background preloader

Rédaction

Facebook Twitter

La pyramide inversée : la base de l’écriture web. La notion de pyramide inversée se compose de deux termes qui parlent d'eux-mêmes :

La pyramide inversée : la base de l’écriture web

La pyramide inversée par l'exemple : Le petit chaperon rouge. Charles Perrault était un conteur hors-pair, en plus d'être un polémiste enragé (contredisant en cela l'adage selon lequel "les bons contes font les bons amis").

La pyramide inversée par l'exemple : Le petit chaperon rouge

Il eût toutefois probablement fait un très mauvais référenceur ou rédacteur web. L'écrivain soucieux de produire un texte à la fois facile à lire et performant au niveau référencement gagnera à mettre en oeuvre le principe de la pyramide inversée. Il préférera ainsi pour son introduction ceci : "Une petite fille se fait dévorer par un loup usant de malice alors qu'elle allait porter des galettes et du beurre à sa mère-grand, elle aussi victime de l'animal". A cela : "Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu’on eût su voir ; sa mère en était folle, et sa mère-grand plus folle encore.

Ecrire pour le Web - Rédiger pour le Web. Une grande partie des acquis littéraires classiques reste précieuse sur Internet.

Ecrire pour le Web - Rédiger pour le Web

Le journaliste, qui voyait son avenir bouché par la concentration du marché de l'imprimé, a aujourd'hui un bel avenir devant lui. Internet demande et redemande la collaboration des artisans du contenu. La pyramide inversée La règle de la "pyramide inversée" qui veut que le journaliste creuse progressivement son sujet, du général vers le détail, avec un chapeau qui développe le titre, avec un article qui développe le chapeau,... reste plus que jamais de rigueur.

Au sein d'une page web, il est particulièrement conseillé de placer le message principal en amont et les détails plus bas. Dans le même ordre d'idée, il est conseillé de consacrer un paragraphe à une seule idée, le lecteur pouvant prendre la décision de sauter un paragraphe entier après lecture des premières lignes. La pyramide inversée et la loi de proximité ou comment rédiger un message pour le Web. La pyramide inversée est un principe de rédaction qui consiste à aller droit au but : le rédacteur ou journaliste décide de révéler directement l’essentiel de l’information.

La pyramide inversée et la loi de proximité ou comment rédiger un message pour le Web

Il choisit consciemment de traiter les détails plus tard dans le texte. Les statistiques de lecture encouragent une telle approche. Dans ce dossier : Tutoriel vidéo Améliorer les taux de lecture L’efficacité de la pyramide inversée est scientifiquement validée. Nous assistons à une réalité cruelle : le décrochage progressif des lecteurs au sein d’un article. Traduction : si vous placez une information importante trop loin dans le texte, elle risque de totalement échapper à la moitié des gens. Cette autre étude du Nielsen Norman Group mesure le temps d’attention accordé au haut de page.

Il apparaît que les internautes ne consacrent que 19,7% de leur temps à explorer les contenus sous la ligne de flottaison. Faut-il en conclure que les internautes ne lisent pas les pages longues ? Une imposture, l'écriture web ? (suite du débat) Dans l’enchaînement de mon billet, j’étais tenté de rebondir sur les arguments de Cyrille Frank, qui pose un joli débat. « Il ne faut pas écrire court, il faut écrire dense » 80% d’accord avec cette assertion.

Une imposture, l'écriture web ? (suite du débat)

C’est en tout cas un message très utile à faire passer. Lorsqu’on s’attaque à un texte pour en extraire toute la puissance, le but n’est pas d’en simplifier le message. Objectif : garder la substance et chasser le superflu. 20% pas d’accord avec cette assertion. Parce que, parfois, trop long, c’est trop long. La lisibilité. Écrire pour le web: “c’est la structure, imbécile!” Qui dit nouvel outil, dit nécessairement adaptation du contenu.

Écrire pour le web: “c’est la structure, imbécile!”

L'arrivée des médias digitaux force à repenser l'écriture journalistique jusque dans sa structure profonde et les modèles possibles sont nombreux. Voici un tour d'horizon des possibles. Comment faut-il écrire pour le web ? Souvent l’enseignement se résume à des techniques d’écriture et d’édition, et à l’usage que l’on peut faire des différents médias: texte, son, vidéo, infographie, etc. Cet enseignement ignore deux points clé: l’importance des liens hypertexte qui permettent de réunir dans un même ensemble des éléments d’apparence disparates et le fait qu’il soit possible de développer des récits non-linéaires, offrant la possibilité à chaque internaute la possibilité de se construire son propre parcours de lecture. Ecrire pour le Web en 2010. Les mauvaises pratiques de la publication de contenus sur le web. Voler du contenu, c’est une chose.

Les mauvaises pratiques de la publication de contenus sur le web

Se l’approprier et le considérer comme sien, c’en est une autre et bien pire, à mon sens… Je ne souhaite pas aujourd’hui polémiquer plus que cela sur des pratiques courantes mais néanmoins scandaleuses et qui montrent finalement la pauvreté de ceux qui en sont à l’origine… Mais, en élargissant la thématique, on constate qu’il existe un bon nombre de pratiques à éviter pour le référencement de son site web et de sa réputation en ligne. Tant en ce qui concerne Google que les internautes d’ailleurs… En pagaille, donc : Voler du contenu Pas joli, joli… Dans les cas où l’article de blog est réécrit, Google ne saura pas vraiment bien repérer le contenu dupliqué. Réutiliser des contenus déjà publiés. L'écriture web : une imposture ?

J’aimerais rebondir sur un billet intéressant, lu sur Médiaculture et intitulé « Les impostures de l’écriture web« .

L'écriture web : une imposture ?

Je partage pleinement une bonne partie de la colère exprimée par ce billet, mais, dans le même temps, je voudrais y répondre avec certaines nuances. Cyrille Frank exprime un coup de gueule (argumenté et brillant) contre un certain réductionnisme pratiqué par certains consultants. Tout comme lui, je suis allergique aux recettes de cuisine formatées et faciles à dispenser. Mais dans le même temps, la pédagogie et la démarche qualité exigent parfois d’identifier des facteurs d’efficacité qui, interprétés de manière trop systématique, laissent à penser que nous raisonnons de manière simpliste. Si l’on en croît la vulgate de certains « experts » journalistiques ou marketing … il s’agirait de suivre des règles incontournables si l’on veut plaire au lecteur et faire de l’audience.

Rédiger pour le web - SOLUTIONS MICRO : CONSEIL et ASSISTANCE à MAITRISE D'OUVRAGE, FORMATION, en INFORMATIQUE et sur INTERNET.