background preloader

Poids culture en France  référence 1% /2% France travail cultur

Facebook Twitter

Introduction : L'économie de la culture est-elle particulière ? L’économie de la culture utilise les références et les instruments de la science économique pour éclairer les modalités d’organisation et de développement des activités culturelles.

Introduction : L'économie de la culture est-elle particulière ?

Ainsi se demandera-t-on quelle est la valeur d’un tableau ou d’une installation, pourquoi les entreprises de spectacle vivant éprouvent tant de difficultés à couvrir leurs coûts, comment rendre une industrie de la musique soutenable à l’heure d’Internet, si la reconnaissance élargie de la propriété artistique permet d’atténuer la faiblesse des revenus artistiques, ou plus simplement encore pourquoi il est traditionnel d’utiliser de manière liée les expressions de starving artists et de supers stars. On peut aller plus loin et se demander si les conditions de vie des artistes ne vont pas influencer leurs choix artistiques ou, à l’inverse, si des choix artistiques ne cherchent pas à susciter des effets économiques.

Keynes illustrera plutôt les biais d’une gestion bureaucratique de la culture. Avec moins d'argent public, la culture française est-elle condamnée ? La colère gronde dans les galeries des grands musées : Versailles, le Louvre, Orsay ou le Centre Pompidou vont voir leur budget baisser en 2009, 2010 et 2011.

Avec moins d'argent public, la culture française est-elle condamnée ?

Cité par le Monde, le responsable de l'un de ces établissements s'insurge quand on lui demande de financer ses missions par une augmentation de ses recettes. "Coupes sombres", "privatisation" dénoncent les autres. Mais est-il vraiment choquant de chercher à rationaliser les dépenses publiques ? La culture contribue sept fois plus au PIB que l'industrie automobile. Une dépense à perte la culture en France ?

La culture contribue sept fois plus au PIB que l'industrie automobile

Ce n'est pas ce que montre le dernier rapport conjoint des ministères de l'Economie et de la Culture. Selon ce rapport, la culture contribue à hauteur de 57,8 milliards d'euros au PIB (valeur ajoutée). Il s'agit de la valeur ajoutée directe, c'est à dire du seul fait des activités culturelles. L'État culturel. Voilà le livre qui fait trembler, à tort, certains de nos « administrateurs culturels ».

L'État culturel

Marc Fumaroli, professeur au Collège de France, dix-septièmiste reconnu, par ailleurs président du Conseil scientifique de la Bibliothèque nationale et chef de file des opposants à la Bibliothèque de France ( les livres vont brûler dans les tours, les vrais chercheurs vont être envahis par des touristes attirés par un nouveau Disneyland ) signe, à point nommé, un ouvrage polémique, certes, mais argumenté, sur le rôle et la place de l'Etat dans l'histoire des politiques culturelles au XXe siècle. L'argument peut se résumer ainsi : l'appareil idéologique d'Etat (jargon marxiste qu'exècrerait Marc Fumaroli, mais qui dit pourtant très exactement ce que ce dernier veut démontrer...) s'est emparé de la production artistique pour la contrôler, la détourner et en faire un instrument au service de fins politiques, transformant au passage l'art en marchandise culturelle pour foules écervelées.

Rapport sur l'apport de la culture à l'economie française. Doc1. Combien pèse la culture en France ? Le patrimoine, la presse, les musées ne sont pas qu'une dépense pour l'Etat.

Combien pèse la culture en France ?

La culture est une activité économique à part entière qui a généré en 2011, 58 milliards d'euros de valeur ajoutée (la richesse créée par l'ajout d'activité : de l'idée à la finalisation). Elle représente 3,2% du PIB, presque autant que l'agriculture ou l'industrie alimentaire, selon une étude conjointe des ministères de l'Economie et de la Culture. De quoi préserver les budgets de ce ministère. Commande publique d'une œuvre d'art : le 1% artistique - professionnels.

Un comité artistique élabore le programme de la commande artistique avec le maître d'ouvrage, le maître d'œuvre, l'utilisateur du bâtiment, le directeur régional des affaires culturelles (Drac) et 3 personnalités qualifiées dans le domaine des arts plastiques.

Commande publique d'une œuvre d'art : le 1% artistique - professionnels

L'appel à candidatures doit faire l'objet d'une publicité adaptée (diffusion internet, voie de presse, affichage...). L'avis de publicité doit indiquer : le programme de la commande, notamment la nature et l'emplacement de la réalisation envisagée,le nombre d'artistes consultés,les conditions de dépôt des candidatures (délais, documents à fournir). Le dossier de candidature doit comprendre : des documents artistiques (CV, lettre de motivation, catalogue, etc.) Le 1% artistique. Le 1% artistique dans les constructions publiques : expression de la volonté publique de soutenir la création et de sensibiliser nos concitoyens à l'art de notre temps, « l'obligation de décoration des constructions publiques », communément appelée « 1% artistique » est une procédure spécifique de commande d’œuvres à des artistes qui s'impose à l’État, à ses établissements publics et aux collectivités territoriales.

Le 1% artistique

Depuis 1951, ce dispositif a donné lieu à plus de 12 300 projets se déployant sur l'ensemble du territoire et sollicitant plus de 4 000 artistes. Par la typologie des équipements concernés (bâtiments scolaires, commissariats, palais de justice...), le « 1% artistique » atteint un public très large et qui n'est pas nécessairement familier des lieux d'exposition. La procédure est encadrée par le décret n°2002-677 du 29 avril 2002 modifié et accompagné d'une circulaire du ministre de la Culture et de la Communication.

Présentation du Un pour cent artistique - Le 1% artistique.