background preloader

La règle du jeu

Facebook Twitter

Vidéos. Le séminaire littéraire de Yann Moix - Aragon ou l'oubli. Le séminaire littéraire de Yann Moix - Aragon ou l'oubli. “Affaire Taubira” : les écrivains et les intellectuels se mobilisent ! - Séminaire RDJ - vidéo Dailymotion. L'esprit du 11 janvier et ses ennemis - Séminaire RDJ. Quand l’amour mène la danse…par Pierre Naveau. Donnons le pas à la fraîcheur d’une énonciation – celle que l’on rencontre dans La Place Royale et dans La double inconstance.

Quand l’amour mène la danse…par Pierre Naveau

Ils sont amants depuis un an. Mais Alidor ne supporte plus d’être ainsi captif de l’amour. Angélique l’aime trop. Alidor voudrait être libre. Il se sent forcé d’aimer. Angélique se reproche dès lors d’avoir aimé un infidèle et d’avoir trop attendu pour rompre avec lui. Péguy, le dépaysan (III) - Séminaire littéraire de Yann Moix - vidéo dailymotion. Régis Jauffret, maître de la nouvelle - L’Imprévu. On dit souvent « la vieillesse est un naufrage » comme une maxime lapidaire et puis plus rien.

Régis Jauffret, maître de la nouvelle - L’Imprévu

On passe à autre chose. Or la vieillesse, même lorsqu’elle est inconsciente, regorge de trésors. Trésors d’observation, de patience, de survivance, de silence, d’aigreur aussi, de violence et de désirs. L’avenir qui dure (trop longtemps) ou bien la mort imminente : voilà ce que raconte Régis Jauffret dans Bravo, un recueil de nouvelles portant sur le thème de la vieillesse. Un livre jubilatoire puisque souvent cruel, une prose précise, des phrases affutées comme le fil d’un rasoir. Seize nouvelles, seize textes pour plonger au fond de l’existence de sexagénaires bien portants ou d’octogénaires à l’article de la mort, tous à classer dans cette catégorie dont le nom sonne forcément comme un jugement : les vieux. Les vieux que décrit Jauffret ne sont pas abattus en plein vol, ils ont déjà subsisté longtemps. . « Un soupçon de ventre.

Je me souviens... Je me souviens que ce 11 janvier était, aussi, le jour de mon anniversaire.

Je me souviens...

Un ou deux millions d’amis, avertis de mon narcissisme capricornien, s’étaient réunis Place de la République afin de me fêter en grande pompe. Pour m’accueillir, des hymnes joyeux, des chefs d’Etat, la houle des visages, des Charlie multicolores. Mon Birthday Cake joliment rectangulaire grouillait comme une ruche. Avec, en son centre, une seule bougie de bronze. C’était donc l’An I de quelque chose. Je me souviens que, ce jour-là, des vers d’Aragon me zébraient la tête : « C’était un temps déraisonnable… On avait mis les morts à table… » Les morts de ce jour-là ? « Tout changeait de pôle et d’épaules, Moi, si j’y tenais mal mon rôle, C’était de n’y comprendre rien… » On avait tout changé, oui, dans ma France meurtrie.

Je me souviens que, peu de temps avant ce jour mémorable, j’avais lu le roman d’un certain MH, qui passait alors pour le produit le plus élaboré de l’intelligence nationale. La « common decency » de l’Oumma. Mercredi 4 février De femme plus parisienne que Sylvia, il n’y avait pas.

La « common decency » de l’Oumma

Sa famille, juive, était venue de Roumanie. De femme plus spirituelle non plus, il n’y avait pas. Comme j’aimais quand elle imitait Georges Bataille et Michel Leiris au téléphone, pour me faire rire. Lentement, et avec une voix grave et solennelle : « Allo, Michel ? De tous ses petits-enfants, c’est Sandra, ma nièce, qui ressemble le plus à Sylvia, au moral. Duchamp essayant d’apprendre à Cage à mieux jouer aux échecs lui disait : « Ne jouez pas seulement votre côté de la partie, jouez les deux côtés. » Génial ! Revue. Voilà presque vingt ans qu’est née La Règle du jeu.

Revue

Le programme, à l’époque, était clair. 1. Créer une revue qui, à l’âge des replis nationaux, des crispations provinciales, des régressions identitaires, soit résolument cosmopolite et, entre écrivains du monde entier, rétablisse les circuits de communication et de dialogue interrompus, en Europe, par le presque demi-siècle de glaciation totalitaire : la composition du comité éditorial en témoignait – qui associait Salman Rushdie et Fernando Savater, Czeslaw Milosz et Carlos Fuentes, Amos Oz, Susan Sontag ou John Berger à Tadeusz Kantor, György Konrád, Claudio Magris. Rencontre avec Jean-Claude Milner - Séminaire RDJ. Bernard-Henri Lévy : "L'engagement d'un philosophe, aux prises avec le réel" - Le 14 Avril 2014, au Congrès de l'Association Mondiale de la Psychanalyse.

Rencontre avec Benjamin Stora - Séminaire RDJ. Rencontre avec Nelly Kaprièlian - Séminaire RDJ. Reconstruire la République - Séminaire RDJ. L’idée d’humanité, à l’heure de la démocratie extrême - Séminaire RDJ. L’Ukraine, un test pour nos démocraties - Séminaire RDJ.