background preloader

Partage piratage : HADOPI et autres

Facebook Twitter

Pourquoi je suis un pirate ! English translation Chers industriels de la musique, du cinéma et du divertissement, je suis un pirate.

Pourquoi je suis un pirate !

Je suis l’archétype de l’internaute que vous combattez. Je télécharge tout et ne vous reverse pas un seul centime. Je ne vais même pas aux concerts. Vous me détestez et c’est réciproque. Lorsque j’ai découvert l’Internet haut-débit, j’étais innocent, naïf. Car vous ne proposez pas un service pertinent Aujourd’hui, lorsque je veux découvrir un artiste ou un film, je vais sur The Pirate Bay, je lance une recherche et je clique. Je serais prêt à payer pour un tel service s’il est aussi simple, aussi rapide et, contrairement à la Baie, s’il me garantit la qualité de ce que j’écoute. La peinture ci-dessus est la Charge de la... - Mon humour fascinant.

Licence Globale. Oops, l'Etat s'approprie les droits d'auteur d'un autre. Lorsque l'on crée l'Hadopi et que l'on défend aveuglément la protection systématique du droit d'auteur, il est de bon ton de montrer l'exemple.

Oops, l'Etat s'approprie les droits d'auteur d'un autre

Or ça n'est pas ce que fait l'Etat, qui va même jusqu'à se dire auteur d'une photographie qu'il n'a ni prise, ni commandée. Quand on cherche à illustrer l'Open Data, l'une des photographies qui revient le plus souvent est une photo de stickers "Open Data" prise par Jonathan Gray, un étudiant britannique qui travaille pour l'Open Knowledge Foundation, et milite à ce titre pour l'utilisation de licences ouvertes en Europe. Elle a été publiée le 17 avril 2010 sur Flickr, sous une licence Creative Commons by-sa 2.0, qui autorise quiconque à l'exploiter à condition d'en citer l'auteur et de la rediffuser sous les mêmes termes. Share photos and videos on Twitter. 19-01-12 Fermeture de MegaUpload et riposte. HADOPI : son pire échec. Alors qu’HADOPI s’apprêtait à montrer son vrai visage, pas celui de la pédagogie, mais celui de la répression des internautes partageurs par voie de justice, la Haute Autorité s’est récemment retrouvée malgré elle au coeur de l’actualité.

HADOPI : son pire échec

Je vous disais donc que tout commençait par la transmission de dossiers à la justice, c’est le Point qui a révélé la mise en place de l’artillerie répressive, invoquant des sources judiciaires. Numerama a eu le bon goût de publier un petit guide utile aux avocats qui auront à défendre certains internautes, pointant du doigt quelques courants d’air de procédure. Le retour du peer-to-peer. La fermeture de la plateforme de téléchargement direct Megaupload a entraîné un retour aux sources du réseau.

Le retour du peer-to-peer

Le peer-to-peer revient en force. Analyse. En 2009, Arbor Networks, société spécialisée dans la gestion des réseaux, affirmait que le modèle de l’échange de fichiers en peer-to-peer, dans lequel chaque client est un serveur, était en déclin au profit du streaming. Des réseaux dans les réseaux. Des réseaux dans les réseauxPublié le 9 janvier 2012 On nous tanne le mou depuis des années avec le piratage, l’HADOPI et les méchantes personnes adeptes du téléchargement de type pair à pair, ou P2P.

Des réseaux dans les réseaux

C’est encore très présent de nos jours avec la volonté de l’HADOPI de filtrer les sites de streaming, ou de lutter encore et sans merci contre les (derniers) adeptes du P2P. Ou du moins ceux qui n’ont pas encore découvert MegaUpload & consors et les joies du téléchargement direct. Loi SOPA : les géants du Web boycottent la nouvelle loi ! RIP HADOPI (2010-2011) Et pan !

RIP HADOPI (2010-2011)

C’est un coup de tonnerre. Numerama vient d’annoncer le décès juridique prématuré de la Haute Autorité. Prématuré, à cause d’une petite boulette de rien du tout : « le collège et la Commission de protection des droits (CPD), n’ont plus le nombre de membres imposé par la loi » rapporte Numerama, ce depuis le 23 décembre au soir, date de fin de mandat de certains de leurs membres. Pour le collège, les mandats concernés sont ceux de : Jean Musitelli, nommé par le Conseil d’Etat ;Patrick Bouquet, nommé par la Cour des comptes ;Michel Thiollière, nommé par le président du Sénat. Hadopi : les nouveaux membres sont officiellement nommés. Les informations rapportées en début de semaine par l'hebdomadaire Le Point se sont en fin de compte révélées exactes.

Hadopi : les nouveaux membres sont officiellement nommés

Didier Mathus, député socialiste de Saône-et-Loire et conseiller de François Hollande pour les enjeux numériques de la culture, est désormais membre du collège de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi). La nomination du parlementaire a été confirmée dans le Journal officiel du 7 janvier, suite à un décret du 6 janvier. C'est Jean-Pierre Bel, le président socialiste du Sénat, qui a choisi Didier Mathus, considérant qu'il s'agit d'une "personne qualifiée" pour ce poste.