background preloader

Définition,Intérêt,Limite

Facebook Twitter

Open Data - Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Données ouvertes — Ressources pédagogiques numériques. Les données publiques nous appartiennent ! Le décret signé de François Fillon qui affirme que l’accès aux données publiques doit être gratuit et ouvert à tous est un premier pas en avant mais, étant donné que nos administrations sont très réticentes à ouvrir leurs bases, la liste risque d’être longue des exceptions à la règle de transparence prévue pour le nouveau décret du 26 mai 2011 (INSEE, EPIC, Culture, données sanitaires et géographiques etc…).

Les données publiques nous appartiennent !

Aujourd’hui, les citoyens ont soif de connaissance notamment sur la performance de leurs services publics mais aussi sur l’accès à ces services et de pouvoir participer à leur optimisation ou en inventer de nouveaux : dans quel hôpital se faire soigner, dans quelle école inscrire ses enfants, quel taux de réussite aux examens, comment rationaliser ses déplacements, retrouver un ami, améliorer l’accompagnement des handicaps, comment mieux consommer ? L’Opinion publique réclame une ouverture des données généralisée, la révolution de l’open data ne doit pas se faire sans la France. La gratuité des données publiques encouragée par data.gouv.fr. Trois mois après la formation de l’équipe en charge de créer le futur portail data.gouv.fr, un décret et une circulaire sortis au Journal Officiel ce matin viennent préciser le cadre dans lequel ÉtaLab et les ministères vont travailler.

La gratuité des données publiques encouragée par data.gouv.fr

Coup de frein à la marchandisation des données publiques Le décret 2011-577 risque de ne pas faire plaisir à tous les intermédiaires qui vivent de la revente de données publiques sur le dos du travail des administrations. A partir du 1er juillet 2011, il sera beaucoup plus complexe pour une administration centrale de créer des barrières financières à l’accès à ses données publiques. Alors qu’elle pouvait jusqu’alors le faire sur simple initiative de son ministère de tutelle, elle devra désormais demander l’avis du Conseil d’orientation de l’édition publique et de l’information administrative (COEPIA) et la publication d’un décret dédié (donc après validation par les services du Premier ministre).

Je suis un professionnel. © Ciaran Griffin Strasbourg se lance dans l'ouverture des données publiques (open data) et vous invite, avec ses partenaires, à rejoindre le mouvement en découvrant plus de 50 jeux de données mis à votre disposition.

Je suis un professionnel

L'open data, littéralement donnée ouverte, désigne le mouvement visant à rendre accessibles les données numériques publiques collectées et détenues par les collectivités locales et administrations en vue de leur réutilisation. En ouvrant ces données, Strasbourg confirme son positionnement dans le domaine de l'économie numérique, et sa volonté de soutenir le développement des nouveaux usages et services. Grâce à la mise à disposition de cette « matière première », la collectivité souhaite stimuler l'innovation et le développement économique du territoire, en mettant en œuvre des processus collaboratifs et participatifs.

De nouvelles applications pourront ainsi être développées au bénéfice des citoyens et des visiteurs. A qui profite l'open data ? KIT DE RESSOURCES OPENDATA. Open source. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Open source

La désignation open source, ou « code source ouvert », s'applique aux logiciels dont la licence respecte des critères précisément établis par l'Open Source Initiative, c'est-à-dire les possibilités de libre redistribution, d'accès au code source et de création de travaux dérivés. « Open source » désigne un logiciel dans lequel le code source est à la disposition du grand public, et c'est généralement un effort de collaboration où les programmeurs améliorent ensemble le code source et partagent les changements au sein de la communauté ainsi que d'autres membres peuvent contribuer. L’open source a déjà investi tous les grands domaines du système d’information des administrations françaises[1] : environnements serveurs, domaines applicatifs, outils d’ingénierie, solutions de réseaux et sécurité.

Les solutions open source sont désormais au même rang que les solutions propriétaires dans le paysage des logiciels du secteur public.  Données publiques ouvertes. Le film de l’Open Data. Droit des collectivités territoriales - actualités et miscellanea: Open data : quelle licence choisir ? Les collectivités qui entrent dans la démarche d'ouvertures de leurs données sont confrontées au choix de la licence à laquelle soumettre celles-ci.

droit des collectivités territoriales - actualités et miscellanea: Open data : quelle licence choisir ?

Il en ressort que la démarche de libération de données publiques doit aller de pair avec le choix d'une licence ouverte et permissive ; le choix d'une licence fermée ou propriétaire serait de nature à compromettre le principe même de la démarche. A juste titre, il est également recommandé de retenir une licence standardisée, dont le contenu est bien connu, car les opérateurs dont les collectivités espèrent une valorisation de leurs données ne disposeront en général pas des moyens juridiques pour analyser la portée et les subtilités d'une licence spécifique. A cet égard, trois types de licences semblent actuellement s'imposer :