LA REFORME CONSTITUTIONNELLE

Facebook Twitter
Debré: le Conseil Constitutionnel est devenu une sorte de "Cour suprême", actualité Politique : Le Point Debré: le Conseil Constitutionnel est devenu une sorte de "Cour suprême", actualité Politique : Le Point Jean-Louis Debré a estimé mercredi que le Conseil constitutionnel qu'il préside était devenu une sorte de "Cour suprême" avec la modification de la loi fondamentale en juillet 2008. Invité de Questions d'Info LCP/France Info/AFP, M. Debré a expliqué qu'avec la réforme de la Constitution "toute l'architecture juridictionnelle française était en train de changer". "Là où il y avait deux Cours suprêmes, le Conseil d'Etat et la Cour de cassation, il y a désormais une troisième Cour suprême, le Conseil constitutionnel qui contrôle l'application de la Constitution et veille aux grands principes et aux grands droits garantis par la Constitution", a-t-il dit. Comme on lui demandait si le Conseil supplantait dorénavant la Cour de cassation, M. Debré a répondu: "Oui, l'évolution du monde et l'évolution de tous les pays européens sans exception va vers cette constitutionnalisation d'une Cour suprême qui fixe l'ordre constitutionnel".
Modernisation des institutions de la Ve République
modernisation des institutions : le Blog de Frédéric Rolin modernisation des institutions : le Blog de Frédéric Rolin Le projet de révision constitutionnelle constitue-t-il une victoire pour la C6R ? Ou, la tentation du monisme exécutif Les membres de la C6R militent depuis désormais un nombre respectable d'années, pour que la 5e République se transforme en « régime primo-ministériel », c'est à dire en régime parlementaire moniste, dans lequel le pouvoir et sa contrepartie, la responsabilité, serait concentrée entre les mains du Premier Ministre, issu de la coalition majoritaire à l'Assemblée Nationale.
balladur77
Conseil Constitutionnel - Les décisions QPC
Comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions, appelé plus communément comité Balladur, est un groupe de réflexion créé en 2007 par le président Nicolas Sarkozy pour proposer une réforme des institutions de la Cinquième République française. Ses conclusions ont inspiré la réforme des institutions menée en 2008. Elle rappelle la Commission Vedel de 1992, et sera suivie cinq ans après par la Commission sur la rénovation et la déontologie de la vie publique nommée par François Hollande. Comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions
Allez au contenu, Allez à la navigation Loi constitutionnelle de modernisation des institutions de la Ve République : Loi n° 2008-724 du 23 juillet 2008 parue au JO n° 171 du 24 juillet 2008 Objet du texte En soumettant à l'examen du Parlement le projet de loi constitutionnelle de modernisation des institutions de la Ve République, le gouvernement entend tirer les conséquences des réformes intervenues depuis 1958, notamment l'élection du Président de la République au suffrage universel direct et la réduction à cinq ans de son mandat qui ont contribué à la présidentialisation du régime. Le projet de révision constitutionnelle vise à améliorer le contrôle de l'exécutif, à renforcer les pouvoirs du Parlement et à attribuer des droits nouveaux aux citoyens. Cinquième République Cinquième République
C6R - Convention pour la 6ème République
Parlons un peu du "49-3" Parlons un peu du "49-3" Dumnorix, un lecteur qui ne craint qu'une chose, c'est que le ciel lui tombe sur la tête, m'adresse un courrier contenant une question et une requête. Cher maître Eolas, Ce n'est pas la première fois que je visite votre site mais c'est la première fois que je m'adresse à vous.
Politique : «Une révolution juridique» chez les Sages Politique : «Une révolution juridique» chez les Sages Pour Nicolas Sarkozy, la «question prioritaire de constitutionnalité» représente «un nouveau droit pour nos concitoyens». Sourires, urbanité et politesses ont émaillé la visite expresse de Nicolas Sarkozy au Conseil constitutionnel, lundi. Le chef de l'État venait solennellement y assumer la paternité d'une réforme votée par les deux Assemblées, réunies en Congrès, en juillet 2008. «Nous nous souviendrons de ce 1er mars 2010 qui marque une véritable révolution juridique» ouvrant «un nouveau droit pour nos concitoyens», a-t-il insisté sous les yeux des onze Sages du Conseil constitutionnel, parmi lesquels ses prédécesseurs, Jacques Chirac et Valéry Giscard d'Estaing. Plus de 300 magistrats et chefs de juridiction de toute la France assistaient également au discours du président de la République.
Conseil Constitutionnel - "12 questions pour commencer" Conseil Constitutionnel - "12 questions pour commencer" La question prioritaire de constitutionnalité est le droit reconnu à toute personne qui est partie à un procès ou une instance de soutenir qu'une disposition législative porte atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit. Si les conditions de recevabilité de la question sont réunies, il appartient au Conseil constitutionnel, saisi sur renvoi par le Conseil d'État ou la Cour de cassation de se prononcer et, le cas échéant, d'abroger la disposition législative. La question prioritaire de constitutionnalité a été instaurée par la réforme constitu­tionnelle du 23 juillet 2008. Avant la réforme, il n'était pas possible de contester la conformité à la Constitution d'une loi déjà entrée en vigueur.
Article 1 A modifié les dispositions suivantes : Article 2 Article 3 Article 4 Détail d'un texte Détail d'un texte
Où en est-on ? La loi a été promulguée la 23 juillet 2008, elle a été publiée au Journal officielJournal officielJournal de la République française dans lequel sont publiés les lois et les règlements. du 24 juillet 2008. Le projet de loi constitutionnelleLoi constitutionnelleLoi qui modifie la Constitution. avait été adopté définitivement le 21 juillet 2008 par le ParlementParlementOrgane collégial qui exerce le pouvoir législatif (adoption des lois et contrôle du pouvoir exécutif). En France, le Parlement est composé de deux chambres : l’Assemblée nationale et le Sénat. réuni en Congrès à Versailles. Il avait été adopté en deuxième lecture par le Sénat le 16 juillet 2008 en termes identiques à ceux adoptés par l’Assemblée nationale en deuxième lecture le 9 juillet 2008. Présenté en Conseil des ministresConseil des ministresFormation collégiale réunissant l’ensemble des ministres. le 23 avril 2008 par M. Parlement : Constitution, réforme constitutionnelle, Assemblée national, Sénat, ordre du jour, pouvoir législatif, pouvoir executif, controle.Loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 de modernisation des institutions de la Vème République Panorama des loi Parlement : Constitution, réforme constitutionnelle, Assemblée national, Sénat, ordre du jour, pouvoir législatif, pouvoir executif, controle.Loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 de modernisation des institutions de la Vème République Panorama des loi