background preloader

Energie

Facebook Twitter

Alternatives au Développement Extractiviste et Anthropocentré. C'est important pour nous : Réseau d'ambassadeurs Enercoop LRet Agend. Chers Sociétaires, Nombreux parmi vous ont déjà participé à la vie de notre coopérative lors de vos venues aux Assemblées Générales ou aux Conseils d'Administration, la tenue d'un stand sur des événements divers, l'organisation d'une soirée "tupperwatt" ou encore de projections/débats dans votre ville...

C'est important pour nous : Réseau d'ambassadeurs Enercoop LRet Agend

Nous vous en remercions vivement ! Notre coopérative régionale, ainsi que le réseau des coopératives nationales ENERCOOP, vit en ce moment des changements d'échelle assez conséquents: davantage de consommateurs et, par conséquent, davantage de producteurs, un meilleur ancrage local des coopératives, une reconnaissance accrue de nos activités, des demandes/propositions de partage de nos compétences et de nos savoirs faire, de plus en plus de propositions pour tenir des stands, etc ... Afin de répondre au mieux à ces multiples sollicitations, nous avons besoin d'un soutien ancré dans le territoire et c'est dans ce cadre que nous nous adressons à vous!

Fausses solutions policières 04-12-15. Nucleaire le prochain gagnant leger. Tous les projets. Article offert : Energie : le rapport caché sur une France 100% renouvelable. Les 14 et 15 avril prochains, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), placée sous la tutelle des ministères de l’écologie et de la recherche, organise un colloque sur les énergies renouvelables dans la production d’électricité en France.

Article offert : Energie : le rapport caché sur une France 100% renouvelable

Il s’intitule « 40 % d’électricité renouvelable en 2050 : la France est-elle prête ? ». À l’origine, devait y être présentée en avant-première une étude de l’Ademe sur un scénario beaucoup plus radical : une France en 2050 dont 100 % de l’électricité serait produite par des sources renouvelables : hydraulique, éolien, photovoltaïque, géothermie, bois, méthanisation, énergies marines… Ce rapport, très attendu, était annoncé depuis des mois par l’Ademe et son président, Bruno Léchevin. Pourtant, ce rapport de 119 pages est bel et bien finalisé – dès la page de garde, le lecteur pourra lire la mention « rapport final ».

Mediapart se l’est procuré et le publie ci-dessous. Que contient ce rapport qui dérange ? 11 projets accompagnés par Enercoop LR retenus dans l'appel à projet de la Région Languedoc-Roussilon - Enercoop Languedoc-Roussillon. Voilà une bonne nouvelle !

11 projets accompagnés par Enercoop LR retenus dans l'appel à projet de la Région Languedoc-Roussilon - Enercoop Languedoc-Roussillon

Les 11 projets citoyens accompagnés par notre coopérative ont été retenus dans l'appel à projet lancé par la région LR et l'ADEME concernant la production citoyenne d'énergies renouvelables. Parmi ces projets se trouvent les projets de production : Éolienne : CC Coeur de Lozère (66) La mobilisation citoyenne autour de cet Appel à Projets met en lumière l'existence d'une dynamique engagée pour la production citoyenne d'énergies renouvelables dans notre territoire. Ce mouvement n'est qu'un point de départ pour une série d'actions qui doivent voir le jour en Languedoc-Roussillon dans les prochaines années. Un e-mail consomme autant d'énergie qu'une ampoule économique pendant deux heures.

L’Agence française de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) a publié une étude étonnante, qui chiffre l’impact environnemental des e-mails.

Un e-mail consomme autant d'énergie qu'une ampoule économique pendant deux heures

L’autonomie énergétique des territoires : Montdidier (1) L’autonomie énergétique des territoires est la chose du monde la moins bien partagée.

L’autonomie énergétique des territoires : Montdidier (1)

L’heure est aux villes écolos (1), aux éco-quartiers. Mais les villes qui visent l’autonomie énergétique, ce dont nous avons un besoin urgent, sont le parent pauvre de la vitrine écologique Et pourtant, nous avons quand même 3 projets, et ce qui ne représente pas le moindre des intérêts, conçus à des échelles très différentes. La ville de Montdidier avec ses 6 500 habitantsPerpignan avec 116 000 personnes intra-murosL’ile de La Réunion qui a dépassé le cap des 800 000 insulaires Afin de mettre en lumière et à l’honneur, ces très rares villes et territoires qui visent l’autonomie énergétique, nous ouvrons trois volets qui feront donc l’objet de trois articles distincts.

Le parc photovoltaïque du Moulin à vent - Les Objecteurs de Croissance du Languedoc Roussillon. En Islande, les ressources naturelles sont maintenant « détenues par le peuple » Entretien avec Victor David, juriste de l’environnement à l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

En Islande, les ressources naturelles sont maintenant « détenues par le peuple »

Le projet de nouvelle Constitution islandaise prévoit que les ressources naturelles soient « détenues par le peuple islandais ». Quelle serait la portée de ce texte s’il était adopté ? Victor David : Cette formulation est une façon politiquement correcte de parler de nationalisation des ressources naturelles. En Islande, un des grands enjeux concerne les produits de la mer. Quelques grosses entreprises concentrent presque l’ensemble des quotas de pêche. Les changements sont donc assez marginaux ? EnR : sept villages bretons lancent un réseau "territoire à énergie positive"

L'AFP rapporte que les sept villages de la communauté de commune de Mené (Côtes d'Armor) ont lancé un réseau "territoire à énergie positive", inspiré de la démarche négaWatt.

EnR : sept villages bretons lancent un réseau "territoire à énergie positive"

Ces sept communes ont déjà adopté un plan territoire 100 % d'énergies renouvelables et locales d'ici 2030. Énergie en France : le voile se lève. Au minimum, les commentateurs, qu'ils soient pros ou contre le nucléaire, peuvent tous faire le même constat : le coût de l'électricité nucléaire est bien plus élevé que ce que l'on nous a fait accroire depuis bien longtemps : de 33 € par MWh, nous passons à un minimum de 49,5 € par kWh, et cela sans intégrer les coûts de la recherche nucléaire, estimés à 50 milliards d'euros depuis 1947, aujourd'hui environ 1 Md€ par an, dont 50% à la charge de la collectivité.

Énergie en France : le voile se lève

D'ores et déjà, sur cette hypothèse basse de 49,5 € par MWh, c'est tout le discours négatif sur le coût supposé prohibitif des Énergies nouvelles renouvelables (les ENRS, éoliens, photovoltaïques et autres) qui vacille.