Trop sympa Chirac, vraiment Il n’y a pas un jour sans qu’on se gausse, qu’on commente et qu’on rit. Les médias font le buzz. Les gens apprécient. Brocardant Nicolas Sarkozy un jour, donnant un bon point à François Hollande le lendemain, publiant le deuxième tome de ses mémoires à grand renfort de publicité dans des quotidiens nationaux, Chirac va jusqu’à courtiser habilement une élue de gauche en présence de caméras, évidemment. Il serait judicieux de décrypter la stratégie de ce bon vivant, amateur de bière, inventeur de formules abracadabrantesques, fan de sumotori et enfin "dévastateur", surtout en terme de coups politiques. Cette théâtralité ne cache-t-elle pas une réalité plus sombre et une actualité plutôt désagréable ? Trop sympa Chirac, vraiment
"Diriez-vous que l'UMP est un parti misogyne?" Françoise de Panafieu: "Ah ça, sûrement!" - LePost.fr (07:58) 21/06/2011 à 07h57 - mis à jour le 21/06/2011 à 07h58 | vues | réactions Les femmes, pas vraiment une priorité à l'UMP... | Montage Le Post d'après MAXPPP Petit rappel.L'UMP, en 2011, c'est...- 9 femmes sur 20 dans l'équipe dirigeante de Jean-François Copé- 11 femmes sur 51 conseillers politiques- 45 femmes sur 202 secrétaires nationaux- 47 députées sur 313 élus- 28 sénatrices sur 148- une amende de 4 millions d'euros pour non-respect de la loi sur la parité Réaction de Françoise de Panafieu (une des rares députéEs de la majorité) dans Le Parisien: "nous exigeons des grandes entreprises qu'elles aient 40% de femmes dans leur conseil d'administration. "Diriez-vous que l'UMP est un parti misogyne?" Françoise de Panafieu: "Ah ça, sûrement!" - LePost.fr (07:58)
Quand l'UMP voulait organiser une primaire ouverte Quand l'UMP voulait organiser une primaire ouverte Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent L'UMP n'a pas toujours été vent debout contre l'idée de primaire ouverte aux sympathisants. Au contraire, il fut un temps où elle comptait s'inspirer de l'expérience initiée en Italie en 2004, où pour la première fois l'ensemble de la gauche avait voté pour choisir son candidat. L'idée italienne avait fait réfléchir les états-majors. Et l'UMP comme le PS avaient décidé de mettre en place une primaire, seulement réservée aux militants, pour l'élection de leur candidat en 2007.
Dati. Elle égratigne Sarkozy à propos de Lauvergeon et Fillon, à propos de Paris - France
lapsus: Claude Guéant évoque "le gode" électoral - une vidéo Actu et Politique
Eric Besson sur le plateau de «Capital» : «Je me casse. Fait chier» Un clash, un vrai. Le dossier du nucléaire semble avoir mis les nerfs d'Eric Besson à vif. Le ministre de l'Industie a quitté brutalement, mercredi, l'enregistrement du magazine «Capital», sur M6. Eric Besson sur le plateau de «Capital» : «Je me casse. Fait chier»
Quand Canal+ croit qu'Eric Besson est un fake ! Ca n'est qu'une anecdote, mais elle en dit long sur la difficulté de certains ayants droit à sortir de leurs schémas habituels de pensée. A la mi-journée, nous rapportions que Canal Plus avait demandé à YouTube le retrait d'une vidéo de 47 secondes dans laquelle apparaissait Eric Besson. Voyant cela, le ministre a demandé à ses équipes de demander à Canal+ de retirer sa demande de retrait, et donc de laisser les internautes partager librement cet extrait utilisé pourtant pour se moquer de lui. Beau joueur. Mais Canal Plus n'a pas cru le ministre. Interrogé sur Twitter pour savoir si elle allait répondre favorablement à la demande d'Eric Besson, la chaîne nous a répondu non, pour deux raisons, détaillées dans deux tweets dont le deuxième a été supprimé par la suite : Quand Canal+ croit qu'Eric Besson est un fake !
Rama Yade quitte l'Unesco pour Jean-Louis Borloo Ce qui s'appelle couper le cordon une bonne fois pour toutes. "On la mise en demeure de choisir entre Nicolas (Sarkozy) et Jean-Louis (Borloo)", résumait mercredi soir un membre du Parti radical (PR). C'est désormais chose faite, puisque Rama Yade, qui s'est ralliée à l'ex-ministre de l'Ecologie dès la fin 2010, vient de démissionner de son poste d'ambassadrice de l'Unesco, pour mieux se consacrer à la campagne présidentielle... Ce qui confirme que la candidature de M. Borloo, dont l'annonce reste prévue pour cet automne, fait figure de secret de polichinelle. Tous deux furent simultanément exclus du gouvernement au moment du remaniement ministériel de novembre dernier. Rama Yade quitte l'Unesco pour Jean-Louis Borloo
Yade démissionne de son poste d'ambassadrice de l'unesco - Politique Yade démissionne de son poste d'ambassadrice de l'unesco - Politique Rama Yade, qui a rejoint le parti radical de Jean-Louis Borloo, a présenté sa démission d'ambassadrice de l'Unesco au président Nicolas Sarkozy, en expliquant, a-t-elle dit mercredi 15 juin, avoir fait "le choix de la liberté". "J'ai écrit au président de la République il y a quelques jours", a expliqué Rama Yade. "Je lui ai dit que j'étais disponible pour discuter du jour où je peux quitter mes fonctions sans que cela nuise aux intérêts de la France vis-à-vis de l'Unesco, qui est une organisation fantastique", a-t-elle ajouté. Selon elle, Nicolas Sarkozy doit la recevoir "vendredi ou samedi". "On est en train de s'organiser avec Jean-Louis Borloo pour la campagne électorale (de 2012). Je souhaite m'engager librement et totalement à ses côtés, en ayant du temps", a également affirmé Mme Yade.
Yade aurait dû partir depuis ''longtemps'' Yade aurait dû partir depuis ''longtemps'' François Fillon estime que Rama Yade, démissionnaire de son poste à l'Unesco pour rejoindre le centriste Jean-Louis Borloo, aurait dû quitter depuis "très longtemps" ses fonctions, affirmant ne pas connaître "d'exemple d'un ambassadeur qui s'exprime régulièrement contre la politique du gouvernement". "Cela fait très longtemps qu'elle aurait dû quitter ses fonctions. Je ne connais pas d'exemple, dans une République, d'un ambassadeur qui s'exprime régulièrement contre la politique du gouvernement", affirme le premier ministre dans une interview au quotidien régional Nice-Matin à paraître ce samedi. Rama Yade, ralliée fin 2010 à Jean-Louis Borloo, a annoncé mercredi sa démission du poste d'ambassadrice auprès de l'Unesco, pour suivre le président du Parti radical dans la course à l'élection présidentielle.
Aujourd'hui, on n'échappe ni au bac, ni à Patrick Buisson, conseiller du président Sarkozy, personnage intrigant dont on se demande d'ailleurs quelle est la fonction réelle. Gourou ? Augure ? Patrick Buisson : "L'antisarkozysme est une forme d'antisémitisme qui ne s'assume pas" Patrick Buisson : "L'antisarkozysme est une forme d'antisémitisme qui ne s'assume pas"
Patrick Buisson, le cartomancien du président Patrick Buisson, le cartomancien du président Un affreux jojo, un nouveau Clausewitz, un père Joseph renfrogné, un "épouvantable facho veste en cuir noir dans les ruelles" - dixit un dirigeant centriste. Patrick Buisson, le conseiller très spécial de Nicolas Sarkozy, serait le mauvais génie du président. Les démonologues le tiennent pour un diablotin idéologique venu de la droite de la droite qui exercerait une emprise dangereuse sur les cinq ou six cerveaux du chef de l'État. Un vilain garçon de 62 ans inspirateur des tours et détours les plus droitiers. À force de relever le col de ses pardessus sombres, de se draper dans son indépendance, de fuir toutes les lumières - du soleil comme des flashs -, de refuser de voir les journalistes, les ministres et jusqu'aux conseillers élyséens, Buisson est devenu une chair à fantasmes. Buisson.
- Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy sentent de l'alimentation pour le bétail pendant qu'un agriculteur de Montemboeuf, François Laurent, leur explique les conséquences de la sécheresse, le 9 juin 2011. REUTERS/Remy de la Mauviniere/Pool - On va encore parler de Bruno Le Maire la semaine prochaine. La semaine dernière, c’était pour les concombres et la sécheresse, demain, ce sera à l’occasion du G20 agricole des 23 et 23 mars à Paris. Bruno Le Maire, la bête (à concours) qui monte qui monte
Christine Lagarde

François Fillon

Georges Tron

Nicolas Sarkozy

Ferry : modération de forums, mode d'emploi (Lemonde.fr)
Les actualités se suivent et ne se ressemblent pas. Mais elles se croisent parfois là ou on s’y attend le moins. En témoigne cette nouvelle petite affaire qui mêle, de façon inattendue, Luc Ferry – ex-ministre de l’Education nationale et professeur fantôme de l’université Paris-Diderot, rémunéré sans assurer ses cours – et le laboratoire Servier qui commercialise le Mediator. Au cœur de la polémique, un éditorial du philosophe paru en décembre 2010 dans un supplément du magazine La Recherche, sponsorisé par Jacques Servier. En soi, rien que de très classique : un grand labo fait une opération publicitaire dans une revue de haute teneur intellectuelle, qu’il estime valorisante pour son image. Ferry prête sa plume à Servier
Affaire Ferry : l'opinion s'indigne, le philosophe ricane (Luc Ferry - capture d'écran Dailymotion - Nouvelobs - cc) Du même auteur En septembre dernier, le camarade Luc a oublié la rentrée des classes. Accusé d'avoir bénéficié du salaire de l'Université Paris VII (quelque 4500 € mensuels) sans y avoir enseigné, le philosophe se défend vaille que vaille. Le problème n'est pas tant l'emploi fictif à l'Université que les missions présumées fictives du Conseil d'Analyse de la Société.
Photo Alain Joyandet - Douze mois, six ministres remerciés
Borloo souhaite "réfléchir à l'avenir" avec Villepin Le centriste Jean-Louis Borloo et Dominique de Villepin enclenchent-ils un rapprochement ? "On peut se parler, on se connaît et on s'estime. Il a une dimension internationale et son discours à l'ONU a marqué. On peut réfléchir ensemble à l'avenir du pays", a déclaré le président du Parti radical dans un entretien publié dimanche par Le Parisien. La réponse de l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac n'a pas tardé et a été positive.
Eric Woerth dénonce le "nombre colossal de détraqués" sur Internet
Législatives 2012 : Le pays de Candy d'Hervé Novelli
Elus UMP : Qui sera le vainqueur du concours de « sujets tabous »?
Nathalie Kosciusko-Morizet cachotière sur sa famille
Longuet répond aux Inrocks. On ne rit pas...