background preloader

Icono

Facebook Twitter

Seq4e_aux_champs_espe_3. Copie de 5RSD RSD4A_RSDAC1 Lettres. Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIXe siècle. Une carrière exceptionnelle À la fin de 1857, quand il commande au peintre Jules Héreau six panneaux muraux retraçant sa vie afin de les placer dans l’hôtel particulier qu’il vient de faire construire rue Pigalle, Eugène Scribe (1791-1861) peut à bon droit s’enorgueillir d’être devenu, en cinquante ans de carrière, l’auteur dramatique français le plus joué et le plus apprécié, dans son pays comme à l’étranger.

Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIXe siècle

Son répertoire, riche de 425 pièces, lui a permis d’être élu en 1834 à l’Académie française et de cumuler reconnaissance officielle et faveur du public. D’abord vaudevilliste, il renouvelle profondément le genre en développant des intrigues pleines de quiproquos et en peignant les mœurs de son temps. En 1820, le Théâtre du Gymnase-Dramatique est spécialement ouvert pour représenter ses « comédies-vaudevilles », qui obtiennent un immense succès. Un auteur et son œuvre La bourgeoisie en majesté. Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Untitled. Résultats Google Recherche d'images correspondant à.

Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Résultats Google Recherche d'images correspondant à. L'Opéra de Charles Garnier. La construction du nouvel Opéra de Paris Décidée en 1858 pour remédier à la vétusté et à l’incommodité de la salle de la rue Le Pelletier, la construction du nouvel Opéra de Paris fut le cœur d’une magistrale démonstration de l’urbanisme selon le Second Empire.

L'Opéra de Charles Garnier

Sous l’égide du baron Haussmann (préfet de la Seine de 1853 à 1870), l’édifice fut construit pour répondre aux luxueux plaisirs réclamés par le Tout-Paris et la cour impériale. En même temps, il devait être l’un des « phares » dont le baron parsema la capitale pour rythmer les nouvelles voies de circulation. Le quartier alentour fut alors totalement remodelé, faisant disparaître plusieurs hôtels particuliers du XVIIIe siècle.

Les acteurs d’un chantier luxueuxLa visite de Napoléon III et d’Eugénie sur le chantier témoigne de l’importance qu’avait aux yeux de l’Empereur le nouvel Opéra, qui fut, après le Grand Louvre, le monument majeur de son règne et le plus coûteux. Une œuvre originale pour une société élitiste. Résultats Google Recherche d'images correspondant à. L'Opéra de Charles Garnier. Contexte historique La construction du nouvel Opéra de Paris Décidée en 1858 pour remédier à la vétusté et à l’incommodité de la salle de la rue Le Pelletier, la construction du nouvel Opéra de Paris fut le cœur d’une magistrale démonstration de l’urbanisme selon le Second Empire.

L'Opéra de Charles Garnier

Sous l’égide du baron Haussmann (préfet de la Seine de 1853 à 1870), l’édifice fut construit pour répondre aux luxueux plaisirs réclamés par le Tout-Paris et la cour impériale. En même temps, il devait être l’un des « phares » dont le baron parsema la capitale pour rythmer les nouvelles voies de circulation. Le quartier alentour fut alors totalement remodelé, faisant disparaître plusieurs hôtels particuliers du XVIIIe siècle. L'Opéra Garnier : concours & rebondissements. Nous levons le rideau sur les tribulations de ce monument: (à découvrir lors de votre prochaine visite parisienne, si vous ne l'avez pas encore fait!)

L'Opéra Garnier : concours & rebondissements.

L'Opéra Garnier Le 14 janvier 1858, à 20h 35, Napoléon III, se rendant à l'Opéra -alors rue Le Peletier- pour écouter "Marie Stuart" est victime d'un attentat : trois bombes éclatent au passage du cortège, il y eut 8 morts, 156 blessés... L'Opéra Garnier - Photos de Paris - Tour Eiffel, Le Louvre, Notre Dame, Arc de Triomphe, Champs Elysee etc. - Meili Paris. L’Opéra-Garnier, vitrine du second Empire - Napoléon III. Depuis près de deux siècles, depuis la création, par Louis XIV, de l’Académie royale de musique en 1669, l’Opéra ne s’était pas vraiment fixé dans une salle digne du genre.

L’Opéra-Garnier, vitrine du second Empire - Napoléon III

Résultats Google Recherche d'images correspondant à. L'Opéra de Charles Garnier. Datei:Le grand foyer-2.jpg. Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Opéra garnier - 589 résultats sur Gallica. [Paris, Opéra Garnier, construction] Résultats Google Recherche d'images correspondant à. OperaCoupe_20070324.jpg (Image JPEG, 3823x2478 pixels) - Redimensionnée (27%) Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Résultats Google Recherche d'images correspondant à.

Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Résultats Google Recherche d'images correspondant à. Datei:Opera Garnier Grand Escalier.jpg. Les lieux du baroque - Charles Garnier, Opéra national, Paris. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, le Palais Garnier - du nom de son génial architecte - ne laisse personne indifférent depuis son inauguration en 1867[i].

Les lieux du baroque - Charles Garnier, Opéra national, Paris

Ce n’est pas sans raisons si ce lieu fascinant et mystérieux, dont aucune partie ne fut laissée au hasard, fut un formidable décor pour le Fantôme du roman de Gaston Leroux. Conçu comme le Temple national de la Musique et de la Danse, ce monument imposant, offrant à la vue des Parisiens et des touristes quantité de dorures et d’ornementations, marque un tournant dans l’histoire de l’architecture et du décor français. « C’est du Napoléon III !

», pour reprendre la célèbre réponse de Charles Garnier (1825-1898) à l’Impératrice Eugénie qui s’interrogeait sur le style du bâtiment. L’opéra réalise la synthèse des différents apports du passé, mêlant ingénieusement les rhétoriques maniéristes et baroques. Un écrin pour le spectacle mondain © Muse Baroque, 2012 Galerie de l'Opéra Garnier © Muse Baroque, 2012 Un condensé des arts. L’escalier de l’Opéra Garnier. Pourquoi Charles Garnier, un jeune architecte âgé d’à peine trente-cinq ans et qui n’avait encore jamais rien construit, a-t-il remporté le concours lancé par Napoléon III en 1861 pour choisir l’architecte du nouvel opéra de Paris ?

L’escalier de l’Opéra Garnier

Il est déclaré vainqueur à l’unanimité par le jury présidé par le prince Walewski, alors que parmi les 171 candidats, se trouvent des architectes de très grande renommée, comme Viollet-Le-Duc, le grand favori du couple impérial. Cette victoire s’explique sans doute par le fait qu’il s’est montré visionnaire. Mieux que quiconque, il a su saisir le véritable enjeu de cette salle de spectacle et synthétiser en un seul bâtiment la quintessence du « style Napoléon III » Créé pour recevoir une société élégante, l’Opéra n’est pas seulement une "Académie de danse et de musique" mais aussi (surtout ?) Un salon mondain.