background preloader

Clément Méric

Facebook Twitter

Quand Clément Méric se réfugiait derrière la sécurité de la Manif Pour Tous - Thomas DEBESSE. Posté par Thomas DEBESSE le 07/06/2013 à 14:12.

Quand Clément Méric se réfugiait derrière la sécurité de la Manif Pour Tous - Thomas DEBESSE

Licence CC by (copiez-moi !) Alors qu'on apprend la mort de Clément Méric, la première réaction, légitime, est la désolation : encore une mort inutile qu'on ne peut que regretter. Malheureusement, le deuil est très vite terni par des vautours en mal de récupération politique… D'un côté on aurait l'image d'Épinal du bon élève tolérant victime d'un guet-apens et de l'autre des méchants nazis tout droit sorti du Château de Wolfenstein, et l'ensemble plongé dans une grande soupe d'amalgames… Au milieu de tout ce foin médiatique, je trouve que l'article du Monde est remarquable : l'auteur n'hésite pas, par exemple, à montrer que Clément Méric critiquait le Front de Gauche qui pourtant récupère sa mort aujourd'hui. Clément Méric avant sa mort Le 17 avril 2013, en marge d'une Manif Pour Tous, la cellule d'extrême gauche à laquelle appartient Clément Méric vient agresser les manifestants.

Clément Méric n'aime pas être pris en photo. C'est humain. EXCLUSIF. Mort de Clément Méric : selon un témoin, "les skinheads ne cherchaient pas la bagarre" Clément Méric et le principal suspect étaient connus des services de renseignement, selon la presse. FAITS DIVERS - Sept personnes sont toujours en garde à vue vendredi 7 juin au matin, au lendemain de la mort de Clément Méric, militant d'extrême-gauche battu par des skinheads mercredi après-midi à Paris.

Clément Méric et le principal suspect étaient connus des services de renseignement, selon la presse

Parmi les interpellés figure l'auteur "probable" du coup mortel porté au jeune homme, a annoncé Manuel Valls. L'enquête devra déterminer le profil des auteurs des coups, et notamment leurs liens avec le groupuscule d'extrême-droite des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR). Selon M6, l'auteur probable du coup mortel était déjà connu des services de la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) et de la DDRP (Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris).

Esteban M., "un balèze d’origine espagnole" selon Libération, serait fiché comme appartenant à un groupuscule d'extrême-droite, probablement les JNR. Le vol bas du vautour en politique. On aurait aimé que la journée d'hier à tout le moins ait été la journée du deuil.

Le vol bas du vautour en politique

On aimerait qu'un consensus existe dans notre pays pour que le jour de la mort d'un homme soit un jour de recueillement. Un jour durant lequel on aurait pensé avant tout à ce jeune homme et à ses proches. A ces 19 courtes années, si courtes lorsque l'on voit grandir si vite ses propres enfants. A ce Clément, brillant élève, apparemment jovial, prêt à vivre sa vie, résolu à la construire, à s'engager, à aimer, à profiter aussi des beaux jours. Portrait de Clément Méric, bien plus qu'un "antifa" Le vol bas du vautour en politique. Clément Méric: un témoin décrit le début de l'altercation - 06/06. Clément Méric est décédé. VIDÉO - Ce militant d'extrême gauche de 18 ans a été frappé par des skinheads, mercredi vers 18 heures, en plein centre de Paris.

Sept personnes, dont l'auteur probable du coup fatal, ont été interpellées. Au lendemain d'une très violente agression en plein coeur de Paris, Clément Méric, un jeune militant d'extrême-gauche de 18 ans, est décédé. Le jeune homme, étudiant à Sciences-Po originaire de Bretagne, était en état de mort cérébrale à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière depuis hier soir. EXCLUSIF. Agression de Méric : "Le Point" dévoile l'identité des quatre interpellés. Un jeune frappé à mort à Paris : la "marque de l'extrême droite" LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laurent Borredon Un jeune militant d'extrême gauche âgé de 18 ans est mort, jeudi 6 juin, après une violente altercation avec des skinheads survenue mercredi à Paris.

Un jeune frappé à mort à Paris : la "marque de l'extrême droite"

Clément Méric, étudiant à Sciences Po et engagé dans le syndicat Solidaires, est membre d'Action antifasciste. Dans un communiqué, le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, a assuré, jeudi matin, de "sa totale détermination à éradiquer cette violence qui porte la marque de l'extrême droite". La victime et trois de ses amis se trouvaient dans un appartement de la rue de Caumartin, dans le 9e arrondissement de Paris, en fin d'après-midi, pour participer à une vente privée de vêtements de plusieurs marques appréciées par les jeunes militants issus à la fois de l'extrême gauche et de l'extrême droite.

Vers 18 heures, deux hommes et une femme arrivent dans l'appartement. Entre-temps, les agresseurs se sont enfuis. >> Lire aussi : "Multiplication des appels à dissoudre les groupes ultras"