Geek

Facebook Twitter

Pouvoirs publics : L’OCDE attaque le Département, comme si c’était son rôle.

Et un obsevateur avisé soulève que dans le projet de fusion de l’Alsace, le choix de la représentation élue diffère du conseiller territorial, et ceci chez le ministre des collectivités…
Politiques publiques : Pierre Frackowiak nous parle du numérique à l’école, l’injep nous relate le récent rassemblement des acteurs des politiques de jeunesse. Alain Rousset et Claudy Lebreton se fâchent tout rouge sur le numérique. La SNCF veut gagner de l’argent dans ses gares. La Fondation Jean Jaurès sort une courte note sur la désindustrialisation.

L’économie sociale et solidaire est florissante dans les pays d’amérique du sud, là où l’économie va bien.
Université : On se mobilise pour des grandes opérations nationales, et puis après ? D’autre part, les villes universitaires étaient en congrès.
Environnement : BVA fait le même sondage depuis 20 ans sur les français et l’environnement.

Il vient de sortir. Slate publie deux articles qui obligent au pas de côté : l’un parle des enjeux des ordres de grandeur des action en matière de développement durable, et l’autre parle des effets pervers sur les comportements.
Régions : On change d’horaires de train ce week end. L’ARF réunit cette fin de semaine un séminaire sur les jeunesses en Régions. La Basse Normandie investit dans la biomasse. Centre lance des concours sur les bonnes pratiques environnementales, et l’Ile de France développe des débats citoyens.


Idées : Dominique Luneau sort de son créneau de la réflexion sur l’économie de l’Ouest pour s’aventurer sur le terrain des idées. Et il a raison !

La vie des idées nous explique pourquoi la morale à l’école comme on nous la présente cet automne, c’est juste de la chasse aux pauvres, et une boite de marketing voit une grande avancée du troc dans la société
Geek : Owni s’essaye à nous démontrer l’intérêt de l’ouverture des données publiques, un département soutien une opération de crowdsourcing sur son histoire et son identité, enfin, la leçon inaugurale de JL Missika pour l’ouverture de sa chaire "économie et gestion des industries numériques et des nouveaux médias" au CNAM.

Long et ardu mais passionnant.
Signal faible : La télémédecine a des détours étonnants. Jean-Louis Missika : Mutations numériques et mutations cognitives, de l'écriture au web. Mardi 22 novembre dernier, j'ai eu l'occasion, parmi beaucoup d'autres d'assister à la leçon inaugurale de la Chaire "économie et gestion des industries numériques et des nouveaux médias" prononcée par Jean-Louis Missika.

Jean-Louis Missika : Mutations numériques et mutations cognitives, de l'écriture au web

Le thème en était "Mutations numériques et mutations cognitives, de l'écriture au web", c'est-à-dire la manière dont des technologies cognitives, comme l'écriture, ou le web, modifient le travail même de la pensée.Jean-Louis me fait l'amitié de m'autoriser à reporter cette conférence sur ce blog, ce qui me permet d'avoir le plaisir de la partager avec vous. Les illustrations, en revanche, sont de mon cru. J’ai choisi de faire cette leçon sur un sujet très classique : la relation entre cette catégorie très particulière de technologies qu’on nomme technologies cognitives et les pratiques culturelles au sens large, notamment dans les domaines politiques et scientifiques.

Bienvenue à Wikipasdecalais ! Un nouveau Wiki territorial Tous les utilisateurs du web connaissent Wikipédia, l'encyclopédie collective, universelle et multilingue, qui fonctionne sur le principe du Wiki, c'est-à-dire du site qui s'enrichit chaque jour grâce à des contributeurs bénévoles de partout dans le monde. Le tout en respectant deux notions essentielles : l'exactitude des informations rapportées et l'objectivité nécessaire à leur divulgation.

Ce jeudi 1er décembre 2011, on assiste à un événement sur la toile: l'arrivée de Wikipasdecalais , qui traite de tout ce qui touche au département, particulièrement son histoire et son patrimoine. Le projet est porté par une association qui s'appelle tout simplement Wikipasdecalais et qui a reçu le soutien du Conseil général pour l'originalité de son projet et la mise en valeur future de ses neuf territoires. Vous n’habitez pas chez vous. Vous pensiez habiter à Paris ?

Vous n’habitez pas chez vous

Et bien non, d'après ce que vous pensez de votre territoire, vous habitez dans l'Eure. Si les données étaient ouvertes, ce genre de méprise n'arriverait pas. La preuve avec ce quiz. Entrez votre code postal dans l’application ci-dessus et faites le test pour découvrir que vous n’habitez pas chez vous… S’interroger sur la perception de son territoire, se dire que, finalement, même en pleine mégapole on habite à la campagne, le tout pour promouvoir l’Open Data – l’ouverture des données, en français.