background preloader

Séries TV

Facebook Twitter

Le plaisir de regarder des séries télévisées. Les séries télévisées : De quel art s'agit-il. En partenariat avec le supplément « Culture et Idées » du « Monde » (article de Nils Ahl).

Les séries télévisées : De quel art s'agit-il

Avec : Nils C. AHL Mathieu POTTE-BONNEVILLE Geneviève BRISAC Nils C Ahl : « Le glissement critique, c’est la fin des années 80, puis en France les années 2000, […] mais je pense que la date est devant nous, car si on parle de critique, il faudrait parler d’une critique propre à la série télévisée, et celle-là est encore à inventer. […] Et la diffusion en téléchargement ou en DVD s’accompagne de toute une série de commentaires et d’une intégration dans une communauté critique élargie. » Mathieu Potte-Bonneville : « Il y a toute une série d’ambiguïtés de cet objet « séries ».

Geneviève Brisac : « Ce qui n’a pas changé dans les séries et qui est très intéressant, c’est l’effet addictif. Sons diffusés : - Archive de Gérard Wacjman, écrivain et psychanalyste, dans l’émission « Les Nouveaux Chemins de la Connaissance », de Philippe Petit en septembre 2012, à propos de la série « Les Experts » Le goût du mal dans les séries télé. En dernière partie, nous recevons Vincent Colonna, semiologue, consultant et romancier, à l'occasion de la sortie du deuxième tome de son ouvrage L'Art des série télé- l'adieu à la morale (Payot).

Le goût du mal dans les séries télé

Pour dialoguer avec lui, nous avons convié Mathieu Potte-Bonneville, philosophe, maître de conférences à l'École normale supérieure de Lyon et responsable du pôle Idées et savoirs à l'Institut français Vincent Colonna et Mathieu Potte-Bonneville coquelicot vitale © Radio France Les grandes chaines, grand public sont assez traditionelles dans leurs constructions, assez simples, assez linéaires et morales, toujours morales. alors que les séries des petites chaînes sont beaucoup mieux élaborées sur le plan artistique mais complètement immorale dans leur grande majorité et c'est ce phénomène m'a beaucoup intrigué.

La chronique des Idées du monde de Delphine Veaudor : faut-il laisser l'histoire des sciences aux scientifiques ? Table ronde : le plaisir de la dépendance aux séries télé. Table ronde : le plaisir de la dépendance aux séries télé Avec : Thibaut de Saint-Maurice Philosophe Auteur de Philosophie en séries, Volumes I et II, Ellipses Benoît Lagane Journaliste au Rendez-Vous sur France Culture et producteur d’émissions sur les séries sur France Culture : Ete 2012 : « Génération Generique » Ete 2011 : « Chroniques sur canapé » Ete 2009 : « Le monde en 25 épisodes » Ete 2008 : « L’Amérique en 24 épisodes »

Table ronde : le plaisir de la dépendance aux séries télé

Les vertus thérapeutiques des séries télé. Affiche de la série True Detective © Radio France * Marjolaine Boutet, maître de conférences en Histoire contemporaine à l'Université de Picardie Jules Verne, spécialiste des séries télévisées.

Les vertus thérapeutiques des séries télé

Elle est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Les séries télé pour les nuls (First éditions, 2009) et co-auteur de Sériescopie-guide thématique des série télé avec Joël Bassaget et Pierre Sérisier * Pierre Sérisier, auteur du Blog "Le Monde des séries" sur le Monde.fr et co-auteur Sériescopie-guide thématique des série télé avec Joël Bassaget et Marjolaine Boutet et auteur de Le Prisonnier, aux PUF, en 2013 * Thibault de Saint-Maurice, philosophe, essayiste, auteur de Philosophie en série (Ellipses, 2009) Le reportage de Sophie Bober à Marseille, aux côtés de Céline et Elodie, adeptes de la série française "Plus Belle La Vie".

Marjolaine Boutet, Pierre Serisier et Thibault de Saint-Maurice Pascaline Bonnet © Radio France Elements sonores: “En France, on apprend le style, pas à raconter des histoires” Des récits complexes et subtils à la télé, c'est possible.

“En France, on apprend le style, pas à raconter des histoires”

Les séries américaines l'ont prouvé. Et leur public, de plus en plus large, ne s'y est pas trompé. Le sémiologue et romancier Vincent Colonna, amoureux de la fiction sous toutes les formes, analyse les raisons ancestrales de ces succès. Et pourquoi les Français sont à la traîne... A 16h, en vidéo, il nous dévoilera les secrets des Américains. Qui l'eût cru ? D'où vient cette passion pour les séries télé ? “Nos séries sont écrites comme des films de cinéma : elles négligent le langage propre à la télévision.” A ces questions, vous en ajoutez tout de suite une autre, qui ouvre votre livre : pourquoi les séries françaises ne parviennent-elles pas à ce niveau de qualité ? Comment expliquez-vous le bond qualitatif des séries américaines dans les années 2000 ? “La télé est un média pauvre, ce qui n'empêche pas la série d'être un art.”

De quelle évolution s'agit-il ? Qu'en est-il de la caractérisation des personnages ? Thibaut de Saint-Maurice et Vincent Colonna - Philosophie et séries télé.