background preloader

Réflexions sur la sexualité

Facebook Twitter

Rue89. On entend beaucoup d’experts théoriser à rallonge sur les études de genre, ce qui devrait être fait, ce que ça entraînerait ou pas sur le psychisme et la construction sociale des enfants, invoquer Freud, Dolto, Jésus ou même John Gray, mais de professionnels de terrain, rien. Figurez-vous que l’éducation à la sexualité en milieu scolaire n’a pas attendu l’arrivée au pouvoir du socialisme et son lot de perversions, puisque la loi du 4 juillet 2001 précise qu’« une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d’au moins trois séances annuelles et par groupes d’âges homogènes ». Making of Au terme de cette semaine au cours de laquelle des dirigeants de l’UMP ont fait semblant de croire que des livres pour enfants risquaient de pervertir notre société, notre riveraine G Stevens a eu envie de nous raconter son travail : conseillère conjugale et familiale, elle assure des séances d’éducation sexuelle dans des collèges.

Voilà. Quand les femmes … 3e partie. Dernière partie de la traduction de l’article When Women Wanted Sex Much More than Men.

Quand les femmes … 3e partie

La première partie est ici et la seconde là. C’est-y pas beau, la maternité, hein ? (ref. photo (c) halfmax on deviantart.com) Partie III : et l’air de rien, le sexisme reste Anciennement, l’appétit sexuel prétendument supérieur des femmes avait été vu comme un signe d’infériorité. Quand les femmes … 2e partie.

Deuxième partie de la traduction de l’article When Women Wanted Sex Much More than Men.

Quand les femmes … 2e partie

La première partie est ici. Je remonte l’article ce dimanche parce qu’un lien était cassé : j’ai constaté que les parties 2 et 3 avaient été respectivement 4 et 6 fois moins lues que la première partie alors qu’il s’agit de la traduction d’un seul et même article. Soeur Anglea (Deborah Kerr) dans Heaven Knows, Mr. Allison de John Huston, 1956 Partie II : l’ère des prudes Bien sûr, les idées concernant la sexualité ainsi que les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas universelles. En choisissant de se présenter comme naturellement chastes et vertueuses, les femmes protestantes ont pu justifier leur éligibilité comme égales des hommes sur les plans moral et intellectuel.

Malheureusement, si les femmes pouvaient se hisser au niveau des anges en étant dépassionnées, la chute était d’autant plus rude pour celles qui cédaient à leurs désirs. A suivre Sur le même thème Dans "réflexion" Quand les femmes avaient nettement plus besoin de sexe que les hommes. Et comment le stéréotype s’est inversé.

Quand les femmes avaient nettement plus besoin de sexe que les hommes

Traduction d’un article publié par la sociologue américaine Alyssa Goldstein sur le site Alternet.org. Ninon de Lenclos, gravure de Antoine-Jean-Baptiste Coupé. Sur la drague comme violence. Je me pensais asexuelle... Les conséquences de la pression sociale sur la libido et autres réflexions - une-sourde.over-blog.com. Dans cet article, je vais parler de sexe.

Je me pensais asexuelle... Les conséquences de la pression sociale sur la libido et autres réflexions - une-sourde.over-blog.com

Si vous ne voulez rien savoir de ma vie sexuelle passée et présente, vous pouvez toujours vous arrêter là. Je ne suis pas là pour faire du sensationnalisme mais pour dénoncer quelque chose (bien qu'une dénonciation ne peut être efficace que si les gens éprouvent de la compassion pour la victime mais c'est vous qui verrez. Oui, je dis bien la victime car je ne suis coupable de rien ni aucune autre personne qui serait à ma place). Évidemment, si vous n'êtes pas le dernier des connards, le sort de toutes les personnes (surtout des femmes, je vais y revenir) qui ont été ou qui sont et seront dans mon cas ne vous laissera pas indifférent.e.

Vouloir faire baisser sa libido, ce crime contre l’humanité. Lors de déambulations hasardeuses sur internet, je suis tombé sur un forum où des hommes demandaient s’il existait un traitement ou des médicaments qui faisaient drastiquement baisser voire supprimaient leur libido (certains demandaient carrément s’il était possible de demander une castration chimique volontaire).

Vouloir faire baisser sa libido, ce crime contre l’humanité

Je m’attendais assez naïvement à lire des réponses positives et des conseils sur tel ou tel médicament (puisque l’on crée des "traitements" pour augmenter la libido des femmes -vaste débat déjà-, que l’on a inventé le viagra pour pallier à l’impuissance masculine et prolonger dans le temps sa capacité à pratiquer le sexe, j’ai osé penser que la réciproque dans l’autre sens était envisageable). Au cas où je précise d’avance, loin de moi l’idée d’entretenir le cliché de "l’homme qui a toujours envie et la femme jamais" je me concentre simplement sur ces personnes qui – dans un système privilégiant grandement l’inverse – souhaitent voir leurs envies diminuer.

"Voilà voilà. Du sexe sans désir. J’ai conclu « Quand séduire devient faire céder » par une question très simple: pourquoi certains hommes veulent absolument obtenir du sexe de personnes qui ne les désirent pas?

Du sexe sans désir

Je voudrais revenir brièvement là-dessus. Ceci n’est pas vraiment un article à part entière, juste une mise au point. Par cette question, je voulais mettre en lumière l’absurdité du comportement de certains hommes. Or, ça n’a pas vraiment marché puisque beaucoup de gens sont partis d’une mauvaise base pour comprendre la question.