background preloader

Panama papers

Facebook Twitter

Donald Trump et Hillary Clinton possèdent des sociétés dans le Delaware, un paradis fiscal. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Lauer (New York, correspondant) Pour les primaires du Delaware, qui ont lieu mardi 26 avril, les deux favoris du scrutin, Hillary Clinton pour les démocrates et Donald Trump pour les républicains, ont de quoi se sentir chez eux.

Donald Trump et Hillary Clinton possèdent des sociétés dans le Delaware, un paradis fiscal

Les deux candidats ont en effet immatriculé plusieurs sociétés dans cet Etat, qui fait office de paradis fiscal pour les Etats-Unis. L’ironie de l’histoire est que les adversaires politiques vont jusqu’à partager la même adresse : 1209 North Orange Street à Wilmington, selon le quotidien britannique The Guardian. Ils ne sont pas les seuls : cet immeuble de briques jaunes n’abrite pas moins de 285 000 sociétés, soit quinze fois plus que les 18 000 enregistrées dans un petit bâtiment de cinq étages situé dans les îles Caïman que Barack Obama avait pris en exemple pour dénoncer les subterfuges de l’évasion fiscale. Lire aussi : Barack Obama prêt à réformer le paradis fiscal du Delaware.

Affaire Panama Papers : des services secrets, dont des agents proches de la CIA, ont utilisé les services de Mossack Fonseca. 2partages #PanamaPapers Affaire Panama Papers : des services secrets, dont des agents proches de la CIA, ont utilisé les services de Mossack Fonseca Des agents secrets de plusieurs pays, dont des intermédiaires de la CIA américaine, ont eu recours "dans une large mesure" aux services du cabinet panaméen Mossack Fonseca, au coeur du scandale des "Panama Papers", afin de "dissimuler" leurs activités, rapporte le quotidien allemand "Süddeutsche Zeitung" ce mardi.

Affaire Panama Papers : des services secrets, dont des agents proches de la CIA, ont utilisé les services de Mossack Fonseca

Pourquoi les millionnaires quittent-il massivement la France ? On a pas attendu le scandale mondial des Panama Papers pour découvrir l'appétit des acteurs économique pour l'optimisation fiscale.

On comprend mieux pourquoi Cameron avait dit qu'il déroulait le tapis rouge aux sociétés que François Hollande voulait taxer afin de les faire participer au redressement économique de la France... Le mot "libéral" a remplacé" le mot "capitaliste" car ce dernier laissait trop transparaître la réalité d'un aspect du système. Pour ceux qui croient que les libéraux sont des héros, des travailleurs, des gens qui œuvrent pour le bien face aux gens de gauche qui sont des fainéants ou des profiteurs, qu'ils sachent que la réalité est bien différente ! (le livre "les discrètes vertus de la corruption" décrit cet aspect du système libéral qui est loin d'être un système honnête). Le plus cocasse est que les magouilleurs fiscaux, les profiteurs et autres tricheurs sont très souvent ceux qui donnent des leçons de morale... – lanava
Cela peut paraître important, mais en fait ce n'est qu'une petite partie des 320 000 millionnaires* que l'on recense en France" Cela arrange les gouvernements d'accuser les taxes pour expliquer l'exode. D'une manière générale, les gens partent pour tout un tas de raisons qui se sont accumulées au cour des années. Le mode de vie, la sécurité, la scolarité, la stabilité économique, les opportunités de carrière... Tout cela est bien plus important dans leur décision". – lanava

Mais force est de constater que cette réalité, souvent silencieuse, est bien plus étendue qu'il n'y paraît.

Pourquoi les millionnaires quittent-il massivement la France ?

Hasard du calendrier, un cabinet d'études sud-africain, New World Wealth (NWW), spécialisé dans l'analyse de la croissance mondiale, vient de livrer son enquête annuelle sur la "migration des millionnaires en 2015". LIRE AUSSI >> Notre dossier sur les Panama Papers et l'évasion fiscale Et à la surprise générale, la France se placerait sur la première marche mondiale en nombre d'expatriation de millionnaires, 10 000 pour tout l'Hexagone, 7000 rien qu'à Paris (elle est suivie par la Chine - 9000 - et l'Italie - 6000). "Cela peut paraître important, mais en fait ce n'est qu'une petite partie des 320 000 millionnaires* que l'on recense en France", indique à L'Express Andrew Amoils, directeur de recherche au NWH. Ces intox qui veulent répondre aux « Panama papers » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Adrien Sénécat Le Monde, en partenariat avec 108 médias étrangers et le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), a eu accès à 11,5 millions de fichiers provenant des archives du Mossack Fonseca, surnommés « Panama papers ».

Tous ces grands cyniques qui placent leur fric offshore et hors impôts qui nous rebattent sans cesse les oreilles avec l'économie qui va mal à cause des pauvres qui voudraient travailler moins, gagner plus et même avoir accès au soins....! Ces types s'en mettent pourtant plein les poches avec cette économie qui va si mal – lanava
Lire ces articles après celui, incontournable, consacré à Dan Gertler et après avoir vu le documentaire sur Bolloré jeudi 07/04/16 sur France 2, donne envie d'ouvrir grandes les portes aux réfugiés économiques africains et de les serrer dans mes bras ! Sans doute a t'il, comme Gertler, « tout compris à la politique des négros » En savoir plus sur – lanava
Cynique, infatué, suffisant, méprisant et fier de l'être ,ce type donne mal au coeur. La version digitale du marchand de tapis.... sauf que les clients sentent un peu la bouze! et les zone d'implantation fleurent bon la démocratie et les droits de l'homme. Pas vraiment dans l'air du temps ce monsieur. – lanava

Les données de ce cabinet panaméen spécialiste de la domiciliation des sociétés offshore révèlent que des chefs d’Etat, des milliardaires ou encore des grands patrons ont eu recours à des montages de sociétés pour dissimuler leurs avoirs.

Ces intox qui veulent répondre aux « Panama papers »
Il y a aussi des raisons concrètes qui expliquent cette sous-représentation des Américains dans les fichiers de Mossack Fonseca : - La faible fiscalité américaine (24 % de taux de prélèvements obligatoires contre, par exemple, 34 % en 2010 en moyenne pour les pays de l’OCDE). - Le durcissement, depuis quelques années, des autorités américaines – notamment avec le Fatca (« Foreign Account Tax Compliance Act ») en 2010, vis-à-vis de l’évasion fiscale. - La société Mossack Fonseca en elle-même était déjà « dans le viseur du département du Trésor américain », avance également Pascal Saint-Amans, directeur du centre de politique et d’administration fiscale de l’OCDE, au Monde. - Enfin, des ressortissants américains ont très bien pu se tourner vers d’autres paradis fiscaux ou d’autres types de structures, comme les « single member LLC » (Limited Liability Company). Lire aussi : – lanava
Et c'est sans doute aussi à cause de la sur-fiscalisation en France que le président Russe, des responsables Chinois et tant d'autres sont aussi mêlés à cette affaire ? Bonjour la mauvaise foi ! Il ne faut pas inverser le problème... La sur-fiscalisation est peut-être aussi due parce que qui devraient payer l'impot ont trouvé le moyen de frauder. S'en suivent des rentrées fiscales trop faibles donc un déficit des comptes publics et, au buot du bout, une augmentation des impôts et non l'inverse – lanava

Praud - Platini n'est donc pas l'abbé Pierre ! Panama Papers : la Société générale éclaboussée.

J'avance une thèse : celle du NOM (Nouvel Ordre Mondial) qui utilise la méthode prônée par Mao Tsé Toung. Celle-ci visait à sacrifier, sur l'autel du scandale, quelques cadres notoires pour rassurer la base prolétarienne et l'exploiter un peu plus en amont. Nous sommes naturellement dans un autre registre mais le contexte reste similaire. Les technocrates remettent au goût du jour la version moderne de la lutte des classe ! Le dumping des gros actionnaires, n'est rien à côté de ces faiseurs de conscience et du virus de la pensée unique qu'ils cherchent à nous inoculer... – lanava
Le mensonge et le parjure comme valeurs. HSBC, UBS et Société générale ont créé 15.000 sociétés offshore à travers Mossack Fonseca. Lors de leur audition en novembre 2015 et mars 2016 devant les députés européens, elles ont déclaré n'avoir JAMAIS été impliquées dans des activités liées au blanchiment d'argent ou à l'évasion fiscale ! – lanava
106 journaux de 70 pays ont mené et conclus cette enquête, et ce n'est ni pour sauver Hollande ni enfoncer Poutine, simplement pour tenter de combattre ces méthodes scandaleuses et ces dissimulations A noter que ce n'est pas uniquement pour échapper à l'impôt (faible en Russie, inexistant dans les monarchies pétrolières, ... ) mais pour pouvoir se sauver à temps utile et bien vivre de sommes énormes soustraites aux peuples, ou bien pour recycler l'argent du crime et des trafics ! – lanava