Ecologie

Facebook Twitter

Pollution

Alimentation. « Les Jardiniers du bitume » : pour un jardinage social. En ces temps de crise économique et environnementale, nous ressentons tous le besoin de retrouver une communauté qui a du sens autour de nous.

« Les Jardiniers du bitume » : pour un jardinage social

C’est pour cette raison que le phénomène des jardins partagés est en plein essor : une volonté de travailler avec ses mains, et avec ses voisins. Les jardins partagés sont des espaces verts, principalement trouvés dans les milieux urbains, où les gens d’un voisinage se partagent de petites parcelles de terre sur lesquelles ils peuvent faire pousser fleurs, herbes aromatiques ou légumes.

Energies

Agriculture. Biodiversité. Qu’est-ce que tu fais pour les vacances vertes ? Georgette et Lucienne voudraient bien profiter de leur retraite et se dorer au soleil à l’autre bout du monde, sans pour autant suivre les pas du milliard de voyageurs annuels dans le monde.

Qu’est-ce que tu fais pour les vacances vertes ?

Etre ballotées dans le bus du tour-opérateur pour finir la soirée autour d’un punch tiède, c’est niet ! Le couple veut découvrir les cultures locales autrement qu’à travers un Kodak jetable. Et, surtout, donner un sens à son voyage. Un clic sur le site Laroute-dessens.org et la solution apparaît. Via cette association, 22 % du montant du voyage est destiné aux populations qui accueillent les visiteurs et 6 % est reversé à des projets locaux.

Déchets

Habitat. Droit. Un écolo d’origine libanaise nommé ministre au Sénégal. Eau. Transport. Cantines : un décret rend la viande obligatoire à tous les repas. Le 02/04/12 par Vincent.F Fin 2011, un décret gouvernemental visant à rendre obligatoire la présence de produits d’origine animale dans tous les plats proposés dans tous les restaurants scolaires s’est attiré les foudres des végétariens, végans, défenseurs de la cause animale, mais également des défenseurs des libertés individuelles.

Cantines : un décret rend la viande obligatoire à tous les repas

On peut en effet conprendre qu’une partie de l’opinion prenne cette décision comme une véritable provocation, ou clairement un mépris des libertés individuelles et de la conscience des réalités. Alors que le présent voudrait que l’on s’attache à consommer localement, avec la conscience de ne pas gaspiller, de respecter la nourriture en n’entretenant pas le modèle industriel débridé de l’élevage, cette impression de marcher à reculons est déprimante… A steak a day keeps the doctor busy : Végétarisme, véganisme, depuis quelques années, ces modes de consommation ont le vent en poupe.

Nucléaire