background preloader

EPE

Facebook Twitter

Népal

Ecotourisme. Tourisme vert et tourisme durable. Dans le cadre de son action en faveur du développement durable, le Département s’engage pour un «Tourisme Durable ».

Tourisme vert et tourisme durable

Tourisme durable qu’est-ce que c’est ? C’est l’ambition de la politique touristique départementale : concilier développement économique, respect de l’environnement et tourisme accessible au plus grand nombre. Plus concrètement, cela se traduit par un tourisme : pour tous ; respectueux de l’environnement ; pourvoyeur d’emplois pérennes ; appuyé sur les ressources du territoire. Tourisme solidaire, tourisme équitable, développement durable - le voyage selon salaün holidays - Salaün Holidays. Le tourisme à venir : durable, solidaire, équitable, responsable… Et puisque nous roulons propre, nous voulons aussi voler propre.

Tourisme solidaire, tourisme équitable, développement durable - le voyage selon salaün holidays - Salaün Holidays

Nous avons donc les mêmes exigences dans le choix des compagnies aériennes avec lesquelles nous travaillons et ne retenons que celles qui respectent les conventions européennes et internationales en matière de développement durable. Parallèlement, nous avons aussi exploré l’autre volet – tout aussi impor tant – d’un tourisme responsable : le tourisme solidaire. Signataire de la Charte du voyage et de la charte “Tourisme et éthique”, qui invitent au respect des pays et des peuples que nous visitons, nous avons souhaité mettre en place nos propres actions. Notre première opération a démarré en 2008 et avait pour cadre Maïntepa, un petit village au nord de Samarcande, en Ouzbékistan. Pendant cinq ans, nous y avons aidé l’école, en participant à des réalisations concrètes avec le souci que les enfants en soient les premiers bénéficiaires. Michel SALAÜN. Le blog de Tourisme Sans Frontières - Voyages solidaires, responsables et éco-touristiques - VVE écotourisme.

Le tourisme responsable, une niche pour vacanciers en quête de valeurs. «Lors d’un voyage, un certain pourcentage des recettes ne parvient pas aux autochtones.

Le tourisme responsable, une niche pour vacanciers en quête de valeurs

Je dirais que seules 15-20% des dépenses (des touristes) leur reviennent», explique Philippe Callot, enseignant-chercheur en marketing et tourisme, en marge de ce colloque organisé par la Coalition Internationale pour un Tourisme Responsable. Le commerce équitable avec les habitants locaux est l’une des préoccupations du tourisme responsable, au même titre qu’un meilleur respect des cultures locales et de l’environnement (ressources naturelles...). Ce tourisme est donc l’art de voyager en accord avec les principes du développement durable prônés par les Nations unies. Pourquoi s’en soucier ? D’abord parce que, si le tourisme est une des premières industries de la planète (12% du PIB mondial) et croît rapidement, le secteur n’en est pas moins responsable de 4,6% des émissions globales de gaz à effet de serre, selon les chiffres des Nations unies.

La Grande Traversée à cheval en Mongolie. C’est en Asie, plusieurs siècles avant J.

La Grande Traversée à cheval en Mongolie

-C. qu’est née la pratique de la fauconnerie. L’art de la volerie, encore appelée chasse au vol, consiste à dresser (on dit affaiter), à force de patience, certaines espèces de rapaces et à tirer profit de leurs instincts naturels de prédateurs. Les grandes steppes de Mongolie sont au carrefour de plusieurs civilisations. La fauconnerie qui y est pratiquée actuellement est donc empreinte de traditions ancestrales parfois différents, reflets de l’influence des ethnies qui s’y sont croisées. • La chasse au vol, une tradition millénaire.

Voyage sur mesure en faveur du tourisme durable. Birmanie novembre 2014 , Marie Laure et Helmut Extraordinaire !!

Voyage sur mesure en faveur du tourisme durable

Un voyage de rêve sur mesure dans un pays fantastique avec des émotions rares.Une organisation parfaite, et des hôtels fabuleux. Merci à Alain Lucas et à notre guide TinTin.Nous repartirons avec Nirvatravel pour une autre destination.Marie-Laure & Helmut carte Destinations Birmanie Janvier 2015 Hervé. L’avenir de l’intermédiation passe par le sur mesure. © alain wacquier - Fotolia.com Les consommateurs, depuis l’émergence du web participatif, ont pris le pouvoir.

L’avenir de l’intermédiation passe par le sur mesure

Ils veulent être considérés pour ce qu’ils sont : des individus avec des exigences propres. L’avenir du package, tel qu’on le vend majoritairement aujourd’hui, est terminé. René Marc Chikli, le Président du Seto, en est bien conscient et proclame en boucle : « Nous devons apporter davantage de flexibilité dans la vente de nos séjours ». Plus facile à dire qu’à faire, mais les solutions arrivent sur le marché. La valeur ajoutée de l’intermédiation Autres articles. Marché du tourisme : la fin des voyagistes traditionnels ? Le groupe Thomas Cook a perdu 95% de sa valeur boursière et se retrouve au bord du gouffre avec une dette qui atteint un milliard d’euros !

Marché du tourisme : la fin des voyagistes traditionnels ?

Quant à Nouvelles Frontières, la société a été sauvée in extremis de la faillite après 7 années de pertes… Alors quels seront les suivants ? Ces évènements annoncent-t-ils la disparition du métier de voyagiste traditionnel ? Deux tendances de fond restructurent peu à peu le marché. La première concerne le succès du sur-mesure : les ventes de voyages individuels « à la carte ou sur-mesure » augmentent de 10 à 15% par an, tandis que les voyages en groupe stagnent. La seconde est l’explosion du marché de l’e-tourisme, avec une croissance annuelle moyenne oscillant entre 15 et 20%. Face à ces évolutions du marché, les acteurs de cette industrie doivent d’urgence faire évoluer leur modèle économique, afin de répondre à cette double attente des clients.

La désintermédiation comme condition sine qua none Le nouveau rôle du client, auteur de son voyage. Mission Humanitaire. Tourisme solidaire et développement durable avec Voyager Autrement. ATES.