background preloader

Ksacha

Facebook Twitter

BMW ne change pas une stratégie qui gagne. Pourquoi changer ce qui fonctionne ?

BMW ne change pas une stratégie qui gagne

C'est un peu la réponse du directoire de BMW sur la nécessité impérieuse d'un nouveau plan stratégique. Car d'urgence il n'y en a pas compte tenu des résultats et des perspectives qu'entrevoit le groupe munichois. Chiffre d'affaires en hausse (92 milliards d'euros, +14,6%), résultat net en progression, ventes en hausse (2,2 millions de voitures, +6,1%), cash flow ... La «nouvelle direction stratégique» de BMW : s’arracher des paddocks. Le constructeur allemand BMW ne s’engagera plus en Formule 1 après la saison 2009.

La «nouvelle direction stratégique» de BMW : s’arracher des paddocks

Hier, le groupe a fait savoir que la «nouvelle direction stratégique de l’entreprise» justifiait cette décision. Norbert Reithofer, le directeur de la firme de Munich, a même tenté de se montrer convaincant lorsqu’il a annoncé que «BMW va désormais mettre en avant une politique de gestion durable et favorable à l’environnement», tout en reconnaissant que sa firme continuera néanmoins à s’impliquer dans différentes compétitions automobiles.

Comme pour Honda, qui avait annoncé son retrait de la F1 le 5 décembre dernier, la situation économique mondiale, impitoyable pour les marchands de voitures, a également pesé dans la balance. Le groupe BMW a enregistré une chute spectaculaire de son bénéfice net en 2008, en retrait de 89,5 % par rapport à 2007, et les perspectives pour le bilan 2009 sont à peine meilleures puisque les ventes de BMW ont chuté de 19,5 % au premier semestre de cette année. Choix. Rentabilité 2015 : le réseau BMW en pleine forme – L'argus PRO. Le chiffre d’affaires moyen d’une concession BMW a progressé de 12,5 % en 2015 par rapport à 2014, à 40 899 K€.

Rentabilité 2015 : le réseau BMW en pleine forme – L'argus PRO

La rentabilité moyenne reste élevée, aux alentours de 2 %. « Et lorsque que nous sommes à ce niveau, cela veut dire que les deux tiers du réseau tournent à 2,5 % ou 3 % », confiait en janvier Serge Naudin, président de BMW France. Le taux de couverture des frais fixes par l’après-vente, qui oscille entre 60 et 80 %, tend à augmenter. Un dirigeant du Centre de la France rapporte que « les frais fixes, qui sont passés de 5,4 % à 4,9 % du chiffre d’affaires (-0,5 %), sont mieux absorbés, ce qui est satisfaisant sachant que la quasi-totalité du réseau a investi dans les nouveaux standards. La rentabilité du réseau, tant en pourcentage qu’en valeur absolue, progresse depuis trois ans. L’autre point de satisfaction concerne la réduction de l’écart entre les distributeurs les plus rentables et les moins performants.

Comment l'allemand BMW vole-t-il de record en record, malgré la crise? PSA brûle 200 millions d'euros de cash par mois et doit supprimer 8.000 emplois, Ford prévoit plus d'un milliard d'euros de pertes en Europe cette année et ferme deux usines, Fiat n'est sauvé que par les profits de son allié américain Chrysler et Opel cumule des déficits chroniques.

Comment l'allemand BMW vole-t-il de record en record, malgré la crise?

Pendant ce temps-là, l'allemand BMW nargue insolemment ses concurrents en affichant une santé de fer et de nouveaux profits... record. Le constructeur automobile annonce ce mardi un troisième trimestre historique, avec un bénéfice net en hausse de 16% à 1,29 milliard d'euros, un résultat encore meilleur qu'attendu par les analystes. Le résultat opérationnel (Ebit) est en hausse également de 14% à 2 milliards.

Pour un chiffre d'affaires en croissance de 14% à 18,8 milliards d'euros. Superbes marges. BMW réalise une bonne performance au 2e trimestre, saluée par analystes et Bourse. Le constructeur automobile allemand haut de gamme BMW a enregistré des performances financières bien meilleures qu'attendu au deuxième trimestre, s'attirant commentaires enthousiastes et nette progression en Bourse.

BMW réalise une bonne performance au 2e trimestre, saluée par analystes et Bourse

Le constructeur automobile allemand haut de gamme BMW a enregistré des performances financières bien meilleures qu'attendu au deuxième trimestre, s'attirant commentaires enthousiastes et nette progression en Bourse. Le bénéfice net du groupe de Munich (sud) a grimpé de 27% à 1,77 milliard d'euros sur un an, soit davantage qu'escompté par le consensus d'analystes de l'agence Dow Jones Newswires, qui tablait sur 1,5 milliard d'euros.

Entre avril et juin, BMW a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 1,8% à 19,9 milliards d'euros, moins que les 20,14 milliards attendus. Cependant, son bénéfice d'exploitation (Ebit) a progressé de 26% à 2,6 milliards d'euros, selon le communiqué du groupe, un chiffre meilleur que pronostiqué.