background preloader

Du 4 mars au 11 octobre 2012

Facebook Twitter

Iran: large domination des conservateurs au premier tour des législatives. Le fort renouvellement des députés, l'élection de nombreux candidats "indépendants" et la complexité des alliances politiques rendent toutefois aléatoire toute prédiction sur le poids des différentes factions dans la future assemblée, et notamment l'équilibre entre partisans et adversaires du président Mahmoud Ahmadinejad.

Iran: large domination des conservateurs au premier tour des législatives

Mais le nouveau Parlement, d'où les réformateurs ont pratiquement disparu, conservera en tout cas une ligne dure sur la question nucléaire au centre du conflit de plus en plus aigu entre l'Iran et les Occidentaux, ont affirmé plusieurs députés réélus ou en passe de l'être. Avec 19 sièges seulement contre 60 dans le précédent Parlement, l'opposition réformatrice qui avait largement boycotté le scrutin pour protester contre la répression dont elle a été victime depuis 2009, ne sera quasiment plus représentée sur la scène parlementaire.

"Il n'y aura pas de changement (...). B. Obama prudent face aux appels à l'action militaire contre la Syrie et l'Iran. Lors de sa première conférence de presse depuis le début de l'année, Barack Obama s'est dit "bouleversé" par la violence en Syrie, tout en prévenant que les Etats-Unis ne lanceraient aucune action militaire unilatérale contre ce pays.

B. Obama prudent face aux appels à l'action militaire contre la Syrie et l'Iran

"Ce qui se passe en Syrie est bouleversant et scandaleux et nous avons vu la communauté internationale se mobiliser contre le régime Assad", a dit Barack Obama. "D'un autre côté, je pense que ce serait une erreur de lancer, comme certains l'ont suggéré, une action militaire unilatérale ou de croire qu'il existe une solution simple". Khamenei veut régner sur le cyberespace. Iran: les femmes disent non à la guerre. Iran : Le vote de Khatami lui vaut une volée de bois vert des caricaturistes. Comment être le “grand perdant” d’une élection rien qu'en votant ?

Iran : Le vote de Khatami lui vaut une volée de bois vert des caricaturistes

La réponse, c'est sans doute Mohammad Khatami, l'ex-président réformiste de l'Iran qui la détient. M. Khatami a voté [lien en anglais] à l'élection parlementaire du vendredi 2 mars 2012, faisant fi des conditions qu'il avait lui-même formulées à sa participation : “Liberté des prisonniers [politiques] et création d'un climat de liberté pour tous les individus et les associations, respect de la constitution par les autorités et mise en place de la logistique pour mener une élection libre et saine.”

Au vu des appels communément lancés à un boycott des élections, de nombreux réformistes ont été déçus de voir M. Khatami revenir sur sa parole. Les acteurs du jeu politique iranien. Courrier international 1 mars 2012 | Partager : • Ali Larijani le poil à gratter Le conservateur Ali Larijani est président du Parlement (Majlis) depuis 2008.

Les acteurs du jeu politique iranien

Il n’a pas hésité à critiquer ouvertement l’actuel président, Mahmoud Ahmadinejad, et à remettre en cause ses politiques dans l’arène parlementaire. Ce qui lui vaut quelques soucis : des journaux proches d’Ahmadinejad ont récemment fait courir des rumeurs de corruption sur son compte, dans l’espoir de l’empêcher de se présenter aux législatives. Mais Larijani, dont le frère est à la tête de la Justice, tient bon. Ahmadinejad attendu de pied ferme au Parlement. Iran : l’Iran déclaré “quatrième ennemi d’Internet” par RSF.

Face aux députés, Ahmadinejad ironise. Des mails secrets lèvent le voile sur la relation Iran-Syrie. L'Iran a régulièrement fourni des conseils au président syrien depuis le début du soulèvement.

Des mails secrets lèvent le voile sur la relation Iran-Syrie

C'est ce que semble montrer une énorme masse de mails reçus et envoyés par Bachar El-Assad, et interceptés par l'opposition. Appel international au renouvellement du mandat du Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en République islamique d’Iran. Reporters sans frontières cosigne un appel international au renouvellement du mandat du Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en République islamique d’Iran.

Appel international au renouvellement du mandat du Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en République islamique d’Iran

Dans le cadre du vote du Conseil des droits de l’homme des Nations unies qui devrait avoir lieu cette semaine, Reporters sans frontières s’associe à la lettre de plusieurs organisations de défense des droits de l’homme pour demander le renouvellement du mandat du Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en République islamique d’Iran.

March 16, 2012 Re : Joint Letter Urging Support for the Mandate of the Special Rapporteur on the Situation of Human Rights in the Islamic Republic of Iran To the member states of the United Nations Human Rights Council : As you know, the mandate of the Special Rapporteur on Iran is currently up for renewal and will be put to a vote before the Human Rights Council on March 21st or 22nd. On March 7, the Special Rapporteur on human rights in Iran, Dr. Sincerely, Ce que les classiques iraniens nous apprennent sur les sanctions. L'histoire millénaire de la Perse relate une succession d'interventions étrangères pour libérer le peuple de dirigeants malveillants.

Ce que les classiques iraniens nous apprennent sur les sanctions

La communauté internationale devrait s'en inspirer, et renoncer aux sanctions, estime ce commentateur, fin connaisseur de l'Iran. Les tambours de la guerre résonnent. On estime les forces militaires en présence, on imagine les réactions, on prévoit les répercussions. Les petits écrans occidentaux se couvrent de magnifiques schémas sur d'éventuelles trajectoires d'une attaque israélienne contre les sites nucléaires iraniens.

On nous présente la destruction d'une des plus dangereuses poudrières du monde comme un jeu vidéo. Pendant ce temps, personne ne parle d'une composante cruciale de l'équation actuelle : les 78 millions d'Iraniens. L'UE, l'Iran et les droits de l'homme. Les pays émergents veulent peser sur le devenir du monde. Les dirigeants du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du sud ont également plaidé pour la création d'une nouvelle banque de développement, contrepoint aux institutions financières occidentales.

Les pays émergents veulent peser sur le devenir du monde

"Nous sommes d'accord sur le fait qu'une solution en Syrie et en Iran peut seulement être trouvée via le dialogue", a annoncé le Premier ministre indien Manmohan Singh, lors de la déclaration finale du quatrième sommet de ce groupe. Le bloc des Brics, qui totalise 40% de la population mondiale, cherche à transformer sa force économique croissante en influence diplomatique, en dépit des profils et des intérêts différents des cinq pays. "Déclaration de Delhi" La "déclaration de Delhi" sur laquelle se sont entendus les cinq pays évoque leur "profonde préoccupation à l'égard de la situation en Syrie" et appelle à "la fin immédiate de toute violence et des violations des droits de l'homme dans ce pays". L'agence Reuters privée d’accréditations après un reportage controversé.

Reporters sans frontières exprime sa vive inquiétude suite à la décision d’un jury, le 30 septembre 2012, reconnaissant l’agence de presse Reuters coupable de “propagande contre le régime”, par un jury.

L'agence Reuters privée d’accréditations après un reportage controversé

Cette décision fait suite à la diffusion, en mars 2012, d’une vidéo tournée dans un club d’arts martiaux féminin de Téhéran, intitulée : "Des milliers de femmes-ninjas s’entraînent pour devenir des assassins ". Le ministère iranien de la Culture et l’orientation islamique avait alors décidé de retirer les accréditations de tous les employés de l’agence de presse à Téhéran, malgré le fait que le rédacteur en chef de Reuters ait aussitôt reconnu la faute et ordonné une enquête interne.

Si le juge du tribunal de Téhéran n’a pas encore confirmé le verdict, on ne peut que s’attendre au pire. En condamnant Reuters, les autorités iraniennes ciblent l’ensemble des médias étrangers, afin de les contraindre à s’autocensurer. Après l’Iran, la Libye : Total à nouveau soupçonné de corruption. Un rebelle devant une raffinerie libyenne, le 5 novembre 2011 (Youssef Boudlal/Reuters) Dans quelles conditions Total a-t-il décroché des marchés dans la Libye de Mouammar Kadhafi ?

Après l’Iran, la Libye : Total à nouveau soupçonné de corruption

C’est la question que se posent les autorités américaines et libyennes, qui ont ouvert des enquêtes visant le groupe français. Le Wall Street Journal révèle que le procureur général de Libye a réclamé à la National Oil Corporation, la compagnie pétrolière publique, des documents relatifs à ses relations avec Total et Eni, son concurrent italien. Il s’intéresserait aux activités des deux groupes européens sous le règne de Kadhafi, mais aussi après la chute de celui-ci. Le Wall Street Journal explique : Victime collatérale de l’Internet national. Reporters sans frontières demande la libération immédiate et inconditionnelle de Mohammad Solimaninya, directeur du site u24, un réseau social professionnel iranien fort de dizaines de milliers d’utilisateurs, également créateur et hébergeur de plusieurs sites d’associations représentant la société civile et les intellectuels iraniens.

Le net-citoyen a été arrêté, le 10 janvier 2012, suite à une convocation du tribunal de la Révolution de la ville de Karaj (au nord de Téhéran). Le même jour, des agents en civil du ministère des Renseignements ont perquisitionné son domicile et confisqué son ordinateur, ses disques durs et des CD. Détenu au secret depuis un mois à la section 209 de la prison d’Evin, ce spécialiste du Net et des réseaux subit, selon les informations recueillies par Reporters sans frontières, d’intenses pressions pour l’obliger à collaborer avec le régime dans son projet de création d’un “Internet national”. L'Iran nargue les pétromonarchies arabes. Récit de la répression contre la liberté d'information depuis le 1er janvier 2012.

5.12.2012 – Libération d’un collaborateur des médias après six ans de prison et annulation d’une condamnation à la peine capitale pour un net-citoyen Reporters sans frontières a appris la libération, le 22 novembre 2012, d’Abdolvahed “Hiva” Botimar, collaborateur de l’hebdomadaire Asou et membre actif de l’ONG environnementale Sabzchia. Arrêté le 25 décembre 2006, Abdolvahed “Hiva” Botimar avait été condamné, le 16 juillet 2007, avec un autre journaliste de l’hebdomadaire Asou, Adnan Hassanpour, à la peine capitale, par le tribunal révolutionnaire de la ville Marivan (Kurdistan iranien) qui les a reconnus coupables d’"activités subversives contre la sécurité nationale", "d’espionnage" et de "propagande séparatiste". Le 22 octobre 2007, la Cour suprême de Téhéran avait confirmé la condamnation à mort du journaliste Adnan Hassanpour, pour “espionnage”, mais annulé la condamnation d’Abdolvahed “Hiva” Botimar pour “vice de procédure”.

Iran : La ‘Folle semaine des graffiti” pour les prisonniers politiques iraniens. Du 1er au 7 avril 2012, le groupe Facebook Mad Graffiti Week Iran (La folle semaine des graffiti pour l'Iran) a fait appel à tous pour créer des pochoirs en soutien aux prisonniers politiques iraniens. Les participants pouvaient ‘laisser leur marque’ sur des chemises, des palissades, sur les murs de leur maison, ou sur leurs vêtements. L’initiative a été inspirée par la “Mad Graffiti Week” en Egypte, qui avait attiré des milliers de participants, pour protester contre le régime militaire actuel. Les organisateurs égyptiens ont apporté leur soutien à la semaine iranienne. Relier le monde virtuel et la réalité Voici sur YouTube un tutoriel étape-par-étape, expliquant comment créer un pochoir et l'utiliser dans le monde réel. C'est ça la démocratie ?

Le correspondant du quotidien iranien Etemaad, qui voit la France comme la mère de toutes les républiques, s'attendait à plus de ferveur électorale dans les rues parisiennes. Ce n'est pas facile de voyager en France ces jours-ci, non seulement parce que nous sommes en période électorale et que les Français ne veulent pas que les étrangers, notamment les Iraniens, ne fassent des reportages sur le terrain, craignant probablement que nous ayons un regard critique sur leur régime, en tant que ressortissants du tiers monde. Cela est compréhensible lorsque vous voyez que tous les sans-abri dans les rues sont les étrangers, sûrement un fardeau pour l'Etat français.

Malgré toutes les difficultés, je me suis rendu dans la capitale de toutes les "républiques", en avril, afin d'observer l'ambiance électorale du berceau de la démocratie et d'y goûter. Toujours plus de contrôle et d’arrestations. Reporters sans frontières condamne fermement l’arrestation de Narges Mohammadi, journaliste et porte-parole du Centre des défenseurs des droits de l’homme, le 21 avril 2012, dans la ville de Zanjan (nord du pays).

Le même jour, le gouvernement a publié un décret d’application pour “organiser les activités et faciliter la surveillance du travail des agences de presse et les sites d’information”. Selon ce règlement, les agences de presse ont l’obligation de publier leurs sources d’informations. Le président Obama annonce des sanctions contre des entités iraniennes et syriennes impliquées dans la surveillance en ligne et la traque des dissidents. Iran: les conservateurs dominent le second tour des législatives. Quand les trois pouvoirs décident de s’unir contre les journalistes. Iran : Arrestation d’un blogueur à Rasht. Iran : Un caricaturiste échappe à 25 coups de fouet pour son portrait d’un politicien. La caricature représentant Ahmad Lotfi Ashtyani qui a valu à Mahmoud Shokraye des problèmes avec les autorités. Deux écrivains azerbaïdjanais disparus en Iran. Iran : Réunion du « cyber Hezbollah » Iran : Hadi Net, nouveau réseau social religieux. Iran : La vie d’un blogueur en danger.

Iran : un blogueur emprisonné en grève de la faim. Mobilisation de Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix, et de trois organisations pour la défense des droits de l’Homme. Dans les prisons du régime de Téhéran, la vie de nombreux prisonniers de conscience est aujourd’hui en danger Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix, la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme, son organisation affiliée, la Ligue iranienne de défense des droits de l’Homme, et Reporters sans frontières condamnent fermement le traitement inhumain réservé aux prisonniers d’opinion et, notamment, aux défenseurs des droits de l’Homme, aux journalistes, et aux net-citoyens emprisonnés en Iran. Un blogueur iranien emprisonné débute une grève de la faim et de la soif. Jamais sans son voile. Iran: Chansons de la Liberté. Naufrage au large de l'Australie: 123 demandeurs d'asile récupérés. "Les informations dont je dispose actuellement indiquent que 123 personnes ont été récupérées", a déclaré Julia Gillard la Première ministre australienne devant le parlement, précisant qu'il y avait entre 123 et 133 personnes à bord.

Ce nouvel accident survient moins d'une semaine après le naufrage d'un bateau de candidats à l'immigration transportant quelque 200 personnes, la plupart originaires d'Afghanistan. La République islamique internationalise sa répression. La vie de certains journalistes et net-citoyens emprisonnés est en danger. Les Etats-Unis accélèrent le déploiement d'un porte-avions au Moyen-Orient. Iran: “Si Bachar est tué, le régime iranien l’appellera martyr” Liberté pour tous les journalistes et net-citoyens incarcérés !

L'Australie vote la rétention des migrants sur des îles du Pacifique. La vie de Mir Hossein Mousavi en danger : « nous considérons l’ayatollah Khamenei responsable de son sort » Lettre ouverte de Reporters sans frontières à M. Ban Ki-moon à l’occasion de son voyage en Iran. Iran: les pays non alignés en sommet, la Syrie en point de mire. Morsi bouscule ses hôtes iraniens sur la Syrie. Emirats Arabes Unis : les interprètes iraniens déforment le discours de Mohammed Morsi. Quand le régime des mollahs emprisonne les femmes journalistes. Les Iraniennes disent «Non» au hijab obligatoire depuis 1979. Iran: un religieux leur fait une remarque, elles l'envoient à l'hôpital. Des armes lourdes iraniennes atterriraient en Syrie via l'Irak. L'Iran veut croit à une solution pacifique. Lancement imminent de l’Internet national.

Film anti-islam: 400 manifestants à l'ambassade de France à Téhéran. L’Iran bloque l’accès à Google et à Gmail. Couvre-toi plutôt les yeux ! Le quotidien Shargh, cible d’une campagne de harcèlement. La devise iranienne chute, protestations et échauffourées à Téhéran. Iran: “Laissez tomber la Syrie, pensez plutôt à nous” Le régime iranien va-t-il s’effondrer avec sa monnaie ? Iran: Appel à l’action en ligne pour sauver un prisonnier politique. Iran: Une nouvelle manifestation de masse à Téhéran?

Un dessin très offensant… Téhéran n’a plus d’argent pour son ami Assad. Des billets sans valeur dans les poches des Iraniens. Le Bazar de Téhéran baisse le rideau contre l’effondrement de la monnaie iranienne. La guerre des films est ouverte... entre l'Iran et l'Arabie saoudite. Le ministère de la Culture et l’Orientation islamique, lieu d’interrogatoire pour les journalistes. Iran : L’assouplissement des sanctions sur l’internet fera-t-il une différence? Iran : un réseau “halal” en service au printemps. La répression sans fin du régime contre les professionels de l’information.