background preloader

Liens

Facebook Twitter

Philippe Delerm poursuit sa quête des petits bonheurs dans "La vie en relief" - rts.ch - Livres. "La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules", en 1997, traduit en 40 langues, l'a rendu célèbre du jour au lendemain.

Philippe Delerm poursuit sa quête des petits bonheurs dans "La vie en relief" - rts.ch - Livres

Aujourd'hui, à l'âge de 70 ans, Philippe Delerm évoque ses souvenirs et la puissance de l'âge dans "La vie en relief". Il se décrit comme un contemplateur paresseux, un homme qui aime regarder le spectacle de la vie. Un spectacle auquel, l'âge aidant - il vient d'avoir 70 ans -, Philippe Delerm prend de plus en plus de plaisir. En témoigne son dernier livre, "La vie en relief" (Edition du Seuil) où l'inventeur de l'instantané littéraire évoque ses souvenirs, de l'enfance à l'âge adulte. "Avec les années, j'ai l'impression que les souvenirs ne s'additionnent pas mais qu'ils se multiplient, chacun ressuscitant les émotions de tous les âges", dit-il à la RTS.

Amoureux du sport Car si l'âge rétrécit les puissances du corps, il en amplifie ses ressentis, comme si chaque année supplémentaire augmentait l'écho des émotions. Philippe Delerm. Écrivain français (Auvers-sur-Oise 1950).

Philippe Delerm

La route vers le succès Fils d’enseignants originaires du Tarn-et-Garonne, Philippe Delerm connaît « une enfance très riche en présences affectueuses », à telle enseigne qu'« une des principales raisons qui [l']ont poussé à écrire, c'était de vouloir donner à [s]on tour quelque chose en échange, comme en remerciement ». Après des études de lettres à Nanterre, il est professeur de français, affecté, en 1975, dans un collège de l’Eure, en Normandie. Pris « d’une boulimie d’activités et d’écriture », il envoie dès 1976 ses manuscrits aux éditeurs ; la Cinquième Saison est publiée en 1983.

Certains de ses premiers ouvrages sont salués par la critique, mais c’est l'immense succès de librairie de la Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules (1997), un recueil de poèmes en prose voué à une diffusion confidentielle, qui lui vaut la célébrité. Le poète du délectable. Rentrée littéraire 2015 : "Les eaux troubles du mojito" de Philippe Delerm à la loupe. Philippe Delerm : de belles raisons d'habiter sur terre. VIDÉO - L'auteur publie un nouveau recueil de textes courts intitulé Les Eaux troubles du mojito, une gracieuse invitation à goûter le temps présent.

Philippe Delerm : de belles raisons d'habiter sur terre

Il y a presque vingt ans paraissait La Première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, un recueil de textes courts qui valut à son auteur, déjà confirmé à l'époque, la reconnaissance d'un large public. Depuis Philippe Delerm n'a cessé d'écrire, entre un roman ou un essai, ces recueils en forme d'hymne à la vie dont il a le secret. Le dernier a pour titre Les Eaux troubles du mojito (Seuil) et il est dédié aux belles raisons d'habiter sur terre.

«Je me suis toujours battu pour écrire des textes courts, mais cela reste une gageure», a confié l'auteur au Figaro à l'occasion de la sortie de l'ouvrage. L'homme a le talent modeste. Dans ce dernier recueil de textes, qu'il a voulu «extrêmement fruité et lumineux», il évoque un sentiment nouveau, un peu plus grave.

Interview au sujet de "Je vais passer pour un vieux con" - Vidéo. Entretien au sujet de "Je vais passer pour un vieux con" Quelques semaines avant l'« officielle » rentrée littéraire, Philippe Delerm sort Je vais passer pour un vieux con, un nouveau livre, constitué de courts textes comme ceux qui ont fait sa renommée.

Entretien au sujet de "Je vais passer pour un vieux con"

Mais cette fois, point de petits moments immortalisés, plutôt les phrases/lieux-communs, que l'on a tous prononcées au moins une fois... Rencontre avec un vieux con, par un jeune con : heureusement, aucun de nous n'a bu d'alcool. En 2006, vous sortiez Maintenant, foutez-moi la paix ! Et pour cette rentrée littéraire Je vais passer pour un vieux con. Un souci avec la façon dont les gens vous considèrent ? Foutez moi la paix n'était pas destiné à mon propre parcours. Sérieusement ? Pas forcément, il s'agit plus d'une phrase que l'on peut prononcer pour soi-même, et que prononce souvent moi-même. « Je vais passer pour un vieux con, mais... » : je le disais beaucoup plus quand j'étais jeune.

Philippe Delerm, vieux con qui boit de la Vittel. Interview au sujet de "Elle marchait sur un fil" - Vidéo.