background preloader

Cinéma documentaire

Facebook Twitter

Héros sans visage - Maria Jimenez. En écho à la crise des réfugiés / migrants que nous traversons actuellement, voici un documentaire de Maria Jimenez dressant le portrait de certains d'entre eux.

Héros sans visage - Maria Jimenez

Le choix de ce film est volontairement délié du drame du Moyen Orient, ces migrants viennent d'Afrique. Le documentaire montre comment leur acceptation est si difficile, pourquoi ils fuient et combien leur périple est dangereux. Difret - Zeresenay Mehari. Difret est un film éthiopien, produit aux USA par Angelina Jolie.

Difret - Zeresenay Mehari

Mustang - Deniz Gamze Ergüven. Un film magnifique sur l’adolescence et la condition des femmes en Turquie.

Mustang - Deniz Gamze Ergüven

Cinq sœurs orphelines sont élevées par leur grand-mère et un oncle. Lors du dernier jour d’école, juste avant les vacances d’été, elles décident de rentrer à pied à la maison et chemin faisant jouent avec des garçons sur la plage. Ces jeux, à priori innocents, vont déclencher un scandale aux conséquences terribles pour les cinq sœurs. Elles vont se retrouver cloitrées tout l’été dans la maison familiale. La découverte ou l’ignorance - Vincent Jaglin. Enfant, le réalisateur Vincent Jaglin était passionné d’histoire et notamment de la seconde Guerre Mondiale.

La découverte ou l’ignorance - Vincent Jaglin

Avec ses amis, il jouait le Résistant contre les occupants nazis. Puis un jour, il apprend que certains membres de sa famille ont eu un passé trouble durant la Guerre. Une grand-tante et deux oncles ont collaboré avec l’occupant et lutté contre les Résistants. Nous sommes en Bretagne, Anna, Job et Pierre étaient de fervents nationalistes bretons, et ont fait partie de la Formation Perrot, une milice bretonne sous uniforme allemand. Vincent Jaglin enquête sur ses membres de sa famille au passé honteux. Road-movie breton d’investigation familiale et historique, le film de Vincent Jaglin nous entraine sur les traces des relations nébuleuses entre le nationalisme breton (largement teinté de celtisme et de théologie raciale) et le nazisme. La découverte ou l’ignorance. Symbol - Hitoshi Matsumoto. En parallèle se déroulent deux histoires qui inévitablement vont avoir un point de convergence.

Symbol - Hitoshi Matsumoto

Les Chebabs de Yarmouk - Axel Salvatori-Sinz. Dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmook en périphérie de Damas, en Syrie, de jeunes adultes (des chebabs en arabe) évoquent leur vie, leur avenir, leurs craintes et leurs espoirs.

Les Chebabs de Yarmouk - Axel Salvatori-Sinz

Cette génération, native des camps, est la troisième à vivre ave l’idée d’un éventuel retour. Toutefois, probablement plus prudent que leur parents et grands-parents pour qui l’idée du retour était synonyme de la fin d’un exil et d’une vie à nouveau normale, ces jeunes ont compris que cet hypothétique retour est devenu une chimère et que leur avenir est ailleurs. Vieillir à l’ombre - Johanna Bedeau. Certains détenus, purgeant de longues peines, se trouvent encore emprisonnés à un âge avancé, sans véritable espoir de pouvoir profiter de la vie après la prison.

Vieillir à l’ombre - Johanna Bedeau

Lorsque l’horizon qui se profile est la maison de retraite ou une unité de soin, subissant des problèmes de santé, la solitude, un rapport au temps déstructuré, ces hommes doivent composer avec ses éléments parfois très anxiogènes. La réalisatrice, Johanna Bedeau, a obtenu les autorisations pour filmer des détenus âgés à visage découvert et nous faire partager leurs réflexions. Ce sujet est original, il aborde deux thèmes qui sont généralement traités en documentaire de façon indépendante : la prison et la vieillesse. Rabo de peixe - Joaquim Pinto, Nuno Leonel. La part du feu - Emmanuel Roy. Le Gosse - Louise Jaillette. Court métrage bien écrit, ce film nous entraine sur les traces de Thibaut.

Le Gosse - Louise Jaillette

Thibaut est arrivé au seuil de l’âge adulte. S’il a encore un peu l’air d’un enfant, il se déplace avec l’assurance d’un jeune homme autour de la ferme de son père. Mais le travail physique ne comble pas toutes les envies qui s’éveillent en lui. Five broken cameras - Emad Burnat et Guy Davidi. Vies métalliques, Rencontres avec Pierre Bergounioux - Henry Colomer. Pierre Bergounioux est écrivain et sculpteur.

Vies métalliques, Rencontres avec Pierre Bergounioux - Henry Colomer

Il trouve son inspiration en farfouillant dans les décombres de notre société de consommation, parcourant décharges, vieilles granges et autres lieux improbables où se trouvent les épaves du monde moderne. Henry Colomer explore avec lui les veines métalliques qui affleurent dans son œuvre. En filmant des paysages, en faisant se côtoyer la Nature et les espaces industriels ou agricoles, le bureau de l’écrivain et l’atelier du sculpteur, les images accompagnent les paroles de Pierre Bergounioux commentant son travail tant de sculpteur que d’écrivain et nous proposant son regard sur le monde qui l’entoure. L’érudition de Pierre Bergounioux est passionnante. Démocratie année zéro - Christophe Cotteret. Les chèvres de ma mère - Sophie Audier. Sophie Audier filme le passage de témoin entre sa mère Maggie, chevrière, prête à partir à la retraite, et Anne-Sophie, une jeune agricultrice qui souhaite s’installer après ses études agricoles.

Les chèvres de ma mère - Sophie Audier

Outre les tracasseries administratives inhérentes à ce type de transmissions, le film témoigne de la difficulté de Maggie à quitter un mode de vie qu’elle a façonné pendant une quarantaine d’années. Les sentiments qu’elle a déployé pour ses chèvres et cette vie, l’appréhension de la retraite, ne lui facilitent pas les choses et rendent les relations parfois compliquées avec Anne-Sophie. Cette dernière passe du temps régulièrement avec Maggie et ses chèvres et reste la plupart du temps stoïque face aux atermoiements de Maggie sans pour autant se départir de sa détermination. Sophie Audier suit bien les deux personnages dans leurs travaux et leur progression avant l’échéance du départ à la retraite de Maggie tout au long de deux saisons sur le plateau de Saint-Maymes dans le Verdon.

Tout va bien : 1er commandement du clown - Pablo Rosenblatt et Émilie Desjardins. Pendant deux années les réalisateurs ont suivi une promotion (10 filles et 4 garçons) d’une formation au métier de clown dispensée par l’école du Samovar à Bagnolet (Seine Saint-Denis). La formation oblige les élèves à puiser en eux-mêmes les ressources qu’ils devront déployer. Chacun doit chercher son clown, le clown que l’on a en soi. Être clown ne s’improvise pas, les différents formateurs, artistes eux aussi, aident les élèves de tous âges à tracer une route parmi les doutes, les prises de conscience, leurs joies et leur engagement. Extraits de cours, discussions avec les élèves qui évoquent leurs parcours personnels et professionnels en résonnance avec leur formation, paroles de professeurs jalonnent ce film rythmé et instructif.

Le film est juste et délivre une image tendre de situation parfois complexes, rendant bien compte des difficultés qui existent à trouver le ton juste lorsque l’on veut faire rire. Le mur invisible - Julian Roman Polsler. Une femme se retrouve seule dans un pavillon de chasse au fin fond d'une vallée alpine en Autriche, isolée du monde par un mur invisible.

Le film offre une réflexion sur la solitude ; c'est une admirable robinsonnade alpestre. L'intensité qui se dégage des images et de la voix off du personnage principal qui nous raconte son aventure, ses doutes, ses craintes, ses espérances... nous permet d’appréhender l'angoisse intime qui pourrait nous submerger si nous étions nous même livrés à une solitude extrême. Alors que dans un premier temps la femme tente la survie, s'entourant d'animaux familiers recueillis autour du chalet, elle finit par se focaliser rapidement sur le lien fort qui l'unit avec le chien nommé Lynx. Ce lien est comme une trace d'humanité, le dernier rempart qui la relie encore avec sa vie sociale passée. La description de ses relations avec ce chien explique le dénouement final et le désarroi violent qui clôt le film.

City of Life and Death - Lu Chuan. Le Japon a envahie la Chine, nous sommes en 1937. Nankin est alors la capitale de la Chine. Les Japonais sont aux portes de la ville. L’homme des Roubines – Les Hauts Lieux de Luc Moullet - Gérard Courant - Le Génépi et l'Argousier. André Bucher, entre terre et ciel - Benoît Pupier - Le Génépi et l'Argousier. André Bucher est écrivain, paysan en agriculture biologique et bûcheron.

Depuis plus de trente ans, il vit aux confins de la Drôme et des Alpes de Haute-Provence, dans la vallée du Jabron. Dans ce lieu sublime et sauvage, entre terre et ciel, l'écrivain des grands espaces, druide à la barbe broussailleuse, regard bleu, invente des récits de hautes solitudes. Le film propose une rencontre avec un personnage hors du commun, qui se caractérise par un engagement personnel au plus près de ses valeurs. André Bucher dévoile petit à petit sa façon de vivre et ses différents travaux : écriture et agriculture. Pour lui, écrire n’est pas un effet de mode mais bien un engagement au même titre que celui qui l’a conduit à cultiver ses terres en agriculture biologique.

The Man Who Invented Himself - Duane Michals.