background preloader

Du 21 mai au 1er juin 2012

Facebook Twitter

48 morts en Syrie, dont 34 lors dans la seule localité de Sourane. Sourane a été pilonnée avant que les troupes gouvernementale ne lancent une attaque avec des tirs faisant 34 morts parmi les civils, dont des enfants.

48 morts en Syrie, dont 34 lors dans la seule localité de Sourane

Liban: le spectre de la guerre civile hante à nouveau Beyrouth. "Je prie pour qu'on ne revive pas une guerre civile.

Liban: le spectre de la guerre civile hante à nouveau Beyrouth

Malheureusement je ne vois pas comment nous pourrions éviter l'explosion", dit Abed Ali, dont la maison a brûlé dans la nuit lors de heurts à Beyrouth entre Libanais partisans et hostiles au régime de la Syrie voisine. Cet étudiant de 21 ans habite Tarik el-Jdideh, un quartier à majorité sunnite de Beyrouth-Ouest, où se sont affrontés des partisans du mouvement du Futur, à majorité sunnite et hostile au pouvoir à Damas, et le Parti du courant arabe, une formation également sunnite mais partisane du président syrien Bachar al-Assad.

Deux personnes ont péri dans ces heurts survenus suite à la mort d'un dignitaire sunnite tué dimanche par l'armée dans le Nord. "La guerre civile est la pire chose qui puisse arriver, parce que tu ignores qui est ton ennemi", estime Abed Ali. "Malheureusement, trop de monde au Liban est prêt à une nouvelle guerre ouverte entre communautés armées". Le chercheur belge Pierre Piccinin a été arrêté en Syrie. Liban: le chef du Hezbollah appelle à la retenue après l'enlèvement de Libanais en Syrie. "Je vous appelle tous à la retenue, personne ne doit se livrer à des actes individuels en bloquant des routes ou en commettant des violences", a dit le dirigeant du Hezbollah sur Al-Manar, la chaîne de ce parti, en affirmant que des contacts ont été pris pour régler cette affaire.

Liban: le chef du Hezbollah appelle à la retenue après l'enlèvement de Libanais en Syrie

"Des contacts ont été pris avec les autorités syriennes et avec d'autres pays influents dans la région pour assurer leur libération", a souligné Hassan Nasrallah, précisant qu'il est en contact avec le Premier ministre Najib Mikati. Enlevés par des rebelles. L'OTAN n'a pas l'intention d'intervenir en Syrie. Les combats se sont intensifiés près de Damas et dans les régions d'Alep et d'Idleb (nord-ouest), faisant, selon une ONG syrienne, 22 morts parmi les militaires et 11 parmi les insurgés, malgré la présence d'observateurs de l'ONU chargés de surveiller un cessez-le-feu théorique proclamé le 12 avril.

L'OTAN n'a pas l'intention d'intervenir en Syrie

Des chars, des blindés et des transports de troupes ont en outre été détruits dans ces combats. Cinq civils ont été tués dans les bombardements et les raids de l'armée contre des bastions rebelles notamment à Hama (centre), a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Le conflit s'exporte au Liban De plus, les craintes d'un débordement au Liban voisin de la crise en Syrie augmentent, après des affrontements à Beyrouth (deux morts) entre partisans et adversaires du régime de Bachar al-Assad qui réprime dans le sang une révolte populaire militarisée au fil des mois.

Le Liban, sous tutelle syrienne pendant 30 ans, reste divisé entre pro et anti-Assad. Le penseur palestinien Salameh Kileh chassé de Syrie par le champion de la résistance arabe à Israël. Le lundi 14 mai, les services de renseignements syriens ont expulsé de Syrie vers la Jordanie le penseur palestinien Salameh Kileh, qui vivait à Damas depuis une trentaine d’année.

Le penseur palestinien Salameh Kileh chassé de Syrie par le champion de la résistance arabe à Israël

Ils l’avaient arrêté, dans la nuit du 23 au 24 avril, à son domicile de Masbaq al San’ (les « Préfabriqués ») du quartier de Masaken Barzeh. Deux semaines plus tard, ils l’avaient transféré à l’Hôpital Tichrin, un établissement hospitalier dépendant de l'Armée où un étage complet (le 6ème) est dévolu, depuis le début du soulèvement, au traitement des détenus sévèrement torturés dont le régime ne tient pas à porter la responsabilité du décès. Salameh Kileh avait déjà perdu la moitié de son poids... Les tensions confessionnelles montent encore d'un cran. Violent pilonnage de la ville rebelle de Rastane, au moins 6 morts. Trois personnes ont été tuées par l'explosion d'une bombe qui a visé un bus sur la route de l'aéroport international de Damas, selon l'OSDH qui n'était pas en mesure de préciser s'il s'agissait d'un bus militaire ou civil.

violent pilonnage de la ville rebelle de Rastane, au moins 6 morts

Les troupes gouvernementales poursuivaient par ailleurs leur bombardement sans relâche Rastane qui abrite, selon des militants, un grand nombre de hauts gradés rebelles qui la défendent farouchement. Cette ville, encerclée par l'armée et presque vidée de ses habitants, échappe depuis plusieurs mois au contrôle des troupes gouvernementales qui ont tenté à plusieurs reprises, en vain, de la reprendre. Le 14 mai, 23 soldats ont été tués lors d'une tentative d'assaut. Syrie, un Belge témoigne: "Ce que j'ai vu, c'est l'enfer sur Terre" "Ce que j’ai vu d’abord, là, dans ce centre de Homs, et puis quand j’ai été déporté dans le deuxième centre à Damas, c’était vraiment l’enfer, l’enfer sur Terre".

Syrie, un Belge témoigne: "Ce que j'ai vu, c'est l'enfer sur Terre"

Le témoignage de Pierre Piccinin, enseignant belge qui s'est rendu en Syrie à titre personnel, fait froid dans le dos. "Les gens, on les attache à travers le couloir et puis c’est l’électricité, on les frappe à mort, ces gens sont méconnaissables. Il y avait des corps qui étaient là", raconte-t-il, précisant que lui-même n'a pas été victime de sévices. "C’est véritablement de la torture à la chaine, et puis ces gens sont éliminés. Il y avait des gens qui étaient morts dans ce couloir. Pourtant plutôt partisan du régime d'al-Assad au départ, il a définitivement changé d'avis Pourtant, comme en atteste son blog, ce professeur était au départ plutôt favorable au régime de Bachar al-Assad et assez enclin à propager le message du gouvernement syrien. Un témoignage qui conforte les accusations du rapport 2012 d'Amnesty International.

L'armée commet "la plupart" des violations en Syrie, selon l'ONU. Les droits de l'Homme en Syrie épinglés par le rapport d'Amnesty International. Amnesty International a accusé le régime du président syrien Bachar el-Assad de torturer et de tuer des détenus et des manifestants pacifiques.

Les droits de l'Homme en Syrie épinglés par le rapport d'Amnesty International

Pour l'organisation de défense des droits de l'homme, ces actes peuvent constituer des crimes contre l'humanité. Dans son rapport, Amnesty International fustige également l'ONU. L'armée fait entrer ses blindés dans Alep. Ces blindés circulaient notamment dans les quartiers de Kalassé et Boustane al-Kasr, où des milliers de personnes participaient aux funérailles d'un jeune homme tué par balles vendredi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

l'armée fait entrer ses blindés dans Alep

"Vive la Syrie! A bas Assad", scandaient les manifestants participant aux funérailles, alors que des dizaines de milliers de personnes étaient auparavant descendues dans la rue pour réclamer la chute du régime. Des dizaines de milliers de manifestants à Alep et Idleb, 8 civils tués. "Des dizaines de milliers de personnes ont défilé à Alep et sa province", réclamant la chute du régime, a précisé le chef de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

des dizaines de milliers de manifestants à Alep et Idleb, 8 civils tués

"Il s'agit des manifestations les plus importantes à Alep" depuis le début de la révolte contre le régime le 15 mars 2011, a indiqué Rami Abdel Rahmane. Selon l'ONG, un manifestant a été tué et des dizaines d'autres ont été blessés par les forces régulières qui ont tiré à balles réelles et lancé des gaz lacrymogènes sur les protestataires. Appel de RSF en faveur d’un journaliste et de l’information en Syrie. Détenu au secret, torturé,Mazen Darwish, journaliste syrien, est en danger de mort Mazen Darwish, président du Centre Syrien des Médias et de la Liberté d’Expression (SCM), ainsi que quinze de ses collègues, ont été arrêtés le 16 février 2012 par des membres du Service de Renseignement de l'Armée de l'Air, lors d’un raid dans leurs bureaux à Damas.

Selon nos sources, il est soumis à de graves tortures en détention. Nous avons de bonnes raisons de penser que sa vie est en danger, car il souffre de sérieux problèmes de santé, qui requièrent un traitement médical et affaiblissent sa condition. Recompositions au sein de l'opposition. Massacre de Houla: 92 morts dont 32 enfants d'après la mission de l'ONU. "Les observateurs militaires et civils qui se sont rendus ce matin à Houla ont compté plus de 32 enfants et plus de 60 adultes tués", a déclaré le général Robert Mood, le chef des observateurs de l'ONU en Syrie.

Le général norvégien a fait savoir que la mission d'observation qu'il représente "condamne dans les termes les plus forts la tragédie brutale". Il a part ailleurs mis en garde contre un risque de guerre civile. Les rebelles se désengagent du plan Annan Un risque de guerre civile d'autant plus concret que l'Armée syrienne libre (ASL), essentiellement composée de déserteurs, a estimé samedi n'être plus tenue par son engagement au plan de l'émissaire international Kofi Annan, à moins que l'ONU n'offre immédiatement une solution pour mettre fin aux violences du régime.

Syrie : Un rapport des Nations unies révèle l’impuissance de la mission des observateurs. Massacre en Syrie : « Le monde se contente du rôle de spectateur » Les condamnations pleuvent alors que l’ONU confirme près de cent personnes dont 32 enfants massacrées par l’armée à Houla. Samar Yazbek, une intellectuelle syrienne exilée en France, dénonce dans un entretien à Rue89 la passivité du monde, et estime que les Syriens soutiendraient une action militaire étrangère, « solution la moins pire ». Les victimes du massacre de Houla à la morgue (AFP PHOTO / HO / SHAAM NEWS NETWORK) C’est le massacre de trop. Celui qui empêche le monde de s’habituer sans réagir au bilan quotidien de morts en Syrie : la centaine de cadavres de Houla, près de la ville de Homs, parmi lesquels 32 enfants égorgés, massacrés par l’armée syrienne selon l’opposition, a provoqué l’indignation planétaire. cadavres d’enfants à Houlla (AFP PHOTO / HO / SHAAM NEWS NETWORK)

À l'ONU, la Russie bloque une déclaration sur le massacre de Houla. Ces mêmes sources ont annoncé que la réunion pourrait intervenir dès dimanche. Le Royaume-Uni et la France avaient proposé une déclaration condamnant le massacre de Houla, au cours duquel une centaine de personnes, dont 32 enfants, ont péri vendredi et samedi. Les forces de sécurité tirent sur des funérailles à Damas. Au total, treize personnes ont trouvé la mort à travers le pays dimanche.

Dans la capitale, les troupes du régime ont tiré sans discernement sur des funérailles dans le quartier de Nahr Aïcha, blessant au moins six personnes selon l'OSDH. Dans la province de Damas, un jeune homme a été tué dans la localité de Yalda dimanche, et un autre à Deraya dans la nuit de samedi à dimanche. Adolescents et enfants parmi les victimes civiles Dans la ville de Homs, quatre personnes ont été tuées, dont deux femmes par un tireur embusqué dans le quartier de Soultaniyé, et un militant a également été abattu par un sniper à Khaldiyé. Kofi Annan se dit "horrifié", la Russie soutient encore Damas. "Je suis personnellement choqué et horrifié par les événements tragiques d'il y a deux jours", a déclaré à la presse Kofi Annan à son arrivée à Damas, en référence au massacre perpétré dans cette ville du centre de la Syrie où une centaine de personnes dont une cinquantaine d'enfants ont péri vendredi. "C'était un acte répugnant, aux conséquences profondes", a-t-il ajouté, affirmant que l'ONU "continuait à enquêter sur les attaques à Houla".

Syrie : Expulsions d’ambassadeurs après le massacre de Houla. Lettres de Syrie (6) Les lettres précédentes de Joumana Maarouf sont accessibles ici (1, 2, 3, 4 et 5) 16 mai 2012 Bonjour. Il est peut-être un peu tard pour te féliciter du changement de président dans ton pays. Le cheykh Sariya Al Rifa’i appelle les Syriens à respecter 3 jours de deuil. L’opération contre la Cellule de crise… empoisonne l’atmosphère en Syrie. Syrie : l'impossible dialogue.

Kofi Annan "horrifié" par le massacre de Houla. La communauté internationale au pied du mur. Une nouvelle tuerie ébranle le chef des observateurs ONU. Les combats se poursuivent en Syrie, Amnesty en appelle à la CPI. A Sitt Zeinab, dans la banlieue sud de Damas, "des combats violents se sont déroulés dans la nuit entre troupes et rebelles. Deux explosions puissantes y ont été entendues", selon cette ONG. Des explosions et des tirs ont été entendus également dans les quartiers Hajar-Asouad et Qadam dans la capitale syrienne. François Hollande n'exclut pas l'option armée sous mandat ONU. Le Japon renvoie aussi l'ambassadeur de Syrie après la tuerie de Houla. La diplomatie patauge, les rebelles menacent, les armes tuent. Les rebelles syriens ont donné, mercredi, 48 heures au président Bachar El-Assad, pour mettre en œuvre le plan de paix de Kofi Annan, faute de quoi ils reprendront les armes. L'armée syrienne bombarde Houla, 62 morts dans les violences.

Russie: Vladimir Poutine attendu à Berlin et Paris, Syrie à l'ordre du jour. Une guerre civile "catastrophique" est-elle en train de se nouer? L'ONU met en garde contre une guerre civile "catastrophique" Un sauf-conduit pour Bachar s’il dégage. Les opposants abandonnés par Obama.

Faut-il intervenir ? Le romancier Khaled Khalifa remis en liberté… la main cassée. RSF : « Bachar assassin ! Poutine complice ! » La liste des citoyens-journalistes assassinés et arrêtés s’allonge chaque jour. Vladimir Poutine, prédateur international, en visite à Paris. La stratégie d’émiettement de la société en Syrie sous Hafez et Bachar Al Assad. Pieter De Crem n'écarte pas l'idée d'une intervention militaire.

La diplomatie n'en finit pas de condamner, les violences continuent. Poursuites des violences, nouvelle réunion du Conseil de sécurité. Damas en quarantaine diplomatique. Raya Zienaldeen, une Syrienne bien armée. Syrie : tollé international après le massacre de Houla. Syrie : Hollande n’exclut pas une action militaire internationale. Bachar al-Assad: le succès du plan Annan dépend de la "fin du terrorisme" Syrie : que peut la diplomatie ? L'ami russe (II) L'ami russe. Partir, c'est mourir un peu. Des menaces qui portent… Un air connu. Feu le plan Annan. Mardi 29 Mai 2012. Soutien aux victimes de la répression en Syrie. Massacre d'Houla: le régime syrien cible des condamnations internationales.

Les pèlerins libanais toujours aux mains de leurs ravisseurs. Les dégats collatéraux mais bien réels de la répression en Syrie. De Paul à Pierre, le « chemin de Damas » ou « comment recouvrer la vue » La Cellule centrale de gestion des crises décimée par un empoisonnement. Pro- et anti-Syriens s'affrontent à Beyrouth.