background preloader

Climat

Facebook Twitter

301 7. Le changement climatique : les rétroactions. Quand une composante du système climatique est modifiée par le changement climatique et que cette modification induite agit en retour sur le climat, on parle de rétroaction.

Le changement climatique : les rétroactions

Une rétroaction est dite positive si elle amplifie le réchauffement et négative si elle l'affaiblit. La vapeur d'eau Principal gaz à effet de serre, la vapeur d'eau réagit très vite aux changements climatiques : plus il fait chaud, plus l'eau s'évapore et plus l'atmosphère contient de vapeur d'eau, ce qui augmente encore l'effet de serre et renforce de ce fait le réchauffement. En Europe, 70 % du réchauffement actuel proviendrait de la vapeur d'eau. Le méthane Le méthane, autre gaz à effet de serre, peut aussi faire l'objet de rétroactions positives, certaines sources étant favorisées par un climat humide. Effet de serre. Cycl carbone ind. Cycl carbone nat. Clim'city Online - Accueil. TS spé SVT : Atmosphère, hydrosphère, climats : du passé à l’avenir – Chapitre 4 suite et fin.

Les continents présentent les témoins d’une longue période de réchauffement : * Absence totale de calotte glaciaire, * Formations récifales étendues, * Présence de palmiers en Alaska et au Groenland.Libre Bordas, docs pages 138-139,Observations : Les roches sédimentaires datées du Crétacé sont des bauxites et latérites, des charbons et des évaporites.Raisonnement : L’application du principe d’actualisme permet d’indiquer d’utiliser ces roches sédimentaires pour préciser le climat régnant au Crétacé.Déduction :Les bauxites et latérites se forment actuellement sous un climat tropical, avec alternances de saisons sèches et de saisons très humides.

TS spé SVT : Atmosphère, hydrosphère, climats : du passé à l’avenir – Chapitre 4 suite et fin

Les évaporites (roches « salées », gypse par exemple) sont des roches se formant suite à une évaporation intense dans des lagunes côtières peu profondes, ce mécanisme est observé sous un climat chaud et aride (Moyen orient, Sud tunisien). » 1345 Climat (8) : Historique long et analyse du réchauffement climatique. Suite du billet sur le réchauffement local.

» 1345 Climat (8) : Historique long et analyse du réchauffement climatique

» 1345 Climat (8) : Historique long et analyse du réchauffement climatique. Suite du billet sur le réchauffement local.

» 1345 Climat (8) : Historique long et analyse du réchauffement climatique

L’index général de la série de billets sur le réchauffement climatique est disponible ici Historique récent de la température de la planète Nous avons tracé les graphiques suivants dans ce précédent billet : On observe donc une claire hausse depuis les années 1920. Nous avons donc un recul suffisant pour observer que cette hausse est relativement importante, nette et constante. Toutefois, 130 années reste une durée bien trop courte pour replacer cette hausse dans l’Histoire climatique. Le changement climatique aurait contribué à la chute de l’Empire romain.

Longtemps, les hommes ont attribué la grandeur et la décadence des empires à la volonté des dieux.

Le changement climatique aurait contribué à la chute de l’Empire romain

Mais en réalité, peut-être auraient-ils dû blâmer la variabilité du climat. C’est ce que tend à prouver une étude, réalisée à partir d’analyses de cernes de croissance des arbres, qui démontre que les étés doux ont sans doute été la clé de la montée en puissance de l’Empire romain tandis que les sécheresses prolongées, vagues de froid et autres changements climatiques auraient joué un rôle dans les bouleversements historiques, des invasions barbares qui ont accéléré l’effondrement de Rome à la peste noire qui a décimé une grande partie de l’Europe médiévale. L’étude, publiée dans le magazine Science, se base sur près de 9000 échantillons de bois, recueillis au cours des trente dernières années par des archéologues qui analysent les anneaux de croissance des arbres pour déterminer l’âge des sites antiques, une technique connue sous le nom de dendrochronologie.

Photo : Flickr/Erminig Gwenn. Hoax climatique #5 : « En l’an mil, il faisait bien plus chaud qu’aujourd’hui ! » Il y a mille ans, le Groenland était-il vraiment un doux pays verdoyant, argument avancé par les climato-sceptiques pour relativiser l’ampleur du réchauffement ?

Hoax climatique #5 : « En l’an mil, il faisait bien plus chaud qu’aujourd’hui ! »

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Chaque semaine jusqu’à la COP21, Le Monde analyse un « hoax » (mensonge créé de toutes pièces) climatique pour décrypter et démystifier les nombreuses contre-vérités qui circulent sur le réchauffement de la planète. Le fait est connu : entre l’an 900 et l’an 1 250 environ, l’Europe occidentale a été marquée par des températures très clémentes.

Cet épisode long de trois siècles et demi, baptisé « optimum médiéval » ou « anomalie climatique médiévale », a permis aux Vikings établis en Islande d’installer deux colonies sur les côtes occidentales du Groenland. Un pays pas totalement vert. » 1345 Climat (8) : Historique long et analyse du réchauffement climatique. Evolution de l'atmosphère. Période : De 2 milliards d'années à aujourd'hui.

Evolution de l'atmosphère

Composition : N2 : 78% O2 : 21 % H2O : variable CO2 : 0.036% C’est au précambrien que la Vie sur Terre explose. Le taux de dioxygène atmosphérique dépend de la tectonique. L. Origine de l'atmosphère terrestre L’atmosphère terrestre est issue du dégazage du magma du manteau, il y a 4.4 milliards d’années.

L

TS Ch 1 - L'évolution de l'atmosphère terrestre au cours des temps géologiques - Géofan svt. Comment les enveloppes fluides terrestres (atmosphère, hydrosphère) se sont-elles mises en place ?

TS Ch 1 - L'évolution de l'atmosphère terrestre au cours des temps géologiques - Géofan svt

Pourquoi l’atmosphère de la Terre est-elle si défférente de celle de Vénus ? Quand et comment le dioxygène est-il devenu abondant dans l’atmosphère ? I - L’atmosphère s’est formée par dégazage du manteau. L'atmosphère de la Terre primitive pas si différente que prévu - Sciencesetavenir.fr. L’atmosphère primitive de la Terre n’était pas qu’une « soupe » de méthane, de monoxyde de carbone, d'hydrogène sulfuré et d'ammoniac affirment des chercheurs du New York Center for Astrobiology dans la revue Nature.

L'atmosphère de la Terre primitive pas si différente que prévu - Sciencesetavenir.fr

Contrairement à ce que pensait la majorité des spécialistes, elle contenait déjà des composants riches en oxygène comme de l’eau, du dioxyde de carbone et du dioxyde de souffre. « Nous pouvons maintenant dire avec certitude que de nombreux scientifiques étudient les origines de la vie sur Terre avec tout simplement la mauvaise formule », a déclaré Bruce Watson, professeur de sciences et un des auteurs de l’article. Arrêtons de nous pomper l'air. Le réchauffement climatique menace la reproduction des mouches. Une équipe de chercheurs anglais a mis en évidence l’impact de changements climatiques violents sur les capacités reproductives de la drosophile.

Les stress thermiques résultants du réchauffement climatique menacent les capacités reproductives des mouches drosophiles. C’est le résultat d’une étude menée par des chercheurs anglais des universités de Sheffield et Exeter, parue dans Journal of Evolutionnary Biology. Une des membres de l’équipe, Rhonda Snook, explique : « Nous avons principalement montré que les populations de drosophiles diffèrent dans leurs capacités à faire face aux changements climatiques et que la reproduction de certaines populations peut vraiment être affectée. »

Les variations climatiques "pour les nuls" Pierre Thomas Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS Lyon Olivier Dequincey. National Centers for Environmental Information (NCEI) formerly known as National Climatic Data Center (NCDC) Pollen grains that are washed or blown into lakes can accumulate in sediments and provide a record of past vegetation. Non, le réchauffement climatique ne s’est pas arrêté en 1998. La « pause » observée entre 1998 et 2012 était liée à l’introduction d’une nouvelle technique de mesure. N’en déplaise aux climatosceptiques. Sans l’arrivée imminente de Donald Trump à la Maison blanche et l’installation d’une administration américaine dominée par les climatosceptiques, l’information n’aurait pas sans doute pas été autant commentée.

Dans l’édition du mercredi 4 janvier de la revue Science Advances, des chercheurs américains conduits par Zeke Hausfather (université de Californie, à Berkeley) montrent, réanalyse de l’ensemble des données à l’appui, que le réchauffement ne s’est nullement arrêté en 1998 – contrairement à une légende entretenue par les réseaux climatosceptiques. C’est ce qui fait tout le sel des résultats publiés par M. Hausfather et ses coauteurs : ils montrent que non seulement le réchauffement n’a pas cessé en 1998, mais aussi que les chercheurs de la NOAA n’ont commis aucune distorsion des données scientifiques.

Ce qu’il faut comprendre et retenir du δ18O (delta 18 O) en tant qu’indicateur paléoclimatique. Je vous propose ici de quoi faire le point sur l’utilisation du δ18O comme indicateur paléoclimatique. Beaucoup d’erreurs sont souvent commises là dessus… (Si vous en voyez dans l’article, n’hésitez pas à me le signaler) Comme de nombreux éléments sur Terre, l’oxygène existe sous la forme d’isotopes, c’est à dire un même élément mais dont le noyau atomique possède un nombre différents de neutrons. On a ainsi, pour l’oxygène, 3 isotopes : l’isotope 16 (8 protons, 8 neutrons) qui est le plus abondant, l’isotope 17 (8 protons, 9 neutrons) et l’isotope 18 (8 protons, 10 neutrons).

Le δ18O est un indicateur qui quantifie la quantité d’isotope 18 de l’oxygène par rapport à l’oxygène 16 dans un échantillon. Temperature moyenne a la surface de la Terre et Effet de serre. Changement climatique : des données alarmantes - notre-planete.info. Www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre D'après le 4e rapport du GIEC, "le réchauffement du climat ne fait aucun doute et est désormais attesté par l'augmentation observée des températures moyennes de l'air et de l'océan, la fonte généralisée de la neige et de la glace et l'augmentation du niveau moyen de la mer".

Ainsi, la température moyenne a la surface du globe a augmenté de + 1°C de 1901 à 2012. La circulation générale atmosphèrique. Les climats de la Terre. Le Soleil, principale source d’énergie pour les êtres vivants, est la source d’énergie qui réchauffe la Terre et y rend la vie possible. Climat ou météo, quelle différence ?

ClimatHD : le climat passé et futur en France – Une application de Météo-France. Glaces polaires : hier, aujourd'hui, demain... Les climats passés de la Terre à partir des carottes de glace. Frédéric Parrenin. Archives climatiques des 740.000 dernières années. Florence Kalfoun ENS-Lyon Laurent Augustin CNRS . Climat du Quaternaire récent et analyse de séries temporelles : introduction à la reconstruction des climats anciens. Myriam Khodri. Paleoclimatology - Wikipedia. History[edit] The scientific study field of paleoclimate began to form in the early 19th century, when discoveries about glaciations and natural changes in Earth's past climate helped to understand the greenhouse effect.

L'effet de serre. Les glaces polaires et les glaciers. L'épaisseur de la banquise dans l'océan glacial Arctique a considérablement diminué entre 2004 et 2008, selon une étude réalisée par des chercheurs de la Nasa publiée par le Journal of Geophysical Research-Oceans. La fonte des glaces arctiques est scientifiquement prouvée depuis des années.

Spécialité TS - V. Hue - SVT Blaye.