background preloader

Participatory exhibitions

Facebook Twitter

Un soir, un musée, un verre spécial "Les Maîtres du désordre" (with images, tweets) · quaibranly. Les logiques participatives en muséologie aujourd’hui «DASM DASM. Comme je l’indiquais ici il y a quelques semaines, mardi 11 décembre, j’étais l’invité des journées d’étude Constructions mémorielles participatives, organisé l’initiative du réseau de musées Tranmussites (TMS) et du Département du Nord, qui s’est tenu au In Flanders Fields Museum. N’étant pas spécialisé dans les musées de guerre et les mémoriaux, j’étais au départ quelque peu surpris par l’invitation de Serge Chaumier de l’Université d’Artois, qui co-coordonnait ces journées avec Célia Fleury du service culture du Département du Nord.

En échangeant, nous avons convenu que je proposerais une introduction sur les différentes voies explorées actuellement dans les musées pour intégrer les dispositifs participatifs, notamment dans les musées d’art et de société, avec une ouverture sur la notion de transmedia. Je vous livre ici le support visuel que j’avais préparé, ainsi que le texte sur lequel je me suis appuyé, quelque peu adapté au format de ce blog. Du livre d’or 2.0… Vers le transmedia. Réflexions sur le principe du livetweet d’exposition. Visitor Voices: Cacophony or Chorus? Thoughts on NEMA 2012 | ExhibiTricks: The Museum Exhibit Design Blog. I just breezed out of beautiful Burlington, Vermont as the 2012 NEMA (New England Museum Association) wrapped up for another year. My big takeaway centered on all the session (and hallway!)

Chatter involving the issues and challenges regarding the increasingly greater inclusion of visitor input into museum exhibits and programs. Certainly fostering cultural organizations that are more responsive to, and inclusive of, the many different communities that interact with each museum is important, but I was struck by an odd little nuance during many of the conversations in Burlington. So many NEMA folks seemed hesitant (or downright ashamed) of sorting/curating/editing the vast piles (physical and/or digital) of visitor-generated content they were gathering. The "signal to noise" ratio at most of these comment boards really makes me question if this technique is becoming a painfully overused cliche akin to mini grocery store exhibits inside Children's Museums. What do you think? Museums in the era of participatory culture. The Gallery of Lost Art, Tate Gallery In May this year, the Centre de Cultura Contemporània de Barcelona hosted the 2012 MuseumNext Conference , an industry event on the future of museums, new forms of participation and exhibition, and the latest technological innovations being developed in the museum field.

On 3 October, a similar event was held in London under the title “ Musem Ideas ”, where experts discussed the culture of participation. The conference featured seven presentations by a series of experts from the field of museums in the English-speaking world. Each speaker talked about their recent projects and their current vision of the future of museums. This text summarises some of their ideas. “What role does the museum play in our society?” , Alexandria, Egypt. Another project that collects tweets exchanged by citizens. . , Jerusalem. . , USA. Meanwhile, in his presentation, , Audience Development Manager at the , compared the future of museums with that of large private companies. À la recherche de la muséologie participative : jalons historiques, enjeux et tensions. - Quelque part en thèse.

De nombreux projets muséaux dits "participatifs" (numériques ou non) nous donnent l’occasion de nous pencher sur le terme de "muséologie participative" que l’on croise de plus en plus dans la recherche en muséologie. En réalité la muséologie participative n’est ni un concept théorisé, ni un courant en tant que tel mais des expériences plus ou moins longues (pour un projet en particulier ou fondant l’esprit d’un musée) où l’intérêt pour le public se décline de sa prise en compte comme récepteur (fin XIXe siècle) jusqu’à l’intégration de sa voix dans la construction du savoir (fin XXe- début XIXe siècle). Nous allons présenter chronologiquement quelques jalons significatifs dans cette histoire de la participation du public en mettant en exergue les enjeux dans leur contexte de l’époque ainsi que les tensions suscitées qui expliquent que la participation du public est rarement revendiquée en tant que telle. - Les pionniers ou le musée utile.

I went to MoMA and... Museums and the Web 2008: Paper: Salgado, M., Breaking Apart Participation in Museums. As part of my research I was involved in producing concepts and prototypes that delve deeply into participation. I made a selection of projects and compared them in order to obtain a broader vision of participation and begin to build a framework to understand it in relation to the exhibition context and to related on-line materials. This comparison is mainly based on readings about the projects described and not on actual use of or participation in them. In this paper, I make reference to some interactive design pieces that allow participants (visitors or museum staff) to make in-depth commentaries and share them with other visitors. The idea of investigating this issue came from a simple observation: a visit to an exhibition changes a great deal, depending on whom we are with.

Until recently, visitors to exhibitions and museums were relegated to the role of observers. Sometimes visitors want to say something, and sometimes they would rather be passive viewers. The parameters are: Participatory Engagement in Museums. 17 Ways We Made our Exhibition Participatory. Going to MAH and seeing the LOVE exhibition on First Friday was a wonderful experience. It made me think in ways that I haven't before about the relation of art--as expressive culture--to democracy. It was fascinating to see people--across social differences--responding to representations of love in the paintings, images, objects and narratives that were part of the installation. It was exhilarating to see them inspired to create their own meanings in response: lovers whispering together in alcoves, people of all ages writing and drawing on walls and post-its, children painting, everyone sitting rapt before screens.

--Helene Moglen, professor of literature, UCSC After a year of tinkering, the Santa Cruz Museum of Art & History is now showing an exhibition, All You Need is Love, that embodies our new direction as an institution. This post focuses on one aspect of the exhibition: its participatory and interactive elements. Content Development Sound Stairs Second Floor and the Main Gallery.

Utilizing YouTube Quick Capture for Community Voices. The Black List Project just opened last week and our education staff really wanted to include visitor response as part of the exhibition. Typically, we do this with our electronic comment books which have been working well for us, but the educators felt that a more personal storytelling was what they were looking for with this show and incorporating video would help fulfill those needs.

The original idea was to set up recording times and take quick video responses in the gallery, but knowing how much editing work would come our way…my response was a very fast and very frustrated “we can’t possibly take this on.” We started thinking about self-service video kiosks, but quickly found engineering a custom solution was going to drain too much staff time and products for purchase were insanely expensive, so no go. Argh! …well, we found a way and it’s simple enough that anyone can do it. Now that we’ve got these working, we are all a little curious to see what in the world happens. Réflexions sur le principe du livetweet d’exposition. Capture d'écran du hashtag #SNCP Comme j’ai pu l’illustrer dans mon précédent article, le livetweet est une pratique émergente de la visite de musée.

Livetweeter (également #livetweeter ou #LT), c’est raconter en temps réel un événement, un moment que l’on vit sur Twitter. Pour cela, il est nécessaire d’ajouter dans ses tweets un hashtag, c’est-à-dire un mot-clé précédé du signe dièse, ce qui permet à Twitter d’indexer ces mots et aux utilisateurs de retrouver rapidement toutes les occurrences du terme. Plusieurs expériences ont déjà été mises en place par Gonzague Gauthier, community manager du Centre Pompidou, le plus récent étant celui de l’exposition Othoniel le 23 mai dernier (Gonzague a également livetweeté sa visite de l’exposition Dogon au Musée du Quai Branly à titre personnel). Vers de nouvelles expériences de visite Capture d'écran du hashtag #PaDeBo Les limites techniques mais aussi politiques D’un point de vu pratique, il faut disposer d’un smartphone et d’un compte Twitter.

Twitter et les musées….oui ou non ? et pourquoi ?! Reviews of The Participatory Museum – The Participatory Museum. Guest Post: Using Visitor Participation to Improve Object Labels at the San Diego Natural History Museum. Our problem is this. We have 2500 square feet of exhibit space destined to become a “core” (i.e., essentially permanent) exhibition on collections-based research. We have no funding and a staff that is stretched with temporary exhibitions, contracts, and other long-term planning. Add to this an administrative directive to “put more natural history objects on the floor” and a general lack of the front-end evaluation that would help staff understand the interests, preconceptions, and expectations visitors bring to the topic of collections and research in natural history museums.

To date, the solution has been to put photos on the walls, pray for funding, and ignore the front-end evaluation bit. But when customers start shouting down the stairs to their friends and family, “Don’t come up here! There are only pictures,” you know you aren’t meeting expectations. Using an existing case, we selected a hornet’s nest as our first object. Questions and answers rolled in. So what did we learn? Le musée participatif (3/3) : synthèse et bibliographie « DASM. Suite et fin de mon projet de recherche avec la synthèse de la problématique et quelques orientations bibliographiques. Pour compléter sur le sujet, je vous conseille de visiter Muzeonum, un wiki consacré au numérique pour les musées, développé par Omer Pesquer et auquel je participe.

J’ai renoncé à indiquer ma méthodologie, mais elle est disponible sur demande, de même que l’intégralité de mon projet. Synthèse de la problématique Les différentes questions suscitées par les exemples précédemment cités peuvent être regroupées autour de cinq grandes problématiques : Qu’est-ce qui motive les musées pour s’investir dans ces outils ? Pourquoi les musées s’intéressent aux plateformes sociales ? Bibliographie suggérée La muséologie selon Georges-Henri Rivière, Dunod 1989.BENSASSI Meriam, Musée 2.0 : de l’entrée du musée dans les réseaux à la remise en cause du public, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, UFR Histoire de l’Art et Archéologie, mémoire de master 2, sous la direction de M.

J'aime : Le musée participatif (2/3) : quelques initiatives. Après Le musée participatif : état des lieux, voici la suite de la note d’intention de mon projet de thèse, avec quelques exemples existants. Cette recherche a été effectuée plusieurs mois avant la conférence qu’Omer Pesquer et moi-même avons donnée lors de Spectaculaire – dont vous avez pu lire la synthèse ici même il y a quelques semaines – mais elle complète bien les six tendances que nous avions identifiées. Plusieurs initiatives ont été lancées depuis quelques années, mais surtout depuis un à deux ans. Il ne s’agit pas là d’en dresser une liste exhaustive, mais de citer quelques exemples pertinents et qui posent une série de questions, permettant de faire émerger des problématiques envisageables pour le présent projet de recherche.

Elles feront l’objet d’une étude plus approfondie à l’occasion du développement et seront complétées par d’autres dispositifs non évoqués ici. Parmi les acteurs les plus précoces figure le Muséum d’histoire naturelle de Toulouse. Like this: Musées et numérique : le faux réajustement de l’offre culturelle ? Cet article est une réaction à une conférence de la Social Media Week Paris 2012, « Musées et numérique : le visiteur 2.0 », à l’Auditorium du Petit Palais, mercredi 15 février. Participants : - Catherine Guillou, directrice de la politique des publics au Louvre, modérateur- Gonzague Gauthier, community manager du Centre Pompidou - Omer Pesquer, consultant Numérique Freelance - Réza Azard , scénographe, agence Projectiles - Sebastien Magro, blogueur et consultant indépendant - Coline Aunis, Musée des Arts et Métiers Un empowerment du visiteur ?

Le thème général de la Social Media Week 2012[1] est l’empowerment. Même si aucun des intervenants n’a prononcé le mot, le thème transversal était bien le pouvoir, la capacité nouvelle du visiteur d’agir sur le musée, avant, pendant et après la visite. Grâce au numérique, la relation musée/visiteur perdrait de sa verticalité. L’avant a un aspect traditionnel : communication, teasing, etc. Le numérique réajuste-t-il l’offre culturelle ? Like this: Le musée participatif : état des lieux.

En raison de mes engagements pour l’année universitaire 2011-12, j’ai du renoncer au projet de commencer une thèse en muséologie. J’ai donc décidé de publier ma note d’intention – très peu diffusée jusqu’à présent – en trois billets distincts. Le titre complet de mon projet est "Le musée participatif : dimensions sociales, collaboratives et participatives de la médiation culturelle à travers les outils numériques". J’espère que ces quelques éléments de réflexion permettront de nourrir le débat sur le numérique au musée et les formes émergentes de médiation qui y sont liées. CFA Berlin Alors qu’internet et les réseaux sociaux ont pénétré la majorité des domaines professionnels, l’ensemble des couches sociales et modifié en profondeur nos rapports sociaux, les musées et les institutions culturelles ne font pas exception. Les institutions culturelles sont confrontées à l’impératif d’un changement dont on ne mesure pas encore toute l’ampleur.

État des lieux Aquarium de La Rochelle Like this: