background preloader

Peaux d'encre

Facebook Twitter

Tatouage : l'art dans la peau. Du discret tatouage sur la cheville à l'imposante figure recouvrant la moindre parcelle de peau, le tatouage est sur tous les corps.

Tatouage : l'art dans la peau

Hier méprisé, underground, sous-culture de la rue destinée aux marginaux, il est maintenant phénomène de société. Sa pratique est pourtant tout sauf nouvelle : on a pu la dater du temps de la protohistoire, il y a plus de 4500 ans, grâce au corps tatoué d'Ötzi, retrouvé conservé dans le glacier du Hauslabjoch, entre l'Italie et l'Autriche. Le tatouage est ancestral, multiculturel. C'est la raison pour laquelle ses origines font l'objet d'une exposition au Quai Branly, au musée des Arts premiers. Avant d'être un art populaire, le tatouage a été un art primitif. Des îles Samoa aux prisons russes, du tatouage traditionnel japonais aux monstres de foire exhibés dans des freaks shows, le tatouage est replacé dans son contexte historique.

Tatouage : en route pour l'Inde ! - TattooMe - Le Meilleur du Tatouage. Stéphane Guillerme, auteur du livre L’Inde sous la peau, défend actuellement un projet de financement participatif à propos du tatouage en Inde.

Tatouage : en route pour l'Inde ! - TattooMe - Le Meilleur du Tatouage

Difficile de ne pas être tenté de lui poser des questions par rapport à son engagement total au service de la culture tattoo. Le tatouage est utilisé par beaucoup d’ethnies en Inde ? « Le tatouage ethnique est de moins en moins pratiqué en Inde, et il est difficile de définir le nombre précis d’ethnies le pratiquant encore. En sept années, je n’ai pas réussi à le connaître et jamais personne ne s’est encore penché sur ce cela, pas même les anthropologues ! » Le tatouage possède des significations différentes d’une ethnie à l’autre ?

Couple de RAMNAMI – Chhattisgarh. En Amérique centrale, la gangrène des « maras » Manque d’éducation et de travail Les très rares initiatives pour dialoguer avec les maras viennent d’hommes d’Eglise.

En Amérique centrale, la gangrène des « maras »

A San Pedro Sula, Monseigneur Romulo Emiliani se désespère. « Malgré la démocratisation et la croissance économique, nous vivons dans un pays du tiers-monde où les jeunes manquent d’éducation et de travail. Le narcotrafic et la corruption se répandent. On tue pour l’argent, ou on tue pour rien, et 90 % des crimes ne sont pas jugés. La population vit dans la peur. Dans la réalité, partir revient à signer son arrêt de mort L’évêque a tenté de mener des programmes sociaux afin de sortir les gamins des maras. « Nous réussissions à les en sortir, mais nous avons dû arrêter, car ensuite ils se faisaient assassiner.

Une étude menée sur une décennie au Honduras a démontré que 100 % de ceux qui avaient participé à des programmes sociaux de réinsertion étaient morts, au maximum sept ans après. Surnom : « le shérif » Un îlot dans un océan de violence absolue… « C’est l’horreur. Looking at the World's Tattoos. Chris Rainier has seen bare flesh etched by the crudest of implements: old nails, sharpened bamboo sticks, barracuda teeth.

Looking at the World's Tattoos

The ink might be nothing more than sugar cane juice mixed with campfire soot. The important part is the meaning behind the marks. “Blank skin,” the photographer says, “is merely a canvas for a story.” Rainier has documented these stories in dozens of cultures across the globe. In New Guinea, a swirl of tattoos on a Tofi woman’s face indicates her family lineage. “They say, ‘this is who I am, and what I have done,’” Rainier says. Rainier’s portraits are featured in a new film, Tattoo Odyssey, in which he photographs Mentawai people living in a remote village on the Indonesian island of Siberut. Rainier’s images “lifted a veil on something that wasn’t accessible to us in Western culture,” says Deborah Klochko, director of San Diego’s Museum of Photographic Arts, which has displayed Rainier’s portraits. Yet sailors must have been intrigued. Forum bodmods. Jonjon a écrit:Et pour les autres religions présentes à Jerusalem (Islam et Judaïsme) qu'en est-il?

Forum bodmods

Tu veux savoir quoi exactement? Le Coran interdit le tatouage selon l'interprétation de certains versets et a leurs traductions se référant au marquage du corps:"Les coupables se reconnaissent à leurs marques". Pour certains musulmans le tatouage est Haram et si tu es tatoué tu n'es en rien un bon Musulman mais comme je l'ai déjà dit dans un autre post le tatouage n'est pas quelque chose de rare chez les musulmans tu peux facilement voir des personnes tatoués sur la plage de Tel Aviv ou dans des rues commerçantes très prisées par la jeunesse, d'un autre coté tu peux tout aussi bien te faire insulter, cracher dessus, ramsafaranik! La tradition du tatouage chrétien. The JPost. M.culturebox.francetvinfo. Diaporama 10 photos, 1 vidéo Par Valérie Oddos@valerieoddos Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox.

m.culturebox.francetvinfo

Ces tatouages de Jérusalem ont 700 ans - Best of Aleteia - Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle. Tatouages : Jérusalem dans la peau - La Croix.