Sommet européen: Italie et Espagne font passer en force des mesures d'urgence Victoire de l'Italie... et de l'Espagne. Mais pas lors d'une demi-finale de l'euro cette fois. A Bruxelles, les deux pays ont bloqué l'adoption du pacte de croissance jusqu'à l'obtention de mesures d'urgence par leurs partenaires de la zone euro réunis pour un sommet de deux jours. Le chantage semble avoir payé puisque des mesures visant à permettre une recapitalisation directe des banques ont été approuvées. Recapitalisation directe des banques Sommet européen: Italie et Espagne font passer en force des mesures d'urgence
Greece won approval from the International Monetary Fund for a 3.2 billion-euro ($4.6 billion) payment under a joint loan with the European Union, buying policy makers time to craft a second rescue package and avert the first sovereign default in the euro region. Greek commitments made to secure the loan are “delivering important results,” IMF Managing Director Christine Lagarde said yesterday in statement from Washington. Still, “a durable fiscal adjustment is needed, lest the deficit get entrenched at an unsustainably high level, and productivity-enhancing reforms should be accelerated, lest growth fail to recover.” The decision follows last week’s authorization by European finance ministers to unblock 8.7 billion euros as talks continue on how to include banks and insurers in a new package for Greece, which can’t return to international financial markets next year because of surging borrowing costs. Greece Approved for EU3.2 Bln IMF Loan Payment Greece Approved for EU3.2 Bln IMF Loan Payment
Briser l'encerclement de la Dette Billet invité. Deux réunions vont se tenir en Suisse ce dimanche et en début de semaine, dont nous ne saurons probablement pas grand chose. Mais ce n’est pas la discrétion qui les entoure qui fait en soi leur intérêt, mais plutôt leurs objets respectifs. Briser l'encerclement de la Dette
Billet invité Est-il nécessaire d’attendre de connaître dans le détail les modalités du nouveau plan Européen pour estimer qu’il ne tient pas la route ? Non, car ce qui en est déjà connu suffit pour le démontrer. En premier lieu parce que l’enveloppe financière de 500 milliards d’euros prévue (hors FMI, qui pourrait apporter jusqu’à 220 milliards supplémentaires) fait impression mais équivaut approximativement à ce qui serait nécessaire de mettre sur la table, si l’Espagne-Portugal et l’Irlande entraient à leur tour dans la tourmente. C’est donc un fusil à deux coups qui a été chargé, là où il une arme automatique serait nécessaire. En second, parce qu’une mesure importante qui auraient donné un squelette à ce plan qui en manque singulièrement, qui était évoquée depuis hier, a finalement été écartée lors de la réunion des ministres des finances des 27 : l’émission d’obligations par la Commission, garantis par les Etats. Archives du blog » L’actualité de la crise Archives du blog » L’actualité de la crise
Is the Eurozone Shock and Awe Enough? (Updated) « naked capitali The EU announced a €750 billion salvage operation, funds to shore up economies in economic difficulty, with the program consisting of €440 billion of loans from eurozone nations, €60 billion from an EU emergency fund, and €250 billion from the IMF. There are several layers of complicating factors, however. The first is that the German electorate has signaled its unhappiness with bailouts, presumably restricting future action if this measure falls short. From the Wall Street Journal: In Germany, projections showed Ms. Is the Eurozone Shock and Awe Enough? (Updated) « naked capitali
La « nuit du 4 août » de la zone euro - Coulisses de Bruxelles, Sous la pression des marchés et du Président américain, Barack Obama, qui a téléphoné à Angela Merkel, vendredi et dimanche, pour la convaincre de la gravité de la crise et de la nécessité de bouger, la zone euro a révolutionné sa gouvernance au milieu de la nuit de dimanche à lundi, juste avant l’ouverture des marchés asiatiques. Le « paquet » de mesures adoptées par les ministres des Finances de l’Union, sur instruction du sommet de la zone euro de vendredi soir, est impressionnant : un véritable « fonds monétaire européen » doté de 500 milliards d’euros (plus les 80 milliards d’aides bilatérales à la Grèce) auquel le FMI prêtera main-forte à hauteur de 220 milliards d’euros (plus les 30 milliards déjà débloqués pour Athènes), soit 830 milliards d’euros disponibles pour faire face à d’autres attaques contre la dette souveraine des États membres de la zone euro. La « nuit du 4 août » de la zone euro - Coulisses de Bruxelles,
Un "Munich financier" La crise des dettes souveraines européennes peut être perçue de deux manières. La grille de lecture orthodoxe nous invite à y voir une situation intenable de surendettement de certains pays "qui ont vécu pendant trop longtemps au dessus de leurs moyens" et qui doivent logiquement s’imposer une drastique cure d’austérité pour assainir leur finances publiques. Mais on peut y voir également (c’est le choix que j’ai fait) une lutte entre le pouvoir politique et le pouvoir financier qui conduira nécessairement à la mort du perdant. Au terme de cet épisode, soit la finance aura été domestiquée et mise hors d’état de nuire. Soit elle conduira les Etats à la banqueroute, à l’insurrection des peuples et finalement à des changements de régimes politiques qui mettront définitivement fin à toute forme de démocratie. Un "Munich financier"
L'Aristocratie Monétaire piétine le Citoyen L'Aristocratie Monétaire piétine le Citoyen L’aristocratie monétaire, les voleurs de monnaie, se sont donc arrangés entre eux sans nous demander notre avis évidemment, et sans rien annoncer concernant des mesures compensatoires pour le Citoyen Européen. Analysons les conséquences et le mécanisme de l’annonce du « plan de secours » Européen de 750 Milliards d’€. 1) L’assouplissement quantitatif que cela permet, pour les Banques détentrices d’Obligations d’Etat, pouvant via ce biais les transformer directement en Cash bien frais. Ou autrement dit la création de la nouvelle Chaîne de Ponzi à t=0.
Euro : après l'euphorie, la douche froide ? Euro : après l'euphorie, la douche froide ? Les éléments de langage sont rodés : l’Europe s’est doté d’une force de frappe inédite contre la spéculation mondiale… grâce à Nicolas Sarkozy. Dès lundi matin, il fallait répéter le message. On oublierait presque le coup de fil salvateur de Barack Obama à Angela Merkel ce week-end.
MARCHÉS FINANCIERS : Les Bourses européennes chutent, actualité MARCHÉS FINANCIERS : Les Bourses européennes chutent, actualité Les Bourses mondiales s'affichaient en nette baisse, mardi, à l'instar de la monnaie unique européenne, les investisseurs préférant jouer la prudence après l'euphorie déclenchée la veille par l'adoption d'un méga-plan de sauvetage en zone euro. Si la veille, les places financières ont fini sur des hausses spectaculaires et parfois record - Paris gagnant près de 10 % et Wall Street affichant sa plus forte progression de l'année -, l'humeur était tout autre mardi. La plupart des Bourses européennes ont clôturé en repli : Paris perdait 0,73 %, Londres 0,99 %, Milan 0,46 %, Madrid 3,32 %, Lisbonne 2,20 % et Athènes 2,47 %.
Enfin! On a retrouvé 750 milliards qu’on n’avait pas! « Blog de R ésumons. Les Etats de la zone euro viennent de creuser de 440 milliards leur dette publique en une nuit. Ca c'est fort! Alors qu'on ne trouvait pas le premier euro pour les Grecs! Là, d'un coup, hop! 750 milliards sont disponibles que le contribuable est prêt à donner pour sauver qui on voudra: des fainéants grecs, des irresponsables espagnols, des gréviculteurs français, bref tous les "pigs" du monde sont dorénavant à l'abri.
Billet invité Formidable! Il leur a fallu trois jours pour arriver enfin à une conclusion que l’on attendait depuis plus de trois mois. Et nos doctes dirigeants estiment avoir résolu le problème. Ils ne se rendent pas compte qu’ils viennent de l’aggraver. Une occasion manquée
Loin du début de semaine euphorique, la séance de vendredi a traduit les inquiétudes persistantes des marchés sur la zone euro. A l'instar de l'ensemble des places financières, le CAC 40 a ainsi décroché de 4,59% à 3.560,36 points sur fond de chute de la monnaie européenne. De fait, si l'indice parisien bondit de 4,95% sur la semaine grâce au fort rebond enregistré lundi (+9,66%), il affiche une évolution négative sur les quatre dernières séances (-4,3%). Le CAC 40 termine même de nouveau sous la barre des 3.600 points enfoncée lors du mouvement de ventes panique de vendredi dernier avant l'annonce du plan massif de soutien de la zone euro. Il est également loin d'avoir rattrapé le terrain perdu lors de la semaine du 3 mai où il avait cédé plus de 11% en cinq séances. Les inquiétudes pour la zone euro plombent encore le CAC 40
Ces plans de sauvetage qui dévorent l’Europe | Presseurop – fran La banque prend la Grèce en deux coups… Les plans de sauvetage de plus en plus massifs, d’abord pour la Grèce, puis pour la zone euro, ne font rien pour calmer des marchés mondiaux hystériques. Le problème, affirme l'économiste irlandais David McWilliams, c’est que les pays font dépendre leur sort d’un système bancaire fragile, au détriment de leurs citoyens. Nous vivons une époque véritablement historique. A l’issue du plan de sauvetage de l’euro, les marchés s’étaient remarquablement repris, mais le phénomène a fait long feu, et la valeur de la devise européenne a reculé.
L'heure de l'euro faible a sonné