background preloader

Palestine

Facebook Twitter

Yishaï Sarid : « Les “indignés” d'Israël mèneront à la paix avec les Palestiniens » Yishaï Sarid est peu connu en France.

Yishaï Sarid : « Les “indignés” d'Israël mèneront à la paix avec les Palestiniens »

Son deuxième roman, « Le Poète de Gaza » (le premier traduit en France), vient pourtant de se voir décerner le Grand Prix de littérature policière 2011. Y aura-t-il un printemps palestinien ? Les révélations sur le “meurtre” de Yasser Arafat surviennent à un moment où la Cisjordanie traverse une grave crise économique et où les Palestiniens rejettent de plus en plus leurs dirigeants. 12 juillet 2012 | Partager : Règlement de comptes Les révélations sur l’empoisonnement supposé de Yasser Arafat ont permis à sa veuve, Souha, de régler ses comptes avec les successeurs de son mari et de demander l’exhumation de sa dépouille.

Y aura-t-il un printemps palestinien ?

Dans Elaph, l’écrivain palestinien Salmane Massalha souligne que, si Mme Arafat respectait son mari, elle ne serait pas allée vivre dans le luxe en Occident (à Malte, après avoir été chassée de la Tunisie), mais serait restée en Palestine auprès de son peuple. Syrie : Les Palestiniens et la révolution syrienne. Ce billet fait partie du dossier de Global Voices sur le soulèvement en Syrie 2011 – 2012. (Liens en anglais) Les 13 et 14 juillet 2012, des manifestations de masse ont éclaté dans les camps de réfugiés palestiniens de Yarmouk et Tadamon à Damas. La riposte brutale du pouvoir syrien a fait par sept morts le 13 juillet.

Palestine : Vague de manifestations contre les hausses de prix et le chômage. [Les liens renvoient vers des pages en anglais et arabe] Les manifestations se multiplient dans les territoires palestiniens, en particulier dans les principales villes de Cisjordanie : Hébron, Ramallah, Bethléhem et Naplouse.

Palestine : Vague de manifestations contre les hausses de prix et le chômage

Grèves contre la politique économique du Premier ministre. Palestine : Les manifestations contre la vie chère continuent. La protestation contre la vie chère et le chômage qui a débuté la semaine dernière se poursuit dans les principales villes de Cisjordanie.

Palestine : Les manifestations contre la vie chère continuent

Le 10 septembre, les transports publics et les écoles ont appelé à des grèves [en anglais]. Les activistes palestiniens et internationaux ont participé aux manifestations et les ont commentées sur Twitter et les autres plates-formes de médias sociaux. L'activiste Scott Campbell résume la situation dans de nombreuses cités palestiniennes : ‏@angrywhitekid: Pas de transports publics à Ramallah, Hébron, Naplouse, Tulkarem… Des pneus brûlent à Naplouse, Hébron & sur la route Ramallah – Qalandia Des employés du secteur public en grève se rassemblent devant les bureaux du Premier Ministre Fayyad. A Yarmouk : « Ne me dites pas que la Syrie soutient les Palestiniens » Un mort dans les rues de Yarmouk, le 21 juillet 2012 (SIPA) Je n’arrive pas à croire que tous ces bombardements, tous ces morts, sont réels.

A Yarmouk : « Ne me dites pas que la Syrie soutient les Palestiniens »

Mais cela est pourtant vrai. Nous aussi, Palestiniens de Syrie, sommes touchés par la répression du régime. Vers un printemps social. Manifestation de soutien aux Palestiniens de Gaza. Communiqué du Col­lectif National pour une Paix Juste et Durable entre Pales­ti­niens et Israé­liens(CNPJDPI) vendredi 16 novembre 2012 Depuis plu­sieurs jours, l’armée israé­lienne a inten­sifié bom­bar­de­ments et incur­sions sur le ter­ri­toire pales­tinien de la bande de Gaza, causant la mort de plu­sieurs civils Palestiniens, dont des enfants.

Manifestation de soutien aux Palestiniens de Gaza

Une nou­velle étape a été franchie par le gou­ver­nement israélien en assas­sinant Ahmad Jabbari, chef de la branche mili­taire du Hamas. Aujourd’hui, l’Etat d’Israël a offi­ciel­lement annoncé et repris ses opé­ra­tions mili­taires contre Gaza, infli­geant à nouveau bom­bar­de­ments, morts et des­truc­tions à la popu­lation gazaouie, soumise à un blocus illégal et inhumain depuis 2007. Condamne les bombardements de médias à Gaza. Lire en arabe (بالعربية) Reporters sans frontières condamne la série de bombardements qui ont visé, le 18 novembre 2012, plusieurs médias à Gaza et exige l’arrêt immédiat de ces attaques par Israël.

condamne les bombardements de médias à Gaza

Les sentiments contradictoires des Egyptiens. En Egypte, l'offensive israélienne à Gaza galvanise les nationalistes.

Les sentiments contradictoires des Egyptiens

Pendant ce temps, d'autres Egyptiens pleurent les soixante enfants morts dans un accident de bus au sud du pays, tandis que certains se réjouissent de la victoire de leur équipe de foot. Tout comme il y a une journée mondiale de la tolérance, ou une semaine internationale de l'humour, on peut dire que l'Egypte connaît actuellement une formidable saison des sentiments contradictoires. Des sentiments qu'on cache de peur d'être accusé d'insensibilité ou qualifié de renégat, mais qui finissent quand même par se trahir, timidement et maladroitement, pour éclater au grand jour au bout de quelques heures, alimentant toutes les polémiques, débats d'idées, luttes idéologiques et... discussions sportives. « Au Proche-Orient, les cimetières sont peuplés d’optimistes » Ce mardi matin, alors que les opérations militaires se faisaient plus rares et que les négociations de coulisses tentaient d’amener une trêve à Gaza, le journaliste Charles Enderlin tempérait les espoirs d’un simple « tweet » : « Au Proche-Orient, les cimetières sont peuplés d’optimistes. » Remarque cynique d’un vieux routier de la région, auteur de plusieurs livres sur les « occasions manquées » de la paix, ou coup de déprime alors que les armes, une fois de plus, parlent le plus fort ?

« Au Proche-Orient, les cimetières sont peuplés d’optimistes »

Bombardement israélien à Gaza, les onze membres de la famille El Dalo tués, le 18 novembre 2012 (Wartner/20 minutes/SIPA) Le paysage du Proche-Orient semble bien désespéré en cet automne sanglant, au-delà même de la guerre qui oppose depuis une semaine Israël et le Hamas palestinien. Qu’on en juge : Cette guerre pré-électorale oppose deux ennemis de la paix, pour des raisons opposées. Sans fin. Sans fin L'histoire est connue : elle commence avec la fameuse loi "œil pour œil, dent pour dent" inscrite dans la Bible.

Sans fin

Bien plus tard - aujourd'hui donc, tous devraient avoir perdu leurs dents, à force, et leurs yeux encore plus. Mais face aux roquettes du Hamas, désormais susceptibles d'atteindre Tel-Aviv ou Jérusalem, Israël montre les dents et déploie l'artillerie lourde. Heureusement que personne n’attend l’Europe. Restée à l’écart du “printemps arabe”, l’UE ne trouve pas non plus sa place dans le conflit qui oppose à nouveau Israël au Hamas dans la bande de Gaza. Comme si elle avait renoncé à jouer un rôle dans une région qui est pourtant à ses portes. L’escalade des hostilités entre Israël et Gaza confirme l’arrivée à la table des négociations de nouveaux acteurs, chargés d’aiguiller le processus devant aboutir à un cessez-le-feu. Dilem : « Bombardements israélien sur Gaza – Les pays arabes réagissent » Le président Abbas appelle à l'arrêt de la colonisation.

Le vote à l'ONU "rappelle la légitimité de l'aspiration palestinienne" Leila Shahid: "C'est une reconnaissance de l'humanité des Palestiniens" Mahmoud Abbas victorieux à l'ONU. Photo : De Jérusalem à Damas. La Palestine devient Etat observateur à l'ONU, lors d'un vote historique. Le vote de cette résolution, qui fait de "l'entité" palestinienne un "Etat observateur non membre", a été acquis à une majorité confortable mais pas écrasante de 138 voix pour, 9 contre et 41 abstentions. Cette nouvelle stature internationale, qui donne aux Palestiniens accès à des agences de l'ONU et des traités internationaux, constitue une victoire diplomatique majeure.

Mais elle expose l'Autorité palestinienne à des représailles financières américaines et israéliennes. Avant le vote, le président palestinien Mahmoud Abbas a affirmé que l'Assemblée allait signer l'"acte de naissance" d'un Etat de Palestine. J'existe ! J'existe ! La Palestine a franchi un pas à la fois symbolique et important en obtenant le statut d'Etat observateur à l'issue du vote qui s'est déroulé à l'Assemblée générale de l'ONU, le 29 novembre.

Il lui en reste certes bien d'autres à franchir pour devenir un Etat reconnu de façon pleine et entière par la communauté internationale, et en particulier par Israël et les Etats-Unis, qui ont l'un et l'autre voté contre sa présence à l'ONU. Et n'ont pas fait preuve, loin s'en faut, d'une vision constructive : l'ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice, a estimé que la résolution adoptée par une large majorité d'Etats (138 sur 193 membres) "sèmera de nouveaux obstacles sur la voie de la paix.

La Palestine est un Etat à l’ONU en attendant de l’être dans les faits. Capture d’écran du vote de l’Assemblée générale des Nations unies (Al Jazeera) La Palestine obtient un rehaussement de statut “symbolique” à l’ONU. [Liens en anglais] Le rehaussement de la Palestine d' “entité” à “Etat observateur non-membre” aux Nations Unies a été accueilli avec tiédeur par les internautes, qui se demandent ce que ce geste 'symbolique' de reconnaissance pourra apporter aux Palestiniens, en particulier à ceux qui vivent sous occupation israélienne et aux réfugiés. Pourquoi le vote à l'ONU prouve que Nétanyahou a échoué. Le statut d'Etat non membre accordée à la Palestine par les Nations Unies le 30 novembre est un revers humiliant pour Israël et montre que la politique actuelle ne mène nulle part, estime Ha'Aretz. 30 novembre 2012 | Partager :

Les Anonymous déclarent la cyberguerre à Israël. Courrier international 19 novembre 2012 | Partager : Selon The Guardian, les sites du gouvernement israélien ont subi environ 44 millions d'attaques depuis que les bombardements de Gaza ont commencé, le mercredi 15 novembre. Toutefois, une seule offensive aurait réussi, interrompant un des sites du gouvernement pendant dix minutes. Les Anonymous ont déclaré, dans un message vidéo mis en ligne dimanche soir, avoir lancé l'opération OpIsraël en représailles aux attaques sur Gaza. L'Israélien, l'Arabe, l'islamiste:les trois meurtriers du Palestinien. Que doit faire un islamiste au pouvoir face à la «cause palestinienne»?

Des dirigeants étrangers à leur peuple. Les Palestiniens de Cisjordanie ne font plus confiance à leur direction, jugée insensible à la détérioration de leur situation économique. 27 Septembre 2012 | Partager :