background preloader

Éducation

Facebook Twitter

Éduquer sans punir. Education Eduquer » Eduquer sans punition (2) J'ai tout essayé !: Amazon.fr: Isabelle Filliozat. Photos du journal. Chantage, punitions, obéissance et coopération. L’autre jour, j’ai eu au bout du fil un très bon ami à moi qui vit au Canada depuis quelques années.

Chantage, punitions, obéissance et coopération

Range tes affaires ! Le cadeau, un cadeau ? Il y a 6 mois, j’évoquais les problèmes que rencontrait Fiston à prêter ses jouets, puis quelques jours plus tard les premiers résultats encourageants des aménagements que nous avions mis en place.

Le cadeau, un cadeau ?

Qu’en est-il aujourd’hui ? Eh bien, que ce soit lié à nos efforts ou non, Fiston s’est bien décrispé sur la question. Non seulement il prête, en général tout à tout le monde, mais il donne maintenant beaucoup : quand on va voir des amis, il emporte souvent des jouets pour les offrir aux enfants ; il fait des cadeaux aux gens qui viennent nous voir ; il nous donne, au Barbu et à moi, régulièrement des stylos, des feutres et autres trésors ; sa grand-mère a reçu 2 de ses petites voitures pour son anniversaire ; notre bien-aimé vétérinaire a hérité lors d’une de nos dernières visites d’une petite bétonnière, que Fiston lui avait mise de côté depuis 2 mois. Et cetera. Devoir d’amour. Quand vous êtes enfants, voire quand vous êtes adultes, il est de votre devoir d’aimer les membres de votre famille proche.

Devoir d’amour

Ce qui comprend au moins les parents, grands-parents, frères et sœurs, même si pour ces derniers, en grandissant, on peut accepter que des divergences vous séparent. Dans la plupart des cas, dès votre plus jeune âge, votre amour pour vos parents et grands-parents doit être entier et inconditionnel. Quoi que vous fassent vos parents vous devrez les aimer. Et quand vous leur amènerez vos enfants, ceux-ci devront leur montrer à quel point ils leur sont chers dans l’heure suivant leur arrivée.

Quand bien même ledit enfant ne les verrait qu’une fois par an. Dans ces circonstances, je vous déconseillerais d’emmener votre enfant de deux ans, en période de fusion parentale et de « touche pas c’est à moi » chez lesdits grands-parents, sous peine de vous exposer à des situations pour le moins inconfortables. Enfants & alimentation – 2. Sans tapes ni punitions (ni chantage ni récompenses) = laisser tout faire ? En consultant mes blogs favoris pour rattraper mon retard (finitions dans la future maison + mon ordi a grillé = nettement moins de surf qu’avant), l’autre jour, je suis tombée sur ce billet de l’elfe – qui publie ces jours-ci une série de billets diablement intéressants sur les relations entre adultes et enfants – et j’ai enfin compris d’où venait l’augmentation soudaine des visites sur ce blog la semaine précédente. ;) Un des commentaires dudit billet m’a quand même surprise : un lecteur disait "D’ailleurs, c’est compliqué de savoir s’il faut céder ou pas. « melynae » semble laisser tout faire à son gamin, et s’arrange avec cela.

Sans tapes ni punitions (ni chantage ni récompenses) = laisser tout faire ?

Les adultes n’acceptent pas tout des autres adultes. Journée de la non-violence éducative. C’était hier la 9e édition de cette journée, organisée comme chaque année par la Maison de l’enfant.

Journée de la non-violence éducative

De quoi s’agit-il ? Le 30 avril 2012, comme tous les 30 avril depuis 2004, nous vous proposons de nous retrouver entre parents, quelle que soit la forme du "rassemblement" pour réfléchir à ce que nous pouvons faire pour élever nos enfants sans coup, sans punition, sans menace et sans chantage. La première oppression. Tu ne m’en voudras pas, lecteurice, d’avoir attendu longtemps avant de vraiment aborder le sujet.

La première oppression

Trop de choses à dire et je ne sais pas par où commencer. Les petites claques. « La raison du plus fort est toujours la meilleure. » JDLF« Tu verras, quand t’auras des enfants. » Des gens.

Les petites claques

Ces derniers temps il a été question de violence physique envers les enfants, suite à la campagne « il n’y a pas de petite claque » initiée par la Fondation pour l’Enfance. On a vu aussi, encore une fois, le défilé de justifications. Il faut bien qu’ils apprennent les limites. Il faut bien qu’ils ne deviennent pas des enfants-roi, des enfants-tyrans; le spectre de l’enfant-roi est agité comme une marionnette, dressant encore des enfants le portrait de petites bêtes à civiliser de peur qu’ils ne deviennent des monstres. En passant je résisterai pas au (dé)plaisir grinçant de vous partager quelques citations relevées dans les commentaires de cet article. Sinon on a de jeunes cons dehors a points d’heure, 12ans avec une clope et plaisantant sur sa première cuite! On en frémit d’horreur. Frappons-le, ça lui apprendra la non-violence. Notez les guillemets. Je vais m’arrêter là. Attachement et autonomie chez l’enfant: considérations éthologiques et ethnologiques.

J’ai expliqué dans l’article précédent en quoi nos conceptions actuelles de l’éducation, et en particulier de l’acquisition de l’autonomie, reposent sur des prémisses héritées du patriarcat.

Attachement et autonomie chez l’enfant: considérations éthologiques et ethnologiques

Selon ces théories, la relation mère-enfant fusionnelle serait étouffante et nocive non seulement pour l’enfant mais également dangereuses pour la famille. De plus, sans une rupture précoce et provoquée par les parents (traditionnellement par le père, mais avec la complicité de la mère, bien qu’il y ait des variantes dans les théories actuelles), l’enfant n’apprendrait jamais l’autonomie et resterait toujours dépendant, fragile et vulnérable.

Dans ces théories, le lien mère-enfant est considéré avec une très grande méfiance, comme quelque chose de potentiellement dangereux. De plus, les besoins de proximité exprimés par le petit enfant sont souvent qualifiés de « caprices », comme n’étant pas des « vrais besoins ». Ne le prend pas dans tes bras. Quelle mère n’a jamais entendu ça?

Ne le prend pas dans tes bras

« Ne le prend pas dans tes bras, il va s’habituer ». « Laisse-le pleurer, ça lui fera les poumons ». La violence éducative commence tôt, très tôt.