background preloader

Bonheur & bien materiel

Facebook Twitter

Pourquoi les matérialistes sont-ils moins heureux? Psycho et bien-être C'est le nom d'une étude publiée récemment dans la revue Personality and Individual Differences.

Pourquoi les matérialistes sont-ils moins heureux?

Toujours posséder plus. C'est en quelque sorte l'objectif vital du matérialiste. Mais lorsqu'il satisfait un désir d'acquisition, est-il plus heureux? On dit souvent: les personnes qui prônent « l'être » plutôt que « l'avoir » atteignent plus facilement le bonheur. Dans un sondage réalisé sur 246 membres du département marketing d'une université, les participants devaient affirmer à quel point ils étaient d'accord ou non avec des affirmations telles que: "ma vie serait meilleure si je possédais certaines choses que je n'ai pas". Résultat: les matérialistes éprouvent plus de difficultés à être reconnaissants. "La gratitude est un état d'esprit positif. Un bonheur difficile à atteindre. Le bonheur passe par le bien-être plus que par la richesse. L'argent fait-il le bonheur ?

Le bonheur passe par le bien-être plus que par la richesse

Depuis des siècles, les chercheurs tentent de répondre à cette question. Une nouvelle étude montre que disposer d'importants revenus ne garantit pas d'être plus heureux au quotidien. La recherche du bonheur. Une quête ultime, qui est depuis des millénaires nourrie par les citations, proverbes, et autres pensées laissées ici et là par les personnalités témoins d'une époque et d'une culture. Prenons, au hasard, celle-ci, qui est l'une des plus connues: «L'argent ne fait pas le bonheur.» Un proverbe pour le moins pratique: d'un côté, les plus pauvres peuvent y trouver une consolation de ne pas avoir assez d'argent, et de l'autre les riches peuvent se trouver une excuse d'en avoir beaucoup. L'argent fait-il le bonheur alors? Qui est l'auteur de l'étude, et de ce constat? Matérialisme et bonheur, des valeurs qui s'opposent.

L’argent ne fait pas le bonheur… La recherche psychologique récente a non seulement montré la vérité de cette maxime, mais a commencé à démontrer que quand les gens organisent leurs vies autour de la poursuite de la richesse leur bonheur peut même diminuer.

Matérialisme et bonheur, des valeurs qui s'opposent

Les études sur les rapports entre le bonheur et la richesse matérielle des psychologues américains E. Diener et D. Myers, rapportées par l’American Psychological Association (APA), soulignent que “les individus sont plus heureux s’ils vivent dans les pays riches plutôt que dans les pays pauvres. Cependant, une fois qu’ils ont assez d’argent pour subvenir aux besoins de base comme la nourriture, un toit, etc., l’argent ne contribue pas beaucoup à améliorer leur bonheur. Ni les hausses de la croissance économique nationale, ni les augmentations de revenus personnels n’ont beaucoup d’effet sur le bien-être personnel des citoyens.” Le matérialisme nous rend-il malheureux ?

Le dernier iPhone, la dernière tablette, le dernier film, le nouveau restaurant, le dernier fond de teint… La plupart d’entre nous se retrouvent parfois face à une envie un peu bizarre : une envie de consommation. Et si cette envie de consommer, de « posséder » des choses, pouvait nous rendre malheureu-x-ses ? Tim Kasser, professeur de psychologie et auteur de l’ouvrage The High Price of Materialism (Le prix élevé du matérialisme), a travaillé sur la question : pour lui, notre culture contemporaine valorise la consommation et le matérialisme, et ces deux « valeurs » affecteraient largement notre bien-être quotidien, notre santé physique et notre sentiment de bonheur.

Autrement dit, la poursuite d’objectifs « matérialistes » (la recherche d’un statut social, d’un certain niveau de vie), plutôt que d’objectifs « prosociaux » (la valorisation des liens familiaux, de la communauté), impacterait négativement le bien-être des individus… et de la société. Les biens matériels rendent-il heureux, davantage que les évènement de vie? Si vous décidez de dépenser votre argent dans quelque chose qui vous rendra heureux, faudrait-il que vous achetiez un service, comme une sortie en week-end, ou un bien matériel, comme une nouvelle console de jeu?

Les biens matériels rendent-il heureux, davantage que les évènement de vie?

Certaines recherches que nous avons déjà évoquées ici suggèrent que les biens immatériels constituant des expériences de vie, apportent davantage de plaisir et contribuent davantage au bonheur à long terme, que les biens matériels (voir : Le matérialisme peut-il rendre malheureux? Van Boven & Gilovich, 2003). Cependant, Nicolao et ses collègues de l'université du Texas, affirment dans le Journal of Consumer Research, que ces études ne présentent pas l'ensemble du tableau (Nicolao et al., 2009). Ce chercheur et son équipe expliquent par exemple que la précédente recherche de Van Boven et Gilovich (2003), se contentaient de comparer les biens (matériels et immatériels) dont le souvenir était bon, ou qui avaient apporter du plaisir. Le bonheur réside-t-il dans la richesse matérielle ? - Theopedie.com.

En bref : Non, car la beauté d’un homme brille davantage lorsqu’il conserve le bonheur plutôt que lorsqu’il le laisse s’échapper.

Le bonheur réside-t-il dans la richesse matérielle ? - Theopedie.com

Or, dit Boèce, « les richesses brillent davantage en se répandant qu’en s’entassant ; car l’avarice rend les riches odieux, et la générosité les rend illustres ». Donc le bonheur ne consiste pas dans la richesse matérielle. Aristote distingue deux sortes de richesses : les biens économiques et les biens financiers. Les premiers servent à la personne pour subvenir aux besoins de sa nature : tels sont les aliments, les vêtements, les moyens de transport, le logement, etc. Les seconds, comme les monnaies, ne sont pas d’une utilité de nature ; mais l’ingéniosité humaine les a créés pour faciliter les échanges économiques, de telle sorte qu’ils servent à évaluer les biens qui se vendent.