background preloader

DESSIN ANIMÉ DE PROPAGANDE

Facebook Twitter

Dessins animés Deuxième Guerre mondiale. Education for Death (Education à la mort) (1943) Résumé L'histoire se focalise sur l'éducation d'un jeune allemand, Hans, embrigadé dans la doctrine nazie ("The Making of a Nazi", c'est à dire comme on fabrique un nazi).

Education for Death (Education à la mort) (1943)

Au fil des années, le petit Hans devient peu à peu un soldat, recevant une "éducation à la mort" au cours de laquelle il apprend à devenir une machine sans "aucune graine de rire, d'espoir, de tolérance ou de pitié". Analyse Education for Death succède à Der Fuehrer's Face (sorti au début de l'année 1943) dans la série des courts métrages de propagande anti-nazie, série qui occupe les studios de la souris aux grandes oreilles pendant quasiment toute la période de la guerre, ce qui l'empêche d'ailleurs de sortir de grandes productions comme les longs métrages. Certaines productions comme Dumbo ou Fantasia ne rencontrent pas le succès espéré et mettent Walt Disney en difficulté sur le plan financier (Fantasia a ainsi coûté 4 fois le budget initial !).

Ward Kimball réalise l'essentiel du travail d'animation. Der Fuehrer's Face (1943) Résumé Donald se retrouve en Allemagne nazie et doit travailler jusqu'à en devenir fou pour servir Hitler.

Der Fuehrer's Face (1943)

Au son d'une marche militaire nazie, Donald commence une dure journée à "Nutziland" : déjeuner au pain sec, quelques graines de café et de l’arôme de bacon et d’œufs, gardés à l'écart. Mais un groupe de soldats le conduit dans une usine d'armement où Donald doit subir le travail à la chaine et fabriquer toujours plus de munitions. Dans le dessin animé, les militaires défilent de façon grotesque au pas de l'oie et au son fracassant du tambour. Donald est conduit par les armes jusqu'à son lieu de travail où il doit obéir au doigt et à l'oeil, encadré par des soldats qui lui hurlent des ordres. Le seul réconfort qui se présente à lui est d'admirer un décor des Alpes un bref instant.

La musique originale, composée par Oliver Wallace tout spécialement pour le dessin animé est en fait une parodie de l'hymne nazi Horst Wessel Lied. Réalisation : Jack Kinney. Les zolis dessins de Kim Jong-Il. En Corée du Nord, les dessins animés pour enfants mêlent exaltation des valeurs guerrières et patriotisme enflammé.

Les zolis dessins de Kim Jong-Il

Analyse d'une propagande hors du commun. “Traîtres à la tête enflée”, “chiens enragés”, “vile lie humaine”… Dans un récent article, le New York Times se penchait sur le langage peu châtié de KCNA, l’agence officielle de la Corée du Nord, dans ses communiqués au reste du monde. En réalité, le régime de Pyongyang veille à imposer un lexique belliqueux à l’ensemble de la population. En témoignent les dessins animés officiels à destination des enfants. Petits bijoux de propagande brut de décoffrage, ces films d’animation justifient cinquante ans d’une autarcie organisée entre paranoïa et agressivité, abnégation guerrière et militarisme.

[Les dessins animés] sont faits pour implanter dans l’esprit des enfants un patriotisme brûlant et canaliser la haine envers l’ennemi.