background preloader

Tpe

Facebook Twitter

Feux d'artifices. La Propulsion .......... Les Effets .......... La Lumière Retour au début de la page. Aspects chimiques : C'est probablement avec les premières armes à feux qu'est apparue la poudre noire ou poudre à canon; il fallait une matière susceptible de brûler rapidement et en même temps produire un volume important de gaz. Ainsi, en trouve-t-on les traces chez les Chinois qui, d'après l'Allemand VON BOMOCKI, utilisaient des flèches incendiaires propulsées par un mélange semblable à la poudre à canon au XIe siècle. La poudre à canon proprement dite est apparue en Europe au milieu du XIIIe siècle. Au XIVe et XVe siècle, la composition était (en masses): 6 parties de salpêtre pour une partie de soufre et une partie de charbon de bois. 30 % de charbon, 30 % de soufre, 40 % de salpêtre pour la poudre de mine (lente), ou bien 12 % de charbon, 10 % de soufre, 78 % de salpêtre pour la poudre de chasse, ou encore 12,5 % de charbon, 12,5 % de souffre, 75 % de salpêtre pour la poudre dite de guerre.

A propos des couleurs dans les Feux d'artifices... Les couleurs Vous vous êtes sans doute déjà demandé comment étaient produites les différentes couleurs qui illuminent le ciel au cours des feux d'artifice... Et bien je vous propose quelques éléments de réponse qui vous permettront d'en savoir un petit peu plus à ce sujet. Il faut savoir que les différentes couleurs des feux d'artifice sont liées à la nature des substances qui composent la matière pyrotechnique. Quand celle-ci est mise à feu, elle produit une flamme caractéristique de sa constitution...

Sans entrer dans les détails, et pour vous donner une première idée des éléments chimiques utilisés dans la fabrication des artifices, voici une petite liste des couleurs de base : Il est possible d'obtenir des effets clignotant à l'aide d'antimoine ( Sb ) Le blanc/argent peut avoir plusieurs origines en fonction de l'effet désiré, dont le titane ( Ti ), l'aluminium ( Al ) ou le magnésium ( Mg ) Les effets de couleur jaune sont obtenus à partir de composés contenant du sodium ( Na )

Feu d'artifice. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Feux d'artifice castillans lors d'une fête dans une banlieue sud de Mexico. Le feu d'artifice du 14 juillet à Paris Un feu d'artifice est un procédé pyrotechnique utilisant des explosifs déflagrants visant à produire du son, de la lumière et de la fumée. Les feux d'artifice sont souvent utilisés dans des spectacles pyrotechniques (fêtes nationales, jour de l'an, événements, etc.). Artifice vient du latin artificium qui signifie art.

Historique[modifier | modifier le code] Principes[modifier | modifier le code] Les feux d'artifice font du bruit lorsqu'ils explosent, mais c'est principalement leur lumière et leur mouvement qui les rendent si attrayants. Il y a tout d'abord l'incandescence des particules d'oxyde métallique, formées lors de la combustion, dont l'incandescence va du blanc rouge (aux alentours de 1 000 °C) jusqu'au blanc éblouissant (vers 3 000 °C). La technique liée aux feux d'artifice s'appelle la Pyrotechnie. .: Pyrotechnie :. A l'origine des phénomènes visibles et audibles qui composent un feu d'artifice sont des réactions de combustion similaires à certaine qui nous sont très familière : feu de bois, brûleur d'une cuisine à gaz. La combustion Elle fait intervenir au moins deux corps qui réagissent et se recombinent en nouveaux corps avec libération de chaleur.

C'est une réaction qui repose sur des échanges d'électrons entre les produits. De telles réactions sont appelées des oxydoréductions. L'un des produits, l'oxydant, oxyde l'autre, le combustible ou réducteur. Nitrates NO3- (1/3 O) : 2No3- -> NO2- + O2 Chlorates ClO3- (100% O) : 2ClO3- -> 2Cl- + 3O2 Perichlorates ClO- (100% O) : 2ClO- -> 2Cl- + O2 Dans les feux d'artifices, combustilbes et oxydant sont des produits solides et mélés. La poudre noire Reducteurs : charbon (carbone) et le souffre Oxydant : salpètre (nitrate de potassium) Dans les feux d'artifice Fines particules dispersées dans l'aire par les gaz de combustion, la fumée. Les couleurs des feux d'artifice dépendent des compositions métalliques ? C’est en profitant d’un moment agréable avec une amie proche de l’Opera House de Sydney, que comme dans les films hollywoodiens, nous entendions des feux d’artifice non loin. Nous décidons d’aller y jeter un coup d’oeil.

C’est alors que m’est venu l’idée d’écrire cet article. Savez-vous comment fait-on pour avoir une couleur différente pour chaque feu d’artifice ? La poudre noire ou poudre à canon (inventée par les Chinois) est le principal élément de combustion des feux d’artifice. On appelle la pyrotechnie, les techniques liées aux feux d’artifice. Comment ça marche ? Pour faire simple, les feux d’artifice reposent sur la combustion de la poudre noire contenant un composé oxydant comme du nitrate, chlorate, perchlorate et l’incandescence des particules d’oxyde métallique. Voici un tableau des composées métalliques utilisés pour faire varier les couleurs des feux d’artifice : Dans certains pays, les feux d’artifice sont incontournables, c’est par exemple le cas pour l’Australie. Untitled. Explications physiques. Explications physiques sur les effets lumineux et sonores 1) Le phénomène physique qui libère de la lumière Nous avons déjà parlé du postulat des quantifications d’énergie de l’atome que Bohr (1883-1962) déposa en 1913,qui explique que les électrons s’organisent en couches concentriques qui partent du noyau et s’en éloignent, mais aussi comment la matière fait pour émettre de la lumière.

On parle d’incandescence pour désigner la lumière, le rayonnement de tout corps qui est chauffé. Fait intéressant, l’intensité de la lumière émise, est proportionnelle à la puissance quatrième de la température (si on multiple par 4 la température, on multiplie l’intensité par 256). On retrouve ce phénomène d’incandescence avec le magnésium par exemple. Lorsque les particules d’oxyde métallique, formées lors de l’oxydation, sont portées à plus de 3000°C, l’incandescence est d’un blanc éblouissant. Pour en revenir, au modèle de Bohr, les électrons orbitent en fonction de l’énergie qu’ils possèdent. Histoire et Technique des Feux d'Artifice. Histoire des feux d'artifice : Les débuts : Vers l'an 675, les soldats grecs utilisèrent le feu grégeois au cours du siège de Constantinople. Les sarrasins furent épouvantés par les effets étranges de ce feu artificiel. Ces feux étaient fabriqué avec de la résine inflammable de pin, de naphte et du soufre.

VIII ème ou IX ème siècle : Ce sont peut-être les chinois découvrent la poudre noire, mélange de salpêtre, charbon de bois et soufre. Elle était utilisée par les archers pour augmenter la portée de leurs flèches et accessoirement déclencher des incendies. Début du XIV ème siècle : Le moine allemand Berthold Schwartz (appelé aussi Black Berthold ou Bertholdus Niger) redécouvre la poudre noire. XVII ème et XVIII ème siècle : 1612 : La mode est aux grand feux d'artifice avec décors géants créés pour l'occasion. Les Couleurs : Les différentes couleurs s'obtiennent par l'émission de composés métalliques. Principaux procédés entrant dans les programmes de feux d'artifice: Les feux d'artifice, comment ça marche ? Chaque fusée de feu d'artifice demande un mélange subtil de produits chimiques entre l'oxydant, le carburant et le colorant.

Découvrez dans cette vidéo les rouages de la pyrotechnique en laboratoire. A l’approche des fêtes nationales américaines et françaises, chacun s’apprête à aller se gaver les yeux à un feu d’artifice. Mais qu’est ce qui se cache derrière la science de la pyrotechnie ? Avant tout, c’est de la chimie. La chaine YouTube Reactions a mis en ligne le 30 juin une vidéo pour en expliquer tous les secrets. Cela va sans dire, on vous déconseille d’essayer de faire pareil dans votre salon ! Le professeur John Conkling, de l’université de Washington à Chestertown, Maryland, y livre les principes chimiques qui régissent les explosions colorées qui illuminent nos 14 juillet. Un tir au mortier Les produits riches en oxygène utilisés comme oxydant peuvent être du nitrate de potassium, du perchlorate de potassium ou encore du nitrate de strontium.

De savants mélanges. Petite histoire des feux d’artifice. Des feux qui nous viennent de Chine La Chine connaît la poudre et l’art d’en faire des explosions de bruit ou de lumière au moins depuis le VIIIème-IXème siècle. L’empereur de Chine affirme même en 1719 que son pays maîtrise les feux d’artifice depuis plus de 2000 ans. En France, la poudre est utilisée d’abord pour les bombardes (qui apparaissent à la bataille de Crécy) en 1346 avant de devenir un instrument de divertissement.

Les premiers feux d’artifice Ces feux sont dits "d’artifice" pour montrer qu’ils ne sont pas naturels, qu’ils ne sont causés ni par un incendie ni par la foudre. Un support de récit plutôt qu’un jeu de couleur Si aujourd’hui, on admire la belle bleue, la belle rouge et le bouquet final… autrefois on intégrait les feux d’artifices dans des spectacles et on ne les regardait pas pour eux-mêmes : ils devaient soutenir une intrigue théâtrale, un conte, un récit de bataille...

Feux de jardins et feux de table Des feux du roi à ceux de la République. La poudre noire : une invention chinoise. La poudre noire : une invention chinoise Nous devons l’invention de la poudre noire ou poudre à canon à la civilisation chinoise, qui est l’une des plus anciennes du monde. Les Chinois ont été les premiers à lancer des feux d'artifice à l'occasion des fêtes et à mettre au point différentes armes à feu. Voici l’histoire de cette invention.Temps de lecture moyen : 2'03 Partager Une invention majeure La poudre noire est une invention majeure, que l’on situe en Chine vers le VIème siècle mais dont on ignore la date exacte. Son rôle dans l'Histoire a été aussi déterminant que celui du papier et de l'imprimerie, dont l’invention remonte aussi à la Chine antique. La poudre de couleur noire ou grise inventée par les Chinois est un mélange de charbon de bois, de salpêtre (nitrate de potassium) et de soufre. Les premiers usages de la poudre La poudre noire est désignée en chinois par le nom d’huoyao, c’est-à-dire "drogue à feu".

Propagation de cette invention Evolutions de la poudre. Feu d'artifice-Fonctionnement. Mèche fusante : mèche se consumant rapidement (environ 10 mètres/seconde) Charge propulsive ou «chasse» : charge explosive faite de poudre noire, permettant à l’effet pyrotechnique de s’élever dans l’air Mèche-retard (espolette) : mèche permettant de retarder l’ouverture de la pièce pyrotechnique pendant la montée (durée : de 1 à 5 secondes) Coquille : contenant rigide dans lequel on retrouve les effets pyrotechniques, la charge d’ouverture ainsi que la mèche-retardÉtoile : petite sphère ou cylindre composée de poudre noire et d’un ou de plusieurs sels métalliques qui lorsqu’elle brûle émet une couleur prédéterminée selon la sorte de sel métallique ajoutée dans la composition (ex : sel de cuivre = bleu, sel de strontium = rouge)Charge d’éclatement : charge explosive permettant l’allumage et la dispersion des étoiles dans le ciel Fonctionnement lors de la mise à feu, la mèche fusante est allumée à l’aide d’un bout de feu ou d’une allumette électrique.

L.A Polytechnie - Artistes et Artificiers - Basse Normandie - Manche. Il existe deux types de feux d'artifices : Les Compacts et les Bombes. Parmis les différents feux, certains sont diponibles en plusieurs couleurs; par exemples l'Eventaillos (photos ci dessous) est disponible en rouge, vert, violet, orange et argent. Ci dessous quelques explications concernant les deux types de feux. Les Compacts Effets pyrotechniques, comètes, volcans ou bombettes, logés dans des tubes cartons assemblés entre eux. Une méche lente relie les tubes les uns aux autres provoquant la mise à feu successive. Les diamètres sont variables de 8mm à 75mm. Les Bombes Il en existe plusieurs types : Sphèrique, Cylindrique, Simple ou à Répétition La Bombe sphèrique, comme son nom l'indique, a la forme d'une sphère posée sur un cône tronqué renversé, qui contient la chasse* pour la propulsion.

Pour en savoir plus, consultez notre catalogue ou bien contactez nous. A quand des feux d'artifice verts. Les feux d’artifice ce n’est pas toujours joli, joli. Il y a trois ans, Terra eco rappelait que Paris utilise 3 tonnes de bombes pour son 14 juillet. Mais un feu d’artifice c’est quoi ? Une poudre noire (charbon, soufre et salpêtre) contenant un composé oxydant (souvent du perchlorate de potassium) qui libère de l’oxygène. Un composé réducteur joue, lui, les combustibles et produit la couleur grâce à des métaux : sodium pour le jaune, strontium pour le rouge, baryum pour le vert... Et c’est parti. « Oh la belle verte ! » Verte ? Risque-t-on tous de mourir au soir d’un 14 juillet trop illuminé ?

Reste que certains industriels planchent sur des recettes plus vertes. Feu d'artifice : quelle réaction chimique est mise en jeu ? Feux d'artifice : comment obtient-on des couleurs ? Les couleurs des feux d’artifice sont obtenues par adjonction de métaux ou de sels métalliques. Voici les éléments utilisés pour différentes couleurs : Blanc : magnésium ou aluminium ;Rouge : sels de strontium ou de lithium ;Orange : sels de calcium ;Jaune : sels de sodium ; Vert : sels de baryum ou de cuivre ;Bleu : sels de cuivre ;Violet : sels de potassium. Feu d'artifice multicolore - © Creative Commons : Ahisgett À voir aussi sur Internet Sur le même sujet.