background preloader

Est ce que je suis Charlie?

Facebook Twitter

Tailspin - Pour mes élèves de Seine Saint-Denis. Lorsque j’ai appris l’attaque de Charlie Hebdo, je rentrais de l’école.

Tailspin - Pour mes élèves de Seine Saint-Denis

Un message, puis deux, sur mon téléphone. Puis je suis restée bloquée sur les chaînes d’information pendant un long moment sans pouvoir rien faire d’autre. Je me suis mise au travail, car c’était un mercredi après-midi et que j’avais des copies à corriger. Des copies de brevet blanc, un sujet d’argumentation : « Pensez-vous que tous les élèves de France ont les mêmes chances de réussir à l’école ? « Monsieur, ils ne nous aiment pas » Je suis professeur d’histoire-géographie dans un lycée de Seine-Saint-Denis.

« Monsieur, ils ne nous aiment pas »

Face au matraquage politique et médiatique qui cible encore une fois nos élèves, j’aimerais donner à entendre le sens de leurs paroles, paroles rarement écoutées mais ô combien instrumentalisées par ceux-là mêmes qui jamais ne franchissent le périphérique. Au lendemain des attentats survenus le 7 janvier dans les locaux de Charlie Hebdo, j’ai commencé chacune de mes heures de cours par la question suivante : « Que pensez-vous de ce qui s’est passé hier ?

Zygmunt Bauman : “Nos sociétés refoulent des populations entières hors du corps social” Serait-ce la faute à Voltaire ? Lettre de professeurs. Voici la reproduction intégrale d'une lettre écrite par des professeurs de Seine-Saint-Denis, parue dans "Nouvelles d'Orient", blog d'Alain Gresh dans le Monde Diplomatique.

Serait-ce la faute à Voltaire ? Lettre de professeurs

Charlie à tout prix. Etre "Charlie" ou pas : à Roubaix, "on marche sur des œufs" Samedi 10 janvier, à Lille, la mécanique des foules s’est quelque peu déréglée.

Etre "Charlie" ou pas : à Roubaix, "on marche sur des œufs"

D’un côté, les circumambulations de la population nordiste unie dans sa grande diversité pour profiter des soldes d’hiver. De l’autre, entre la porte de Paris et la place de la République, la procession rangée de 40.000 manifestants d’une saisissante homogénéité : blancs, venus en famille, lookés avec la même négligence soignée. Samedi 10 janvier, à Lille, disons le sans fard : la population musulmane n’a pas su ou n’a pas voulu se mobiliser derrière la grande bannière noire "Je suis Charlie" du Club de la Presse Nord-Pas-de-Calais. "On n'y est pour rien, on ne voit pas pourquoi on serait punis" "Je ne suis pas Charlie. Et croyez-moi, je suis aussi triste que vous.". "Je ne suis pas descendu parmi la foule.

"Je ne suis pas Charlie. Et croyez-moi, je suis aussi triste que vous."

" Un @sinaute exprime, dans le forum de discussion de la dernière chronique de Daniel Schneidermann, son malaise vis-à-vis de "l'union nationale" suite aux attaques meurtrières qui ont visé Charlie Hebdo. En cause, la "dérive islamophobe" du journal et de cette gauche "Onfray/Charlie/Fourest laïcarde". Gros malaise. A la marche républicaine, des dirigeants peu attachés à la liberté de la presse. Faut-il défiler dans la rue dimanche. #JeSuisCharlie: les musulmans n’ont pas à s’excuser. Capture d'écran de la page Facebook du journaliste Ahmed Shihab-Eldin.

#JeSuisCharlie: les musulmans n’ont pas à s’excuser

Je soutiens la campagne #JeSuisCharlie et je continuerai à soutenir toute action, d'où qu'elle vienne, entreprise pour défendre l'importance de la liberté d'expression. Je n'ai jamais été très fan de Charlie hebdo, mais le droit de publier ce que l'on veut, pour moi, ne se discute pas. Si quelque chose vous dérange, écrivez sur le sujet, ‘plaignez-vous', faites quelque chose -c'est votre droit. Charlie Hebdo: quand va-t-on arrêter de demander aux musulmans de se désolidariser d’un acte terroriste?

Quelques heures à peine après la tuerie au siège parisien du journal satirique, plusieurs personnalités ont demandé aux musulmans de «se désolidariser» de l'attentat. Une requête qui heurte beaucoup de gens. Les premiers éléments de l’enquête sur l’attaque du 7 janvier contre Charlie Hebdo à Paris incriminent deux jeunes Français, les frères Kouachi, décrits comme deux islamistes dont l'un a été condamné par le passé pour son engagement dans le djihad en Irak. Dans les médias, des personnalités, des proches des victimes, des politiques et des représentants du culte musulman ont vite pris la parole pour faire part de leur émotion et de leur effroi. One Tweet Perfectly Sums Up the Big Problem With How We Talk About Terrorism. If a terrorist attack took place right here in the U.S., why isn't it a national story?

One Tweet Perfectly Sums Up the Big Problem With How We Talk About Terrorism

Terrorism may be defined as "the use of violence and threats to intimidate or coerce, especially for political purposes," but if you asked most people, the term conjures one image: brown people with beards and bombs. Nothing has made that profoundly racist misunderstanding clearer than the news coverage of two violent attacks that happened within roughly 24 hours. On Tuesday morning, the NAACP offices in Colorado Springs, Colorado, came under attack when who is believed be a balding white man in his 40s dropped an explosive device that went off a few feet from the building. And on Wednesday morning, news broke of a horrifying mass shooting at satirical newspaper Charlie Hebdo in France that left 12 dead and several wounded. Both acts were motivated by radical ideology, but only one of them is being covered by the 24-hour news cycle.

Je ne suis pas Charlie Par Bruno Bertez. Comme vous vous en doutez, j’ai longuement hésité avant d’écrire ces quelques lignes.

Je ne suis pas Charlie Par Bruno Bertez

Prendre le contre-pied, s’opposer frontalement à un mouvement de masse, c’est être plus que téméraire, c’est être inconscient. Certains diraient même que le titre que je choisis est une provocation. Je ne le conteste pas car, comme les caricaturistes et journalistes de Charlie Hebdo, je pratique moi-même la caricature.

Je force le trait, j’exagère, je grossis, pour frapper, pour retenir l’attention et ainsi, mieux convaincre. Le grand mouvement « Je suis Charlie » a quelque chose de dégoûtant. Dans le combat qu’ils ont mené, on ne peut pas dire qu’ils étaient bien nombreux. Que dire sur leur protection. Présidents africains à Paris : pourquoi pas une telle mobilisation contre Boko Haram ? L’Afrique était bien représentée à la marche historique du 11 janvier contre le terrorisme à Paris, avec six chefs d'Etats du continent présents.

Présidents africains à Paris : pourquoi pas une telle mobilisation contre Boko Haram ?

Mais la presse africaine leur reproche de ne pas se mobiliser autant contre les massacres de Boko Haram. Le Malien Ibrahim Boubacar Keïta, le Nigérien Mahamadou Issoufou, le Sénégalais Macky Sall, le Béninois Thomas Boni Yayi, le Togolais Faure Gnassingbé et le Gabonais Ali Bongo ont marché hier à Paris, avec des millions de Français. "Je salue bien évidemment la démarche de solidarité avec les victimes, leurs familles et le peuple français dans son ensemble. Mais cela aurait eu plus de portée et de sens si ces mêmes chefs d’Etats avaient montré le même empressement et la même solidarité avec leur voisin nigérian. 2 000 morts recensés ces derniers jours.

Boko Haram s’en prend à la liberté des jeunes filles d’aller à l’école, à la liberté d’expression et de culte. Les traces d’hypocrisie laissées dans Paris après la marche républicaine nettoyées pendant la nuit. Les équipes de la mairie de Paris ont annoncé avoir eu toutes les peines du monde à rendre son éclat à la ville lumière après le passage de la marche républicaine qui a rassemblé environ deux millions de personnes dimanche.

Les traces d’hypocrisie laissées dans Paris après la marche républicaine nettoyées pendant la nuit

En cause, des nombreuses traces tenaces d’hypocrisie qui auraient été retrouvées tout au long du parcours. Reportage. À 4h30 ce matin, les équipes de nettoyage de la mairie de Paris se hâtaient de faire disparaître les dernières traces d’hypocrisie qui jonchaient encore les environs de la place de la République.