background preloader

Elisa Shua Dusapin

Facebook Twitter

Biographie Elisa Shua Dusapin. Le roman de Elisa Shua Dusapin nominé pour le prix Femina. Elisa Shua Dusapin: «A Porrentruy, je suis dans mon cocon» En marge de la publication de «Vladivostok Circus», son troisième roman, qui nous transporte aux confins de la Russie, l’auteure jurassienne Elisa Shua Dusapin se révèle à travers le lien unique qu’elle a tissé avec le chef-lieu ajoulot, son port d’attache.

Elisa Shua Dusapin: «A Porrentruy, je suis dans mon cocon»

On entre en littérature un peu comme on entre dans les ordres. Pour répondre à un appel intérieur. Résolument. Au moment où sort son troisième roman, Vladivostok Circus (Ed. Zoé), récit consacré à un trio qui s’entraîne à la barre russe confiné à l’extrémité orientale de la Sibérie, la Jurassienne Elisa Shua Dusapin, 28 ans bientôt, s’étonne encore de pouvoir vivre de sa très jolie plume. Juie de Tribolet Ses trois romans parus à ce jour ont successivement emmené ses lecteurs en Corée, berceau de son ascendance maternelle, au Japon et à l’extrémité orientale de la Russie. Aînée de quatre sœurs «très différentes» – «je suis un peu l’ovni de la famille» –, volontiers solitaire, la romancière dit se «lasser très vite des choses».

Vladivostok Circus, Elisa Shua Dusapin Lqj 27.08.2020. Les mots pirouettent au « Vladivostok Circus », RFJ 20.08.2020. Biographie et liste des œuvres. Elisa Shua Dusapin: "Les Billes du Pachinko" Elisa Shua Dusapin: "Ecrire un deuxième roman n'a pas été simple" - rts.ch - Livres. La narratrice des "Billes du Pachinko" - deuxième roman de l'auteure Elisa Shua Dusapin - se prénomme Claire, elle a tout juste trente ans.

Elisa Shua Dusapin: "Ecrire un deuxième roman n'a pas été simple" - rts.ch - Livres

De père suisse et de mère coréenne, elle se rend au Japon chez ses grands-parents pour tenter de les convaincre de retourner quelques jours dans leur pays d’origine qu’ils ont quitté 50 ans plus tôt, pendant la guerre de Corée. Entre temps, le temps de les convaincre, la jeune femme enseigne le français à Mieko, une gamine que sa mère rêve d’envoyer en Suisse. Fascination partagée par bien des Japonais qui se précipitent au village de Heidi, non loin de Tokyo. Ce n’est pas ma faute, je pense, si je ne raconte rien. Si j’oublie le coréen. Dans ce roman, personne ou presque ne parle sa langue maternelle. Autant dire que la communication est difficile et que l’incompréhension mutuelle se voit renforcée par le fossé des cultures et des générations. Une page d’histoire Un morceau de beignet est resté coincé entre mes dents.

Anik Schuin/aq. Elisa Shua Dusapin, QJ, 22 sept 2016. Elisa Shua Dusapin (Tribune de Genève) Elisa Dusapin (L'Hebdo/Payot) Elisa Dusapin (Monde) Elisa Dusapin (Lire) Elisa Dusapin (huffington Post France) Elisa Dusapin (L'Express) Elisa Shua Dusapin (Journal du Jura) L’invitée culturelle: le livre d’Elisa Shua Dusapin "Hiver à Sokcho" est une révélation - 12h45 - TV - Play RTS - Radio Télévision Suisse.

RTS -Vertigo - Radio. RTS- Versus-Lire. Le roman "Hiver à Sokcho" (Editions Zoé) prend place à Sokcho, petite ville portuaire sud-coréenne non loin de la frontière avec la Corée du Nord.

RTS- Versus-Lire

La neige et le froid semblent suspendre la vie des habitants, ce que souligne la plume acérée et pourtant brûlante d’émotions contenues d’Elisa Shua Dusapin. L'histoire d'une rencontre manquée La narratrice de ce récit, une jeune fille qui travaille dans une petite pension, partage sa vie entre une mère poissonnière qui la gave dans tous les sens du terme et un petit ami mannequin. L’arrivée dans la pension d’un Français auteur de bandes dessinées va bousculer sans bruit une vie qu’elle juge monotone, tout cela sur fond de tension entre les deux Corée. Lui, s’exprime à travers le dessin, elle, met toute sa créativité dans la nourriture, omniprésente dans le roman.

Un roman primé "Hiver à Sokcho" est un petit chef-d’œuvre qui convainc par la force évocatrice de son écriture dépouillée. Anik Schuin/aq.