Partage piratage : HADOPI et autres

Facebook Twitter

Pourquoi je suis un pirate ! English translation Chers industriels de la musique, du cinéma et du divertissement, je suis un pirate.

Pourquoi je suis un pirate !

Je suis l’archétype de l’internaute que vous combattez. Je télécharge tout et ne vous reverse pas un seul centime. Je ne vais même pas aux concerts. Vous me détestez et c’est réciproque. La peinture ci-dessus est la Charge de la... - Mon humour fascinant. Licence Globale. Parce que la licence globale est un sujet complexe, ce site vise à vous fournir les clés pour comprendre la controverse qui l’entoure et vous positionner dans le débat.

Licence Globale

Selon vos attentes, vous pouvez entrer dans la controverse de deux façons. Pressé ? Suivez la navigation guidée. En 7 étapes, vous allez directement à l'essentiel pour découvrir ce qui se cache derrière la licence globale et comment s'articule cette controverse complexe. A tout moment, vous pourrez approfondir les points qui vous intéressent. Oops, l'Etat s'approprie les droits d'auteur d'un autre. Lorsque l'on crée l'Hadopi et que l'on défend aveuglément la protection systématique du droit d'auteur, il est de bon ton de montrer l'exemple.

Oops, l'Etat s'approprie les droits d'auteur d'un autre

Or ça n'est pas ce que fait l'Etat, qui va même jusqu'à se dire auteur d'une photographie qu'il n'a ni prise, ni commandée. Quand on cherche à illustrer l'Open Data, l'une des photographies qui revient le plus souvent est une photo de stickers "Open Data" prise par Jonathan Gray, un étudiant britannique qui travaille pour l'Open Knowledge Foundation, et milite à ce titre pour l'utilisation de licences ouvertes en Europe. Elle a été publiée le 17 avril 2010 sur Flickr, sous une licence Creative Commons by-sa 2.0, qui autorise quiconque à l'exploiter à condition d'en citer l'auteur et de la rediffuser sous les mêmes termes. Or lorsque l'on se rend sur le site du ministère de l'économie, on découvre que la photographie est reproduite sans créditer Jonathan Gray, ni la re-diffuser sous licence CC. Share photos and videos on Twitter. 19-01-12 Fermeture de MegaUpload et riposte. HADOPI : son pire échec. Alors qu’HADOPI s’apprêtait à montrer son vrai visage, pas celui de la pédagogie, mais celui de la répression des internautes partageurs par voie de justice, la Haute Autorité s’est récemment retrouvée malgré elle au coeur de l’actualité.

HADOPI : son pire échec

Je vous disais donc que tout commençait par la transmission de dossiers à la justice, c’est le Point qui a révélé la mise en place de l’artillerie répressive, invoquant des sources judiciaires. Numerama a eu le bon goût de publier un petit guide utile aux avocats qui auront à défendre certains internautes, pointant du doigt quelques courants d’air de procédure. Le retour du peer-to-peer. La fermeture de la plateforme de téléchargement direct Megaupload a entraîné un retour aux sources du réseau.

Le retour du peer-to-peer

Le peer-to-peer revient en force. Analyse. Des réseaux dans les réseaux. Des réseaux dans les réseauxPublié le 9 janvier 2012 On nous tanne le mou depuis des années avec le piratage, l’HADOPI et les méchantes personnes adeptes du téléchargement de type pair à pair, ou P2P.

Des réseaux dans les réseaux

C’est encore très présent de nos jours avec la volonté de l’HADOPI de filtrer les sites de streaming, ou de lutter encore et sans merci contre les (derniers) adeptes du P2P. Ou du moins ceux qui n’ont pas encore découvert MegaUpload & consors et les joies du téléchargement direct. Malheureusement, cette chasse aux sorcières est vaine et pousse les choses dans le mauvais sens. Loi SOPA : les géants du Web boycottent la nouvelle loi ! Plus Internet prend de l’ampleur, plus on s’y intéresse et on veut lui mettre des barrières : Hadopi, ACTA et la dernière loi en date qui fait beaucoup de bruits ces derniers temps, elle est américaine, il s’agit de SOPA (Stop Online Piracy Act), qui est censée protéger les artistes et les créateurs sur Internet.

Loi SOPA : les géants du Web boycottent la nouvelle loi !

Le problème c’est qu’au moindre petit écart, un site se verrait contraint d’être bloqué par son FAI mais il serait également blacklisté des moteurs de recherches ou interdit d’utiliser des services comme Paypal. Tiens, exactement la manière utilisée pour essayer de couper court aux révélations de WikiLeaks l’année passée, lors des diffusions de câbles diplomatiques, le tout de manière extrémiste bien entendu.

Alors une loi oui, mais notre liberté d’expression dans tout ça ? RIP HADOPI (2010-2011) Et pan !

RIP HADOPI (2010-2011)

C’est un coup de tonnerre. Numerama vient d’annoncer le décès juridique prématuré de la Haute Autorité. Hadopi : les nouveaux membres sont officiellement nommés. Les informations rapportées en début de semaine par l'hebdomadaire Le Point se sont en fin de compte révélées exactes.

Hadopi : les nouveaux membres sont officiellement nommés

Didier Mathus, député socialiste de Saône-et-Loire et conseiller de François Hollande pour les enjeux numériques de la culture, est désormais membre du collège de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi). La nomination du parlementaire a été confirmée dans le Journal officiel du 7 janvier, suite à un décret du 6 janvier.