background preloader

SSII

Facebook Twitter

Site en travaux. Les SSII sont-elles le maillon faible de l'économie numérique ? Jean-François Perret, animateur du groupe numérique du G9+ Tout le monde parle des possibilités de l'économie numérique, en termes d'usages, d'emplois, de créations de richesses et d'innovations.

Les SSII sont-elles le maillon faible de l'économie numérique ?

Les acteurs traditionnels de l'informatique, les SSII ont-elles la capacité à accompagner et même à guider ce mouvement, ou bien vont-elles le freiner? Le très sage Institut G9+ ose parfois des questions provocatrices, par exemple : « les SSII, atout majeur ou maillon faible dans l'économie numérique » (*). C'était lundi soir au cours d'un débat. Informatique : le chômage au plus haut depuis 2005. Les derniers chiffres issus de Pôle emploi révèlent une nouvelle hausse du nombre de demandeurs d'emploi dans la catégorie "Systèmes d'information et de télécommunication".

Informatique : le chômage au plus haut depuis 2005

Le nombre de chômeurs dans l'informatique a encore progressé. Après avoir stagné à 36 500 de novembre à décembre, il est reparti à la hausse en janvier pour atteindre 37 300. C'est du moins le nombre d'inscrits comptés par Pôle emploi dans sa catégorie "Systèmes d'information et de télécommunication". Depuis avril dernier, ce chiffre ne cesse d'augmenter pour atteindre aujourd'hui l'un de ses plus hauts niveaux. Il faut remonter en décembre 2005 pour retrouver autant de demandeurs d'emploi dans ce secteur. A titre de comparaison, l'informatique comptait plus de 49 000 demandeurs d'emploi fin 2003 (le plus haut niveau jamais atteint depuis janvier 1996), mais 15 500 en mai 1999 (niveau le plus bas).

Quand les SSII réduisent discrètement leurs effectifs. 01net. le 18/03/13 à 13h18 Silence !

Quand les SSII réduisent discrètement leurs effectifs

On purge. » Le titre de la tribune publiée sur le site de FO Steria donne le ton. Responsable national Force ouvrière du secteur informatique, conseil et services, Malek Ferhati y dénonce les pratiques sociales des sociétés de services. Infotel veut recruter 200 informaticiens. Crédit: D.R.

Infotel veut recruter 200 informaticiens

Proservia recherche 500 ingénieurs et techniciens. La filiale de Manpower, Proservia, ouvre plusieurs centaines de postes à l'échelle nationale, pour des missions sur sites clients ou depuis ses centres de services basés à Rennes et à Niort.

Proservia recherche 500 ingénieurs et techniciens

Après avoir recruté 339 ingénieurs en France en 2012, Proservia table sur 500 embauches supplémentaires en 2013. Cette campagne permettra à la filiale de Manpower, spécialisée dans l'infogérance d'infrastructures, de renforcer ses activités en ingénierie, projets et infogérance. Les profils recherchés sont variés : il s'agit de techniciens helpdesk, chefs de projets, managers opérationnels, administrateurs, ingénieurs systèmes et réseaux, experts en infogérance, analystes d'exploitation et architectes. Conseil et projets en architecture et transformation. Informatique. La société Effitic créé 70 postes dans l’Ouest. Alors que chez Alcatel, SFR, les suppressions d’emplois malmènent les ingénieurs, Effitic annonce la création de 140 postes en France.

Informatique. La société Effitic créé 70 postes dans l’Ouest

La société de services et d’ingénierie informatique prévoit un nouveau plan de recrutements « pour accompagner son développement national », souligne le président Eric Dermont. Plus de 70 postes sont à pourvoir dans l’Ouest. Principalement à Nantes qui est avec Paris, la plus grosse agence mais aussi à Brest (20 postes) et Rennes (15 postes). À cela s’ajoute une dizaine de postes au Mans où un bureau vient d’ouvrir tout récemment. « Nous souhaitions nous rapprocher de nos clients comme les MMA et Sesam Vitale », commente Eric Dermont. Effitic recherche surtout des jeunes diplômés, mais aussi des « consultants seniors, justifiant de 8 à 10 années d’expérience », indique la société. Les salaires des informaticiens plafonneront en 2013. Crédit: D.R L'étude sur les rémunérations 2013 conduite par Robert Walters montre que la crise économique a curieusement généré de profonds besoins de recrutement sur les profils les plus experts en 2012, mais que les salaires ne devraient pas évoluer.

Les salaires des informaticiens plafonneront en 2013

Le cabinet de recrutement spécialisé Robert Walters livre les résultats d'une enquête sur les perspectives des salaires en 2013. Celle-ci montre ne plus grande exigence dans les recrutements, tant au niveau de l'expertise que des aptitudes fonctionnelles et managériales. mais uns stagnation des rémunérations par rapport 2012. Et ce, quelques soient les spécialités passées en revue. EffiTic reprend T-Systems. Quand Deutsche Telekom sous-traite un PSE à un repreneur et démantèle sa filiale informatique en France Depuis de nombreuses années, T-Systems France (TSF) affiche un compte de résultat déficitaire.

EffiTic reprend T-Systems

La situation s’est encore aggravée depuis les PSE de 2008 (env. 50 postes supprimés) et 2010 (324 postes, soit 20% des effectifs). Effitic pourrait reprendre la branche intégration de T-Systems France. La branche nantaise du syndicat CGT révèle le 28 janvier que la maison-mère de T-Systems France, l’opérateur allemand Deustche Telekom, prévoit de « vendre » à Effitic la branche intégration de cette société de service IT, laquelle emploie environ 600 salariés.

Effitic pourrait reprendre la branche intégration de T-Systems France

T-Systems va-t-il rester en France à terme ? Car cerise sur le gâteau : selon la CGT, le repreneur devrait recevoir de l’argent de T-Systems France pour lui « racheter » cette activité ! Ni la direction de la SSII Effitic, ni celle de T-Systems n’ont souhaité commenter officiellement cette information dans l’immédiat. Pourtant, ce n’est pas un mystère, la filiale française de l’intégrateur T-Systems se porte mal depuis plusieurs années, en dépit des déclarations optimistes de ses dirigeants. T-Systems France cède son activité intégration aux dirigeants d’Effitic.

Confrontée à de fortes pertes T-Systems France a engagé un directeur général de transition.

T-Systems France cède son activité intégration aux dirigeants d’Effitic

Ce dernier vient d’annoncer en CE la cession de l’activité intégration de systèmes à la holding qui contrôle Effitic. Grande réorganisation annoncée chez T-Systems France, confronté à des pertes récurrentes. Selon la CGT, le passif atteindrait 35 millions d’euros en 2012, contre un peu moins de 23 millions d’euros en 2011. La société a multiplié les plans sociaux ces dernières années, sans pour autant parvenir à redresser la situation. Après la suppression d’une cinquantaine de postes en 2008, la direction annonçait en 2010 le départ de 20% des effectifs, soit 324 personnes, Actuellement un nouveau plan social, touchant principalement le site de Toulouse, vise la suppression de 57 postes supplémentaires. Pour rétablir sa filiale française, la direction allemande a nommé un directeur général de transition, Guy Malibas.

PROLOGUE : Le Conseil des Prud'hommes radie l'affaire opposant Prologue à son ancien Directeur Général. Communiqué de presse Les Ulis, le 29 janvier 2013 En 2010, Prologue s'est vu contraint de licencier pour faute lourde deux de ses anciens dirigeants - Directeur Général et Directeur Administratif et Financier - actuels dirigeants d'EFFITIC.

Ceux-ci ont alors engagé une action prud'homale à l'encontre de Prologue. Concernant l'affaire opposant Prologue à son ancien Directeur Général, celle-ci devait être plaidée le 17 janvier 2013 devant le Conseil de Prud'hommes de Longjumeau. La pression tarifaire risque de durer ! Novembre 2012 Rangé dans: SSII | BUSINESS MODELES. ' Le turn-over prend aussi en compte les licenciements ' (Munci) Emploi : Les recettes des SSII pour garder leurs troupes. De plus en plus d'entreprises de conseil en technologies, surtout lorsqu'elles sont à taille humaine, déploient un mode de management fondé sur la proximité et le partage d'informations. Détonnantes, les méthodes de management d'Octo Technology (*), une SSII française de 200 personnes. Les managers doivent s'entretenir une fois par semaine durant une trentaine de minutes avec chaque consultant en mission chez un client.

Le but est de faire le point sur le déroulement du projet, échanger des infos, fixer de nouveaux objectifs. «Ce “one on one”, comme on l'appelle ici, est le principal moyen d'entretenir le lien et de transmettre aux consultants la culture de l'entreprise», assure Damien Joguet, directeur industrie et distribution chez Octo.

Une initiative rare qui contribue pourtant à fédérer les salariés concernés et à donner du sens à leur mission. Turnover des cadres : record peu glorieux pour les SSII ! (sources Apec) Le turnover du personnel dans les sociétés de services informatiques (SSII) est en moyenne de 15% selon l’Apec : le record parmi tous les secteurs d’activité étudiés et le double, en moyenne, du taux moyen tous secteurs confondus ! Ceci explique la forte disproportion entre les recrutements "bruts" et les créations d’emploi "nettes". Le turnover est le taux de rotation du personnel dans les sociétés. Il traduit donc la fluidité du marché du travail dans un secteur donné mais aussi la capacité des sociétés à fidéliser leurs salariés.

Les raisons du turn-over dans les SSII. 01net. le 30/06/08 à 16h56 Difficile dans les sociétés de services informatiques, d'avancer le taux exact de turn-over – le taux de rotation du personnel dans une entreprise. Pour le Syntec Informatique, il oscillerait, en moyenne, entre 11 % et 13 %. De son côté, le Munci (Mouvement pour une union nationale et collégiale des informaticiens), l'évalue plutôt à 15 %.

Une chose est sûre : dans ce secteur, il est plus élevé qu'ailleurs, pouvant atteindre dans certaines SSII, 30 %. Premier grand cas de figure : le turn-over est “ structurel ”. Ne dites plus SSII mais SSIN.