background preloader

AstronomieCosmologie

Facebook Twitter

Spitzer mesure l’expansion de l’univers. Chaque seconde, chaque volume d'Univers de trois millions d'années-lumière de côté gagne 74 kilomètres...

Spitzer mesure l’expansion de l’univers

C'est le résultat d'une mesure récente de la constante de Hubble réalisée avec le satellite infrarouge Spitzer et portant sur dix étoiles céphéides de notre galaxie et plus 80 autres du Grand Nuage de Magellan. La valeur mesurée - 74,3 km/s/Mpc (kilomètres par seconde et par mégaparsec, un parsec valant 3,26 années-lumière) - est proche de celle obtenue en 2011 dans le visible avec le télescope spatial Hubble par la même méthode : 73,8 km/s/Mpc. La magie du cosmos. Vivons-nous dans un multivers ? Notre univers n'est-il qu'une bulle au sein d'un gigantesque système dans lequel de nouveaux "univers-bulles" se créent en permanence ?

Vivons-nous dans un multivers ?

Ce modèle, proposé il y a plus de 30 ans par le cosmologiste russe Andreï Linde, serait conforté par la récente détection des ondes gravitationnelles du Big-Bang. Crédits : André Karwath aka Aka La récente détection des ondes gravitationnelles du Big Bang, annoncée le 17 mars 2014, renforcerait l’hypothèse d’un multivers, c’est-à-dire d’un système composé d’un très grand nombre d’univers, dont le nôtre. Une vision défendue le 18 mars 2014 par le célèbre cosmologiste russe Andreï Linde, à l’occasion d’une conférence.

La Terre se situe dans un superamas baptisé Laniakea. Tel un jeu de poupées russes cosmiques, l’Univers se compose de planètes qui tournent autour d’étoiles, d’étoiles rassemblées en galaxies, de galaxies en groupes ou en amas, et de groupes en superamas.

La Terre se situe dans un superamas baptisé Laniakea

Au final, la Terre se situe dans un superamas baptisé Laniakea. Alors qu’il était admis que l’Univers se compose de planètes qui tournent autour d’étoiles, d’étoiles rassemblées en galaxies, de galaxies en groupes ou en amas, et de groupes en superamas, il n’existait jusqu’à maintenant aucune définition préciser de ces dernières structures, les plus grandes de l’Univers. Supersymétrie. Extension des propriétés de symétrie de l'espace-temps à l'aide d'algèbres hypercomplexes (comme Clifford et Grassmann).

Supersymétrie

De même que les nombres complexes sont des outils puissants pour la géométrie et l'analyse, on peut étendre l'algèbre des nombres complexes pour tenir compte des notions d'espaces-temps à 4 dimensions (et plus). La ‘racine carré' des vecteurs de l'espace-temps peut alors donner lieu à des objets que l'on nomme spineurs qui comme leur nom l'indique sont étroitement liés aux rotations dans l'espace-temps. Il en résulte une algèbre, une géométrie et une analyse généralisée telle que la supersymétrie est parfois appelée la ‘racine carré de la géométrie'. Initialement découverte dans le cadre de la théorie des cordes et des études cherchant à généraliser la théorie des groupes et algèbres de Lie vers 1970, ses applications en physique théorique et surtout en topologie algébrique et différentielle se sont révélées extrêmement puissantes et riches. connexes. Quantum Astronomy: The Heisenberg Uncertainty Principle. This is the second article in a series of four articles each with a separate explanation of different quantum phenomena.

Quantum Astronomy: The Heisenberg Uncertainty Principle

Each article is a piece of a mosaic, so every one is needed to understand the final explanation of the quantum astronomy experiment we propose, possibly using the Allen Array Telescope and the narrow-band radio-wave detectors being build by the SETI Institute and the University of California, Berkeley. In the first article, we discussed the double-slit experiment and how a quantum particle of light (a photon) can be thought of as a wave of probability until it is actually detected.

In this article we shall examine another feature of quantum physics that places fundamental constraints on what can actually be measured, a basic property first discovered by Werner Heisenberg, the simplest form known as the "Heisenberg Uncertainty Principle. " In scientific circles we are perhaps used to thinking of the word "principle" as "order", "certainty", or "a law of the universe". RadioAstron, le Hubble russe, découvrira-t-il des trous de ver ?

Une vue d'artiste du Hubble russe, RadioAstron (ou Spektr R), le radiotélescope spatial développé par le centre spatial Astro rattaché à l'institut de physique Lebedev. © Tigovik, Wikipédia RadioAstron, le Hubble russe, découvrira-t-il des trous de ver ?

RadioAstron, le Hubble russe, découvrira-t-il des trous de ver ?

- 2 Photos Cela faisait des dizaines d’années que les ingénieurs et les astrophysiciens russes travaillaient sur une gamme de satellites du nom de Spektr-R, destinés à rivaliser au cours des années 1990 avec les projets américains qui sont devenus Hubble, Chandra, Compton et Spitzer. Malheureusement, la chute de l’URSS et les coupes budgétaires ont paralysé ce programme. Tenaces, certains ont tout de même continué à développer ce qui s’appelle aujourd’hui le projet RadioAstron et dont on peut voir une vidéo de présentation (en russe) sur la chaîne YouTube tvroscosmos, celle de l’équivalent russe de Nasatelevision. Des trous de vers au centre des galaxies ? De gauche à droite Chandrasekhar, Novikov et Zeldovitch.

Des trous de vers au centre des galaxies ?

La nature et l’astrophysique, l’histoire de l’univers, la beauté du monde avec Hubert Reeves - Idées. Inflation cosmique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Inflation cosmique

L'inflation cosmique est un modèle cosmologique s'insérant dans le paradigme du Big Bang lors duquel une région de l'univers comprenant l'univers observable a connu une phase d'expansion très violente qui lui aurait permis de grossir d'un facteur considérable : au moins 1026 et probablement immensément plus (de l'ordre de 101 000 000, voire plus encore dans certains modèles).

Ce modèle cosmologique offre, à la fois, une solution au problème de l'horizon ainsi qu'au problème de la platitude. Cette phase d'expansion se serait produite très tôt dans l'histoire de l'univers, à l'issue de l'ère de Planck, ou relativement peu après (de l'ordre de 10-35 seconde) l'ère de Planck. À l'issue de l'inflation, l'univers était encore extrêmement dense et chaud.

On pense que sa masse volumique devait être de l'ordre de 1086, voire 1094 kilogrammes par mètre cube, et sa température de 1026, voire 1028 kelvin. SUPERSCIENCE (1_9) - La Théorie de l'évolution (1_3) Les constantes fondamentales de l’Univers. Rating: 3.3/5 (8 votes cast)

Les constantes fondamentales de l’Univers

La magie du cosmos - 4_4 - Univers ou Multivers HD 1080p (part 1/4) Multivers. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Multivers

Le terme de multivers désigne l'ensemble de tous les univers possibles, parmi lesquels figure notre univers observable. Cosmologie ekpyrotique - Univers ekpyrotique - Modèle ekpyrotique - Ekpyrotique. Le modèle Ekpyrotique est un modèle cosmologique introduit en 2001 par Paul Steinhardt, Burt Ovrut, Justin Khoury et Neil Turok qui cherchaient un modèle cosmologique au-delà de celui du Big Bang à l’aide de la théorie M. Très vite, ils ont réalisé que leur modèle était une alternative à la théorie de l’inflation introduite par Alan Guth et Andrei Linde au début des années 1980 (les noms de Englert, Brout, Gunzig et Starobinski peuvent être ajoutés à la liste en tant que précurseurs). Cosmologie ekpyrotique contre inflation : le match continue ! Basé sur la théorie M, le modèle ekpyrotique suppose l'existence d'au moins deux membranes dont l'une constitue l'Univers visible. Crédit : Paul Steinhardt. Des objets "vivants" sur Vénus ! Il existerait donc une vie sur Vénus !

C'est ce qu'affirme Leonid Ksanfomaliti, un scientifique russe, dans un article paru dans le Solar System Research magazine. Des photographies prises par une sonde soviétique en 1982 présente des objets qui sembleraient vivants. La mission Venus-13, lancée en 1981 avait pour but d'explorer la surface de la planète. Vénus : le mystère atmosphérique. Les premières études spectrales Vers 1866, un astronome nommé Huygens (comme un autre plus ancien et bien plus célèbre), commença, en Angleterre, une importante étude des atmosphères planétaires.

Ses premières recherches donnèrent les résultats suivants : Une étrange couche de froid détectée sur Vénus. Une étude vient de révéler qu’une surprenante couche atmosphérique, plus froide que nulle part sur Terre, vient d’être découverte sur Vénus. La planète Vénus a beau être plus proche du Soleil que la Terre, une étude vient de révéler qu’une surprenante couche atmosphérique, plus froide que nulle part sur notre planète, vient d’y être découverte. C'est grâce à de nouvelles observations réalisées à l'aide du satellite européen Venus Express que la trouvaille a été faite. D'après les résultats révélés, cette région de la planète serait suffisamment froide pour geler du dioxyde de carbone. Astronomie. Le mystère de Vénus - Documentaire scientifique complet. Toutes les planetes du système solaire [ documentaire complet ] La NASA a dévoilé ses enregistrements sonores de l’Univers… Ils vont vous glacer le sang.

L’immensité de l’espace ne cesse de fasciner petits et grands depuis la nuit des temps. Histoire d’alimenter un peu plus le fantasme qui règne autour de cet Univers plongé dans le noir, la NASA a récemment enregistré les sons qui rythment le quotidien de la vie spatiale. On vous fait découvrir ce ballet sonore aussi fascinant qu’angoissant… Voyage au coeur du système solaire. Des comètes à l'origine de la vie - documentaire scientifique.

Le fabuleux système solaire - documentaire scientifique français. Multivers. Cosmologie quantique. Cosmologie. Site web officiel. Et si le Big Bang n’existait pas ? L’équation qui dit que l’univers n’a pas de commencement. Atlantico : Deux équipes de chercheurs égyptiens ont récemment montré dans une publication (Physics Letters B) que la limite constituée par le Big Bang dans la relativité générale d'Einstein pouvait être dépassée grâce à une nouvelle équation quantique. En effet, pour certains scientifiques, les modèles mathématiques ne réussiraient pas à saisir le Big Bang en lui-même, mais uniquement les fractions de secondes qui ont suivi.