background preloader

Sciences

Facebook Twitter

Notre monde est-il une simulation? Nous considérons comme une évidence que ce que nous percevons comme «réel» est le reflet d’une réalité objective et physique.

Notre monde est-il une simulation?

Que les atomes et les molécules qui constituent notre corps existent. Que les photons ont bien de l’énergie et se déplacent et que les neutrinos qui traversent notre corps sont des particules. Mais peut-être que notre univers, de la plus petite particule subatomique au plus grand amas galactique n’a pas de réalité physique. Peut-être s’agit-il que d’une simulation très complexe et très sophistiquée qui fonctionne dans une autre réalité! Cette idée n’est pas vraiment nouvelle et était évoquée au 17ème siècle par le philosophe français René Descartes. Mécanique quantique Elon Musk n’est pas le seul à penser cela. L'«autophagie», du Nobel de médecine au recyclage écologique des déchets. «Autophagie».

L'«autophagie», du Nobel de médecine au recyclage écologique des déchets

Pour un peu, le thème des recherches de Yoshinori Ohsumi effraierait. Lauréat du Nobel de médecine et de physiologie 2016, ce spécialiste japonais de biologie cellulaire est primé, à l’âge de 71 ans, pour son décryptage de l’une des faces obscures du vivant: les processus de dégradation et de recyclage de certains composants cellulaires. Des processus étroitement associé à la perpétuation de la vie mais qui ne sont apparus, en tant que concept biologique, que dans les années 1960, soit à la même époque que le développement des notions écologiques de recyclage. Est-ce un hasard? Autophagie, du grec αυτο, «soi-même», et φαγειν, «manger». De nombreux processus physiologiques aux frontières du pathologique. Les extraterrestres sont tous morts et les Terriens vont prendre le même chemin.

Vie

Et si le secret de la vie tenait dans une goutte d'eau... Et si l'une des clés de l'apparition de la vie sur Terre se cachait dans quelque chose d'aussi anodin qu'une goutte d'eau.

Et si le secret de la vie tenait dans une goutte d'eau...

Produire de l'électricité en pêchant les nuages... Serions-nous plus heureux sans pub? Un time-lapse à couper le souffle de la Terre vue de l'espace. Rien de tel qu'un petit voyage dans l'espace pour découvrir notre planète sous un nouveau jour et ce time-lapse réalisé à partir d'images de la NASA est probablement l'un des plus incroyables pour ça.

Un time-lapse à couper le souffle de la Terre vue de l'espace

Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter La Station spatiale internationale (ISS) est équipée de multiples caméras qui prennent chaque année des milliers de photos de l'environnement spatial. Coloniser l’espace est la seule garantie de survie de l’humanité. Nous ne sommes pas à l’abri d’une catastrophe naturelle qui effacerait l’espèce humaine de la surface de la terre.

Coloniser l’espace est la seule garantie de survie de l’humanité

Pourquoi dépenser des milliards de dollars dans l’exploration spatiale tandis que des milliards de personnes sur terre vivent encore dans la misère. Comme le souligne le site SingularityHUB, qui est à la pointe en matière de technologie, robotique, intelligence artificielle, longévité et génétique, vous avez surement entendu la justification habituelle. Les programmes spatiaux ont apporté et apportent des innovations et des inventions considérables, une perspective pour l’humanité et un moyen d’étancher la soif humaine d’explorer et d’aller toujours plus loin. Tout simplement parce que nous ne sommes pas à l’abri d’une catastrophe naturelle qui effacerait l’espèce humaine de la surface de la terre et nous commençons seulement à nous en rendre compte. L’intention d’Elon Musk est aujourd’hui claire. Laniakea, ce supercontinent galactique qui abrite notre Voie lactée.

<div class="notice" id="noscript"><div class="error">Pour regarder cette vid&eacute;o, vous devez activer JavaScript.

Laniakea, ce supercontinent galactique qui abrite notre Voie lactée

</div><a href=" target="_blank">Comment activer JavaScript</a><img height="100%" src=" width="100%"></div> Partagez cette vidéo ! Pour la première fois, des scientifiques ont réussi à capturer le son d'un atome. Des scientifiques de la Chalmers University of Technology, en Suède, ont réussi, pour la première fois, à capturer le son d'un atome.

Pour la première fois, des scientifiques ont réussi à capturer le son d'un atome

Ils ont ainsi pu observer un étrange phénomène de physique quantique où les vagues sonores se comportent comme de la lumière. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Quel son produit un atome ? Leurs résultats, publiés dans la revue Science, montrent également qu'à cette occasion, le son s'est comporté comme de la lumière. Bio-bots : d'étonnants robots biologiques qui marchent avec des cellules musculaires. Ils ne mesurent pas plus d'un centimètre mais les bio-bots n'en sont pas moins impressionnants.

Bio-bots : d'étonnants robots biologiques qui marchent avec des cellules musculaires

Premiers robots alimentés uniquement par des cellules musculaires, ils viennent obscurcir la limite entre vivant et synthétique, et pourraient avoir de nombreuses applications, comme la détoxication de zones polluées. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter. Revenu garanti pour tous : quand la réalité devance l'utopie. De Milton Friedman à James Tobin, l’idée d’un revenu minimum garanti suscite l’intérêt de nombreux économistes depuis quarante ans, mais n’a jamais vraiment été appliquée, à part sous la forme de programmes expérimentaux... mais néanmoins riches d’enseignement.

Revenu garanti pour tous : quand la réalité devance l'utopie

Une des expériences les plus récentes et abouties à ce jour de mise en place d’un revenu garanti a été impulsée par la Namibian Basic Income Grant Coalition (Coalition namibienne pour le revenu de base), dans un village de Namibie. Durant deux années (2008-2009), les 930 villageois de moins de 60 ans d’Otjivero-Omitara, recevaient ainsi un revenu de base mensuel (BIG, pour Basic Income Grant) représentant l’équivalent de 9 euros par mois, sans aucune autre condition que celle d’habiter le village et alors qu’un tiers des Namibiens vivent avec moins d’un dollar par jour. L’économie locale dynamisée. Le rectum de ver de terre pourrait soigner certaines maladies neurologiques. A l’occasion d’un concours organisé par le CNRS, Marie-Charlotte Morin a exposé en 180 secondes sa thèse sur une cellule du rectum d'un ver, capable de se transformer en neurone.

Le rectum de ver de terre pourrait soigner certaines maladies neurologiques

Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter. Les étonnantes capacités d'un ver marin au service de la médecine. Le sang d’un ver marin pourrait bien apporter de nouvelles innovations dans le domaine médical grâce à sa capacité oxygénante exceptionnelle mais aussi sa compatibilité avec tous les groupes sanguins. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter. 10 innovations sociales qui changent le monde par le bas. Réagissez : Partagez : Pour sortir de la Crise, un pays doit être capable d’innover.

Mais l’innovation, souvent associée à la technologie, ne doit pas s’y cantonner. Les problématiques auxquelles nous sommes confrontés sont bien plus vastes et surtout, elles ont un impact sociétal indéniable. L’innovation sociale est donc la réponse aux situations à première vue insolubles car elle est centrée sur l’intérêt général, en prenant en compte le contexte politique, social et économique actuel.

Voici 5 des 10 formes d’innovation sociale très inspirantes : le Jugaad, l’intrapreunariat social, l’impact investing, le Cradle-to-Cradle et la Big Society. Les corbeaux présentent des dispositions sociales similaires aux humains. Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université de Vienne démontre comment les corbeaux sont capables d’interpréter des interactions sociales entre d’autres congénères, tout comme les humains. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Lorsque l’on parle d’intelligence ou d’aptitudes sociales dans le règne animal, les premières espèces qui viennent à l’esprit sont l’homme et les grands singes.

Pourtant, ces dispositions ne sont pas exclusivement réservées aux primates. Ces spécimens au comportement complexe, sont des sujets d’étude passionnants pour les scientifiques. Régulièrement, les dominants émettent un cri pour affirmer leur position. Dans ce contexte, les chercheurs de l’université de Vienne ont cherchés à démontrer que les corbeaux étaient capables d’évaluer le statut social d’autres individus avec lesquels ils n’ont pourtant jamais interagi.

Une "colle" révolutionnaire pour réparer les organes et refermer des plaies. Des chercheurs français ont réussi à mettre au point une stratégie simple et inédite pour réparer les organes. Il s'agit d'une "colle" fabriquée à base de nanoparticules qui permettrait de fermer des blessures profondes en un laps de temps très court. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter. Ooho, d'étonnantes bulles comestibles pour remplacer les bouteilles d'eau en plastique ? Des chercheurs créent des plantes bioniques. Si on était méchant, on lancerait un « Voilà bien une idée de technocrate ! » en voyant cette étude publiée le 16 mars par Nature Materials. Chercheurs au célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT), ses auteurs y présentent un moyen d’améliorer les performances de la plus ancienne et aussi de la plus indispensable des usines de la Terre : le chloroplaste.

Selon une étude américaine, les chercheurs passent trop de temps à vouloir avoir leur nom dans un article qui commence par «selon une étude» Trop d’articles scientifiques tuent-ils la science? C’est en quelque sorte ce que montre une étude d’Arturo Casadevall, du Collège de médecine Albert Einstein à New York, «Les causes de la persistance de la folie du facteur d’impact», publiée sur mBio. Le site Mother Broad résume: «La terrible envie de publier dans un journal académique prestigieux engendre une “folie” qui a conduit les scientifiques à se consacrer à la publication d’études qui peuvent potentiellement faire l’actu, au lieu de se concentrer à faire de la science de qualité.» publicité Pourquoi veulent-ils absolument être publiés dans de telles revues?

Et si un simple échantillon d'ADN suffisait à reconstruire le visage d'une personne ?