background preloader

À lire

Facebook Twitter

Ross Kemp ~~ MS 13 vs MS 18 gangs de l'extreme ~ San Salvador (Crime) [N°11] Benjamin Peret_Je ne mange pas de ce pain là_Melusine2011. Agatha Christie : « Voici le secret de fabrication d’un roman policier... » | La lettre du dimanche. « Dans mon enfance, j’étais poète. Je lisais beaucoup de romans policiers, mais je n’avais pas du tout l’idée d’en écrire. Mes auteurs favoris étaient Conan Doyle et Gaboriau. Les aventures de Sherlock Holmes et de M.Lecoq m’enthousiasmaient, mais mon amour pour la musique dominait ma vie et j’étais bien loin de me douter que je me lancerai un jour dans la littérature. Des Lettres Notre partenaire Des Lettres, maison d’édition spécialisée dans les correspondances, vous propose cette semaine la lettre ouverte d’Agatha Christie aux lecteurs du Club des masques, datée de mars 1932.

A l’âge de 13 ans, je vins à Paris pour perfectionner mes études de piano et de chant. Mon rêve était de chanter à l’Opéra, mais ma voix était trop grêle pour une si vaste salle, et du reste je n’ai jamais pu vaincre une timidité nerveuse qui m’ôtait tous mes moyens dès que je paraissais en public. Je me mis alors à écrire des histoires très tristes sur les malheureux, et des histoires de fantômes. Sociopath World. Se travestir pour vivre libre. Le chemin du passage à l'acte n'est pas toujours jonchée de pétales de roses : "A présent, j'étais un cosaque en uniforme avec mon sabre. Au lieu d'amies, j'étais entourée de Cosaques dont le langage, les plaisanteries, la grosse voix et le rire me heurtaient. Une sensation semblable à une envie de pleurer serra ma poitrine", écrira Nadejda Dourova dans ses souvenirs "Cavalière du Tsar".

Parfois associées à des hommes qui "savaient", parfois solitaires, elles ont aussi en partage, par dessus les siècles et les frontières, d'avoir été stimulées par leur mère, et plus souvent encore par leur père, afin d'échapper à leur rôle d'épouse, de mère, de soeur ou de veuve, assigné par les hommes. Du reste lorsqu'elles étaient découvertes, la plupart d'entée elles furent jugées, condamnées, exécutées, tant elles ébranlaient l'ordre social ou symbolique, défini par les gouvernants, les églises, ou les éducateurs.

UN DEO NATUREL EN 5 MINUTES CHRONO ? PARI TENU ! Ah la la, cet article a bien failli ne pas voir le jour ! Mon ordinateur vient d’avoir la très sournoise idée de me lâcher subitement… Par prémonition ou par un heureux miracle, j’ai fait ce matin même une sauvegarde de mes fichiers (la dernière remontait à la Saint-Glinglin), donc plus de peur que de mal ! J’ai pris mon courage à deux mains… et j’ai ressorti mon vieil ordinateur du fond du placard où il dormait bien sagement entre deux toiles d’araignée, et je comprends maintenant pourquoi je l’avais remisé là en promettant de ne plus jamais, jamais y toucher… allez, ne médisons pas, il me sauve aujourd’hui la vie ! Et comme cette petite aventure m’a donné des sueurs froides, je me suis dit que l’occasion était parfaite pour vous présenter de quoi éponger ces bouffées d’angoisse, j’ai nommé : mon déodorant naturel maison !

Je suis sûre que d’aucuns se demandent : ‘Mais pourquoi se casse-t-elle la tête comme ça ?’ ☛ L’ennemi public numéro 1, bien sûr, c’est l’aluminium. Et les déo bio ? Les Autres #1 - LE FÉMINISME 1. La série "bref." est-elle sexiste ? by RadioNavo. Humour Feministe. Typecast : parodie de Royals, par Lorde, sur les problèmes rencontrés par les actrices non blanches, bien souvent réduites à des stéréotypes ethniques. Ecrit et interprété par Tess Paras, avec la participation de Haneefah Wood et Ayana Hampton.Réalisation : Rebekka JohnsonMusique produite par Jack Dolgen.

Crédits complets et paroles :Cast:Tess Paras (“Grimm,” “Wilfred”) @TessParasHaneefah Wood (“Ave Q,” “Nurse Jackie”) @HaneefahWoodAyana Hampton (“In Living Color” reboot) @ayanadiscoStephen Guarino (“Happy Endings”) @IAmStephenGMo Welch (“The Mo Show”) @momowelchMike Still (Artistic Director, Upright Citizens Brigade Theatre, LA) @mikestillJohn David “J.D.” Witherspoon (www.youtube.com/WhoIsUTV) @JDwitherspoonSofia Gonzalez (“Community”) @SofiaMarieGJin Namkung (“Arrested Development”) @Rjnamkung Special thanks to Mo Welch, Jimmy Fowlie, Joseph Porter, and Ryan Noggle. Tess Paras is represented by:Manager, Bryan Brucks at Luber Roklin EntertainmentAgent, Brianna Ancel at Clear Talent Group. La Parade des violeurs est le Silence des violées.

Il y a quelques jours, je me suis indignée, comme tant d’autres femmes avant moi, de ce qu’un site commercial et ses partenaires puissent s’enrichir en faisant l’apologie du viol, sans être inquiétés. Tant que nos échanges avec l’auteur de l’article étaient restés confidentiels et polis, notre indignation avait été méprisée par le site. Lorsque mon indignation s’est faite moins discrète et plus insolente, j’ai eu le droit à une réaction immédiate.

Sept pages d’injures misogynes, pas moins, où deux des trois personnes interpelées se proposaient également de "d’élargir l’étroitesse de [mon]… esprit" (c’est à dire de mon vagin, puisqu’il s’agissait d’un sextoy). Un jeu de maux révélateur de l’état d’esprit de ces personnes en matière de respect de l’intégrité des femmes. L’un d’entre eux a fini par gazouiller de vagues excuses, juste après avoir essayé de me manipuler en message privé, pour sonder à quel point ses menaces de poursuites avaient pu m’intimider (ou pas). Like this: L'universalité de l'inceste. «Une nouvelle devise : "Que t'a-t-on fait, pauvre enfant ? "» Sigmund Freud, lettre à Wilhelm Fliessdu 11-12 1887, citant Goethe,après avoir raconté le souvenir de sa patienteviolée à deux ans par son père. Dès les premiers écrits d'historiens grecs sur les coutumes d'autres nations, les chercheurs n'ont cessé de comparer les habitudes des cultures différentes, avec l'espoir de découvrir des constantes significatives du comportement humain. 2 À ce jour, le seul trait universel que les sociologues contemporains et les historiens s'accordent à reconnaître comme présent dans toute culture connue est l'interdit de l'inceste - exprimé dans la formule standard : « Le tabou de l'inceste au sein de la famille proche est l'un des rares dénominateurs culturels universels connus ».

Pour Kroeber : « Si on demandait à dix anthropologues de désigner une institution universelle, neuf nommeraient probablement l'interdiction de l'inceste. Quelques-uns l'ont citée comme la seule universelle ». Viol: C’est toujours la faute des victimes. Marte Dalelv, crédits: Page Facebook « Release Martha Deborah Dalelv » Peut-on porter plainte pour viol et être emprisonnée pour « comportement indécent « (une relation sexuelle hors mariage), parjure et consommation d’alcool » ?

Si la question aurait paru absurde il y a quelques jours, les faits nous ont prouvé le contraire. C’est l »histoire douloureuse d’une Norvégienne de 24 ans, Marte Dalelv. Aujourd’hui « graciée » et autorisée à rester dans l’émirat ou revenir dans son pays, la jeune femme a fait l’expérience d’une injustice, qui a mobilisé le monde entier. Ces dernières semaines au Canada, une étrange campagne de pub a circulé.

. « Don’t be that girl », affiche du groupe masculiniste canadien Cette idée est ancienne. Il est intéressant de remarquer que les sciences sociales se sont intéressées très tardivement au viol. Et ce préjugé persiste. Charlotte Lazimi J'aime : J'aime chargement… "LA VICTIME C'EST LA COUPABLE!…" Complicités institutionnelles dans les crimes de viol* "La victime c'est la coupable!... " pour paraphraser Orwell dans 1984 le slogan totalitaire "La guerre c'est la paix, la liberté c'est l'esclavage, l'ignorance c'est la force".

Et nous pouvons rajouter, pour compléter la confusion de langue et la vision totalitaire qui colonise la sexualité et qui banalise le viol : "la victime c'est la coupable, la vérité c'est le mensonge, dire non c'est dire oui, céder c'est consentir, subir c'est désirer... ". La victime de viol serait toujours coupable ? De quoi ? De mensonges... Pour quelles raisons ? À en croire les chiffres, qui sont têtus, 16 % des femmes déclarent avoir été violées ou avoir subi une tentative de viol dans leur vie dont 59% avant 18 ans (une femme sur six) et 5% des hommes dont 67% avant 18 ans (enquête CSF 2006 Ined/Inserm), Cela fait beaucoup de victimes réparties dans toutes les catégories sociales, mais cela fait aussi beaucoup de criminels en cavale !

Autre exemple. Pour en savoir un peu plus... Ressourcesfeministes | Just another WordPress.com site. Comment expliquer à quelqu'un qu'il a dit quelque chose de raciste ? - Les Indivisibles. Biologie, génétique et psychanalyse dans le patriarcat. L'éloge des femmes passives. Nous sommes passés de normes extérieures, explicites, monolithiques, édictées par la morale ou la religion à une prolifération de représentations, et par conséquent à une individualisation des conduites, produisant à son tour des injonctions contradictoires.

Mais, pour autant, ce que révèlent aussi ces enquêtes, c’est que les places des hommes et des femmes n’ont pas radicalement changé. Ainsi, la presse et notamment celle que l’on qualifie « de société », qu’elle soit à destination d’un lectorat masculin ou féminin, adolescent ou adulte, hétérosexuel ou homosexuel semble être un vecteur de ces nouvelles normes contemporaines de la sexualité. Nous proposons par conséquent un « coup de sonde » sur les papiers consacrés à la sexualité dans le magazine pour adolescentes le plus vendu de cette catégorie, durant une période d’analyse, de novembre 2007 à avril 2008.

Tout d’abord, de quelle manière opère cette contrainte à l’identification des adolescentes ? « In bed ! ZONES. Lyber Zones Irene Zeilinger Petit manuel d’autodéfense à l’usage de toutes les femmes qui en ont marre de se faire emmerder sans rien dire. Pour Anne, car c’est elle que je voudrais avoir à mes côtés si je dois affronter un danger. Permettez-moi de me présenter : je suis formatrice d’autodéfense pour femmes depuis maintenant près de quinze ans. J’ai travaillé avec de très nombreux groupes de femmes et de filles un peu partout en Europe et en Amérique latine. Comme beaucoup de femmes, j’ai conscience du risque d’être un jour confrontée à la violence. Plutôt que rester démunie, j’ai voulu chercher les meilleurs moyens de me protéger et, si nécessaire, de me défendre.

Si je me suis mise à écrire, c’est parce que je ne trouvais pas en librairie de manuel d’autodéfense à recommander aux femmes qui suivent mes cours, à mes amies ou aux femmes de ma famille. Mais ce n’est pas seulement la pénurie de bons livres en autodéfense qui m’a motivée à coucher mes expériences sur le papier. Bon !