d'un personnage à Disneyland

Tous les regards se sont tournés vers moi. Les gosses se sont exclamé "t’as vu !? ". Et j’ai pensé : "ah oui, c’est vrai, je suis un personnage Disney"… Avant d’être lâchée dans le parc d’attraction, j’ai suivi une semaine de formation. Le but était d’apprendre à marcher comme Mickey ou Donald (en levant les coudes), apprendre à saluer, à lever le pouce et connaître les signatures des 26 personnages, en français et en anglais, que je devais incarner. 10 degrés en plus sous le costume Il fait très chaud dans un costume.