background preloader

"Guerre" ?

Facebook Twitter

«Même lorsqu'ils tuent, les djihadistes sont convaincus de faire le bien» Les Français jihadistes Qui sont les citoyens en rupture avec la République? Pour la première fois ils témoignent David Thomson Acheter le livre David Thomson est journaliste à RFI. Votre livre demande «Qui sont ces citoyens en rupture avec la République»? David Thomson: Ce qu’il faut prendre en compte avant tout, c’est qu’il n’existe pas de statistiques sur ce sujet, et que la sociologie n’est pas tout à fait la même pour les hommes et pour les femmes. D’autres jeunes hommes ou jeunes femmes viennent par ailleurs des classes moyennes, ou du monde rural: c’est par exemple le cas de celle que j’appelle «Clémence», qui s’est convertie après avoir trouvé un exemplaire du Coran à la Fnac et qui y a trouvé les réponses aux questions religieuses qu’elle se posait en tant que catholique pratiquante.

Incontestablement, la majorité appartient à une même génération, ou plutôt à une même fourchette d’âge, qui s’étend en gros de 16 à 30 ans. Oui, effectivement. Non, il n’existe pas de schéma type. La guerre contre les djihadistes se fait aussi sur les réseaux sociaux. On le sait, la bataille terroriste se joue aussi sur les réseaux. Et cette bataille est très organisée. Hier, on en a eu une preuve supplémentaire, et flagrante. C’est une journaliste du New York Times, Rukmini Callimachi, qui suit en particulier la Syrie depuis Beyrouth où elle est stationnée, qui en fournissait un exemple sur son compte Twitter. Manifestement, en plus de son travail de terrain, elle mène comme les autres journalistes spécialistes du terrorisme islamique un travail d’infiltration numérique qui lui donne accès à des documents qui ne nous parviennent pas.

Hier donc, quelques heures après les attaques, elle mettait en ligne la capture d’écran d’un message envoyé par un compte djihadiste « Khalifa News » via une application de messagerie du nom de Télégram. Ce message est très explicite : « Veuillez s’il vous plaît prendre part à la bataille en ligne sur Twitter et déchaîner la puissance des hashtags que nous vous avons fournis avec toute l’actualité de l’Etat Islamique. Géopolitique des migrations: Syrie et Irak, sans précédents (...)

LE DÉBUT des années 2010 s’est trouvé marqué par une forte migration de populations dû aux conflits en Mésopotamie. Dans cette région du Moyen-Orient dont le nom historique correspond à un vaste territoire qui s’étend pratiquement du fond du golfe Persique au golfe d’Alexandrette [1], nombre de frontières étatiques reconnues par la communauté internationale ont de facto disparu. Cela résulte de combats menés en Irak – certes de façon discontinue – depuis l’intervention américaine de 2003, et accentués en 2011 après le départ de la coalition militaire, essentiellement étatsunienne et, en Syrie, depuis 2011.

Face à ces combats, de nombreux habitants se sont trouvés conduits à un exode pour échapper aux violences et, donc, assurer leur survie et/ou par refus d’accepter les contraintes imposées par la force là où ils habitaient. Fin 2015, l’exode international a donc touché plus d’un cinquième de la population. I. Un exode intense, mais malheureusement classique Un exode qui perdure II. Terrorisme. Que peuvent les Anonymous face à Daech ? Trois jours après les attaques de Paris, le collectif de hackers Anonymous a annoncé le lancement d’une nouvelle campagne contre l’organisation terroriste Etat islamique.

“Cela peut-il changer quelque chose ?” , s’interroge CS Monitor. Lundi 16 novembre, Anonymous a posté une vidéo d’une minute promettant “l’opération la plus importante jamais réalisée contre [Daech]”, avec “de nombreuses cyberattaques”. “La guerre est déclarée”, lance la voix synthétique du personnage portant le masque de Guy Fawkes. La veille déjà, dimanche 15 novembre, le collectif de hackers avait dévoilé une liste de plus de 1 000 comptes Twitter désignés comme relayant la propagande de l’organisation Etat islamique. “Ce n’était que la première salve d’une campagne intensive contre le groupe terroriste après les attaques du 13 novembre à Paris”, écrit le site américain The Christian Science Monitor.

Des actions aux allures de harcèlement Les actions d’Anonymous ressemblent plus à du harcèlement. Pas si ridicule. L’Etat islamique n’ira pas plus loin. Comme l’a déclaré le président François Hollande, la France est bien en guerre contre Daech. La France considère le groupe islamiste comme son ennemi numéro un. Elle le combat en première ligne avec les Américains au Moyen-Orient, et comme seule nation occidentale dans le Sahel. Elle a engagé dans cette lutte, commencée au Mali en 2013, un pourcentage de son armée bien supérieur à celui des troupes américaines. Vendredi soir la France en a payé le prix. Depuis, les messages de solidarité pleuvent de tout le monde occidental. Et pourtant elle est curieusement seule. A chacun son combat Au Moyen-Orient, les principaux acteurs ont d’autres adversaires qui leur semblent plus importants. Le gouvernement turc est très clair: son ennemi principal c’est l’irrédentisme kurde.

Les Kurdes, qu’ils soient syriens ou irakiens, ne cherchent pas à écraser Daech, seulement à défendre leurs nouvelles frontières. Et pourtant, une guerre ne se gagne pas sans infanterie au sol. © The New York Times. Anonymous : la liste des 9200 comptes Twitter liés à l'État islamique refait surface. Deux jours après une vidéo publiée par les Anonymous sur YouTube, une liste des 9200 comptes liés à l’État islamique dévoilée par le groupe d’hacktivistes refait surface.

Le juge Trévidic. « La religion n'est pas le moteur du jihad » - France. / Propos recueillis par Hervé Chambonnière / Quelle est la situation aujourd'hui, alors que vous quittez le pôle antiterroriste ? Elle est pire qu'il y a dix ans. Et même pire que lorsque j'ai débuté au parquet en 2000. Qu'est ce qui a changé ? Vous affirmez que le jihadisme est devenu « un phénomène de mode » ?

Faut-il s'inquiéter de ces retours de jihadistes en France ? Le gouvernement vient pourtant d'allouer de nouveaux moyens humains aux services du renseignement ! C'est le passage du renseignement au judiciaire qui pose problème. Oui. Les effectifs judiciaires de la DGSI vont doubler et passer de 150 à 300 policiers... Pourquoi le gouvernement a-t-il malgré tout privilégié le renseignement ? C'est lourd de sens ! Il y a tout de même un contrôle prévu... Mais la loi sur le renseignement ne fait que régulariser une situation déjà existante ?

Marc Trevidic sur la menace terroriste : "Le pire est devant nous" C'est une interview bien pessimiste auquel s'est livrée l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic dans l'hebdomadaire Paris Match. Il y évoque les menaces sécuritaires qui planent sur la France. "La menace est à un niveau maximal, jamais atteint jusqu'alors.

D'abord, nous sommes devenus pour l'Etat islamique (EI) l'ennemi numéro un. La France est la cible principale d'une armée de terroristes aux moyens illimités. Ensuite, il est clair que nous sommes particulièrement vulnérables du fait de notre position géographique, de la facilité d'entrer sur notre territoire pour tous les djihadistes d'origine européenne, ­Français ou non, et du fait de la volonté clairement et sans cesse exprimée par les hommes de l'EI de nous frapper. Et puis, il faut le dire : devant l'ampleur de la menace et la diversité des formes qu'elle peut prendre, notre dispositif de lutte antiterroriste est devenu perméable, faillible, et n'a plus l'efficacité qu'il avait auparavant. " Michaël Bloch - leJDD.fr. Gilles Kepel : « L’Etat islamique cherche à déclencher la guerre civile en France »

Propos recueillis par Nicolas Truong Ces terribles massacres du 13 novembre vous ont-ils surpris ? Malheureusement non. Depuis plus d’an, l’Etat islamique (EI) appelle à frapper les Français. Le 22 septembre 2014, Abou Mohamed El Adnani, le porte-parole du groupe, a appelé à frapper les Occidentaux partout où se trouvent et particulièrement les « sales et méchants Français ». Une menace réitérée régulièrement par des Français partis en Syrie.

Dans un tweet adressé tout début janvier à la rédaction du Monde, Maxime Hauchard, le jeune Normand qui avait égorgé des aviateurs syriens, avait annoncé qu’EI s’apprêtait à sévir en France. Après les attentats de Charlie Hebdo, Salim Ben Ghalem, le Français le plus gradé dans la hiérarchie d’EI, et que les frappes françaises ont essayé d’éliminer ces dernières semaines apparemment sans succès, appelait à tuer n’importe quel de nos – et de ses - concitoyens. Incontestablement. [#Live - #Fusillade] Ici c'est Paris, ici c'est la guerre ! #Attentat.