background preloader

Justice

Facebook Twitter

CPFB Sayfo 1915 ن sur Twitter : "March for #justice in Los Angeles on April 24. #Armenian #Assyrian #Chaldean #Syriac #Greek #Genocide #Holocaust #ن. Pour une répression préventive. Quand j’étais au lycée, le directeur me convoqua un jour dans son bureau pour une bêtise que je n’avais pas faite.

Pour une répression préventive

À ses questions sur la farce qui était plutôt comique mais que j’ai oubliée (désolé), je répondis que ce n’était pas moi et rajoutai : “Mais ça aurait pu l’être.” Quelques semaines plus tard, sans faits et sans preuves, j’étais viré. Motif : attitude négative. Dans sa grande sagesse, le responsable de l’établissement s’était débarrassé d’un insolent qui défiait l’autorité depuis un peu trop longtemps. Etait-ce juste ou pas ? Dans un film dont j’ai oublié le titre, Sami Naceri est cerné par la police. Mais oublions l’acteur et revenons au personnage du film. De même, que Saddam Hussein ait ou non détenu des armes de destruction massive n’a que peu d’importance. Est-il juste que Julien Coupat soit en prison et Ivan Colonna condamné ? Avant de faire régner la justice, l’Etat se défend.

Article en accès libre. Envoyer More Sharing Services. Tarnac paranoïaque. Comme dirait Jackie Berroyer : “Parlons peu, parlons de moi.”

Tarnac paranoïaque

La notice qui suit mon nom sur causeur et me qualifie d’anarcho-réactionnaire en dit plus sur mon parcours que sur l’état de ma pensée. En fait, j’étais proche des milieux anarchistes jusqu’à une date trop récente pour que je puisse la révéler sans honte. Et un jour, à l’inverse de Lazare quand il retrouva la vie, j’ai cessé de marcher en traînant mes savates de République à Bastille et je me suis assis. J’ai ouvert les yeux sur le réel et en devenant clairvoyant, je suis devenu réactionnaire. En un mot je suis devenu adulte.

Il est vrai que dans ma jeunesse militante, aucun abus de pouvoir ne m’a envoyé en prison. À la lecture de l’entretien donné au Monde par Julien Coupat, incarcéré depuis plus de six mois, un constat s’impose : la prison ne remplit pas toutes ses missions. Je vais tenter d’en extraire la substantifique moelle par quelques morceaux choisis. – La solution : “une révolte cruelle mais bouleversante”. Le Monde enterre le secret de l’instruction. Cela vous avait sans doute échappé mais il arrive au Monde d’être désopilant.

Le Monde enterre le secret de l’instruction

Je ne sais pas où la médiatrice de notre quotidien de référence (l’homologue de notre Justine, que celle-ci me pardonne) a suivi l’école du rire, mais sa dernière chronique était un petit bijou d’humour, involontaire peut-être mais de très haute volée. Comme chaque semaine, Véronique Maurus revenait sur un article qui avait fait tempêter et buzzer les lecteurs : une double page signée Gérard Davet et consacrée à Jérôme Kerviel. Le titre, “Mauvais joueur” annonçait la couleur sans façons : article à charge. “Un tas de boue”, “nauséabond”, “honteux”, “insupportable”, “indigne” – le florilège reproduit avec un zeste d’effarement par l’excellente consœur montre que pas mal de gens se sont étranglés à la lecture de l’article.

Quelques internautes perfides se sont demandé si Gérard Davet était en découvert à la Société générale. Seulement, il s’agissait, avec l’article injustement critiqué, de tout autre chose. Le blog de Bruno Frappat: Comité. Le président du Soudan ne veut pas être arrêté. Cela se comprend: qui souhaiterait être privé de liberté et comparaître devant des juges, même pas de son propre pays, pour répondre de "crimes de guerre", "crimes contre l'humanité" et autres sympathiques comportements? Il trouve déjà, pour défendre son immunité, de très puissants défenseurs, fort connus pour leur action au service des droits de l'homme et du respect des populations et des personnes menacées. On signale ainsi parmi les premiers à s'être inscrits sur la liste, les dirigeants de la Russie, de la Chine, de l'Organisation de la conférence islamique, etc..

Ne doutons pas que ce comité de soutien va recevoir de prompts renforts. Il ne manque pas de dictateurs, sur la planète, pour considérer que la défense des droits des accusés passe avant toute autre préoccupation. Jérôme Kerviel, mauvais joueur.