Culture StreetArt

Facebook Twitter
Le street art fait sauter la banque Le street art fait sauter la banque Qui aurait cru que Laurence Parisot, la patronne du Medef, était fan de graffitis ? Qu'une œuvre de l'Américain Quick trônait, bien en vue, derrière son bureau avenue Bosquet ? Que la patronne des patrons courait les ventes aux enchères de street art, jetant son dévolu sur des toiles pleines de lettres bubble et autres « blazes » signés Seen, Bando ou Fenx ? Alain-Dominique Gallizia, architecte et grand collectionneur de graffitis, la connaît bien.
Graffitis abandonnés
Vidéos

Documentation

Artistes

Galeries