background preloader

Jmnglm

Facebook Twitter

Les années folles nao. Les années folles - Vidéo Ina. France Gall - Les Années Folles [Clip '69] Pourquoi les années 1920 sont-elles appelées les années folles ? Les années folles : la renaissance après la guerre Deux années après la signature de l'armistice du 11 novembre 1918, la France continue à se reconstruire et à panser ses plaies.

Pourquoi les années 1920 sont-elles appelées les années folles ?

Grâce aux capitaux étrangers, et notamment américains, la croissance économique revient peu à peu. Les Français commencent à retrouver le goût de vivre sereinement après des années de guerre et de privations. Un vent radicalement nouveau semble souffler sur le pays. Paris constitue l'épicentre de ce frémissement joyeux et festif, qui point à l'aube des années 1920.

Les années folles, ou la créativité dans tous ses états La folie des années 1920 se caractérise par de nombreuses nouveautés, à l'image de l'apparition du jazz, de la radio, du cinéma ou de l'électroménager. À savoir. Prospérité américaine des années 1920. Années folles, expression utilisée pour désigner, en France en particulier, les années vingt, période marquée par une aspiration nouvelle à la liberté et à la joie de vivre, par une grande effervescence culturelle et intellectuelle, mais aussi par une re. Les Années folles Euphorie, plaisirs et inégalités sociales Les Années folles désignent les années vingt, période marquée par une aspiration nouvelle à la liberté et à la joie de vivre, par une grande effervescence culturelle et intellectuelle, mais aussi par une remise en cause des valeurs d'avant-guerre.

Années folles, expression utilisée pour désigner, en France en particulier, les années vingt, période marquée par une aspiration nouvelle à la liberté et à la joie de vivre, par une grande effervescence culturelle et intellectuelle, mais aussi par une re

Les Années folles furent une période d'intense soulagement et de libération, après cinq longues années d'un conflit qui avait mobilisé toutes les forces du pays, soumis celui-ci à la censure et à l'austérité économique, et provoqué, dans toutes les couches de la population, une saignée sans précédent : alors que le pays se couvrait de monuments aux morts et honorait ses "poilus", le sentiment se développait qu'après la "der des der" (la dernière des dernières en parlant de la 1ère Guerre mondiale), la Belle Époque était bel et bien révolue et qu'une nouvelle période, peut-être porteuse des solidarités et des mutations qu'avait fait naître l'effort de guerre, allait commencer. TPE : les années folles aux Etats-Unis. 1) Quelle est la place de la femme dans cette nouvelle société ?

TPE : les années folles aux Etats-Unis

L'évolution de leur place Les femmes commencent à vivre dans des foyers équipés d’un plus grand confort, simplifiant considérablement le travail domestique. Les années 1920 entraînent un début de libération des mœurs : recul de l’âge moyen de mariage, augmentation des divorces ; sans pour autant menacer directement le schéma familial traditionnel : « le home est toujours le fondement de la société américaine » Une question se pose alors aux femmes des années 1920, faut-il privilégier le travail ou la maison ? En fin de période, elles sont 10 546 000 sur le marché du travail. À défaut d’une parité salariale, les femmes obtiennent gain de cause en termes de parité politique : en 1919 le XIXe amendement accorde aux femmes le droit de vote aux élections.

Hi5614 pol01. Histoire des États-Unis de 1918 à 1945. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Histoire des États-Unis de 1918 à 1945

L'histoire des États-Unis de 1918 à 1945 couvre la période d'entre-deux-guerres, lorsque les États-Unis se sont notamment opposés à la ratification du traité de Versailles et n'ont pas adhéré à la Société des Nations. Années 1920 : les années folles[modifier | modifier le code] Conséquences de la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code] En 1918, les États-Unis sortent renforcés de la guerre. Situé dans le camp des vainqueurs, le pays n'a pas subi les destructions dramatiques d'une partie de l'Europe et les pertes humaines sont limitées[1]. Comme en Europe, les années 1919-1920 sont difficiles aux États-Unis : il faut reconvertir l'économie de guerre et faire face à l'inflation. Roaring Twenties. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Roaring Twenties

Les « Roaring Twenties » sont la période de croissance et d’insouciance de l’Amérique des années 1920. La dénomination est souvent traduite par « années vrombissantes » ou « années rugissantes ». Ce phénomène n’épargnant pas l’Europe, il est désigné par les termes « années dorées » en Grande-Bretagne et en Allemagne (respectivement « Golden Twenties » ou « Happy Twenties » et « Goldene Zwanziger ») ; en France on parle des « années folles ». Ces différents termes désignent une même réalité, réalité dans laquelle les États-Unis font figure de « modèle » qui se serait par la suite diffusé en Europe. 1918-1929: Les Années folles aux États-Unis. Au lendemain de la guerre de 1914 à 1918, les États-Unis prennent un nouveau départ.

1918-1929: Les Années folles aux États-Unis

Ils sont riches d’un commerce d’armes fructifiant avec les Alliés. Attirés par la prospérité de ce monde en pleine croissance, les immigrants débarquent en grand nombre, provenant de la Russie, de l’Italie et de la Pologne. C’est plus de 14 millions d’immigrants qui arrivent de 1900 à 1920. Pourtant, l’euphorie de la victoire sera de courte durée. Ceux qui ont combattu se voient devenir chômeurs; les usines qui pourvoyaient les Alliés en équipements militaires ferment leurs portes; les immigrants sont le plus souvent non qualifiés.

Victoria

La serre du lys géant Reine Victoria à Chatsworth. Victoria_cruziana,_Kew_Gardens,_London,_England_-_20030712.jpg (Image JPEG, 2048x1536 pixels) - Redimensionnée (56. Victoria_Regia_LIN_1849-.jpg (Image JPEG, 1409x949 pixels) - Redimensionnée (89. Feuilles flottantes de Victoria regia_6895.JPG (Image JPEG, 1024x768 pixels) La puissance britannique au XIXe siècle. La victoire sur Napoléon à Waterloo, le 18 juin 1815, ouvre la voie à la domination britannique.

La puissance britannique au XIXe siècle

Pourtant, ce n’est pas vers l’Europe que la Grande-Bretagne va tourner ses efforts, mais vers le reste du monde. C’est la construction de l’Empire, certes déjà entamée le siècle précédent, mais qui va se confirmer tout au long du XIXe siècle (jusqu’en 1914), pour contribuer à la première mondialisation. Une puissance britannique qui dépasse les domaines militaire et économique, dont nous résumerons ici quelques facteurs. L’Empire britannique (1815-1922) Définir le monde britannique et les frontières sans cesse mouvantes de l’Empire durant le long XIXe siècle est un débat historiographique récurrent.

Victoria Ire, reine d'Angleterre - L'histoire de l'Angleterre. Victoria Ire voit le jour le 24 mai 1819 en Angleterre, plus précisément à Kensington Palace.

Victoria Ire, reine d'Angleterre - L'histoire de l'Angleterre

Elle est la fille unique d’Edward Auguste, duc de Kent et de Victoire Marie Louise de Saxe-Cobourg. Ses parents se sont mariés en 1818 par nécessité. En effet, le duc de Kent avait une maîtresse de longue date (qui n’était pas de sang royal) il fallait offrir un héritier au royaume. Depuis la mort de la princesse Charlotte, héritière du trône, en 1817, les fils de George III se sont lancés dans la course au trône. Tous se marient, espérant maintenir la descendance des Hanovre. L’héritière tant désirée est la princesse Victoria (de son prénom Alexandrina Georgina Victoria). Victoria sera éduquée par sa mère et un « ami » de celle-ci, John Conroy. Victoria Ire. (Londres 1819-Osborne, île de Wight, 1901), reine de Grande-Bretagne et d'Irlande (1837-1901) et impératrice des Indes (1876-1901).

Victoria Ire

Introduction Souveraine dont le règne a été le plus long et le plus glorieux de l'histoire de la Grande-Bretagne, Victoria Ire incarne avec majesté la grandeur britannique à son apogée. L'empire sur lequel elle règne s'étend sur des espaces immenses, puisque à sa mort en 1901 il couvre le cinquième des terres émergées. La prépondérance britannique, quasi incontestée, s'affirme alors aussi bien sur le plan industriel (l'« atelier du monde »), commercial ou naval que dans le domaine diplomatique (la pax britannica). L'ère « victorienne » est également remarquable pour sa stabilité : en soixante-quatre ans de règne, non seulement la Grande-Bretagne a échappé aux guerres et aux révolutions, mais son évolution tranche avec celle des autres pays européens. L'avènement Du même coup, la popularité de la monarchie remonte vite. Un régime exceptionnel.