background preloader

Arabie Saoudite

Facebook Twitter

Arabie Saoudite : cartographier les violations des droits humains. Le grand mufti d'Arabie saoudite condamne les révoltes dans les pays arabes. "Ces actes chaotiques viennent des ennemis de l'islam et de ceux qui les servent", a affirmé le grand mufti, connu pour sa proximité avec la monarchie saoudienne, cité par le quotidien Asharq al-Awsat. "Inciter à la révolte (...) vise à frapper la nation (musulmane) dans son coeur et à la diviser", a-t-il ajouté, lors des prières du vendredi à Ryad.

Les soulèvements en Egypte et Tunisie "frappent" les économies des nations musulmanes "dans un complot visant à les transformer en pays arriérés", a encore affirmé le grand mufti. Le roi Abdallah d'Arabie saoudite a téléphoné le 29 janvier au président égyptien Hosni Moubarak pour lui exprimer sa solidarité et dénoncer "les atteintes à la sécurité et la stabilité" en Egypte. L'Egypte connaît depuis le 25 janvier un mouvement de contestation sans précédent contre le président Moubarak, au pouvoir depuis près de 30 ans. Belga. Arabie: le roi Abdallah annonce une série de mesures sociales avant son retour. Dans une série de décisions publiées par l'agence officielle SPA, le souverain a ordonné qu'une prime de 15%, qu'il avait précédemment décidée pour environ un million de Saoudiens travaillant dans la fonction publique, soit intégrée dans leurs salaires.

Il a également annoncé que le capital d'un fonds d'aide au logement serait augmenté de 40 milliards de riyals (environ 10,7 milliards de dollars) pour mieux répondre aux demandes de prêts immobiliers. Le roi a également gracié un grand nombre de prisonniers saoudiens qui étaient détenus pour des délits financiers et proclamé une série de mesures pour lutter contre le chômage et aider les étudiants à l'étranger. Le roi Abdallah est attendu dans l'après-midi à Ryad après une absence de trois mois, due à un traitement médical, au cours de laquelle le monde arabe a connu des bouleversements politiques sur fond de grogne sociale. Bahreïn et Oman: les monarchies du Golfe envisagent un plan Marshall. Selon le journal, citant des sources haut placées qu'il n'a pas identifiées, les pays du CCG pourraient tenir un sommet pour annoncer cette aide aux deux pays les moins favorisés de ce groupement régional.

Le CCG comprend outre Bahreïn et le sultanat d'Oman, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, le Qatar et Koweït, qui ont amassé environ 1350 milliards de dollars de plus au cours des dernières années en raison de la hausse des prix du pétrole, selon les estimations. Le programme en discussion parmi les pays du Golfe vise à "améliorer les conditions économiques et sociales dans ces deux pays, créer des emplois et moderniser les services publics", selon al-Qabas.

Il préconise également que les demandeurs d'emploi omanais et bahreïnis aient la priorité dans les quatre autres pays du Golfe. Avec des ressources pétrolières limitées, le sultanat d'Oman et Bahreïn sont les moins nantis parmi les six pays du CCG. Belga. La police tire sur des manifestants en Arabie saoudite. ARABIE SAOUDITE • Le royaume est bien malheureux. Chômage, corruption, tyrannie...

Tous les maux qui révoltent les peuples sont bien présents dans le royaume, affirme Royaah, le site des opposants salafistes. Il y a une question urgente à se poser : notre situation en Arabie Saoudite est-elle meilleure qu'en Tunisie ou en Egypte ? Qu'est-ce qui a provoqué la colère de ces deux peuples au point qu'ils ont fait chuter le régime ? C'est le chômage, la corruption et la tyrannie qui permettait aux hommes d'influence de commettre en toute impunité leurs forfaits à l'égard du peuple.

Depuis Adam, que la paix soit sur lui, jamais rien n'a atteint les proportions de la corruption saoudienne. Quant aux milliards des revenus pétroliers, le peuple n'en perçoit qu'un tout petit peu. Pour l'Egypte, on parle de soixante-dix milliards de dollars volés par la famille de Hosni Moubarak. Le favoritisme règne partout, dans toutes les administrations, où l'on nomme les proches, les amis et les enfants d'Untel. Assez de servilité ! Bahreïn: des soldats saoudiens pour "répondre à une menace sur la sécurité" "On apprend de sources informées que des forces du Conseil de coopération du Golfe doivent arriver à Bahreïn pour participer au maintien de l'ordre", écrit le quotidien Alyam, réputé proche de la famille royale des Al-Khalifa.

Plus d'un millier de soldats saoudiens faisant partie de la force commune du Conseil de coopération du Golfe (CCG) sont arrivés à Bahreïn. Ryad a indiqué lundi avoir répondu à une menace sur la sécurité à Bahreïn, ce petit royaume du Golfe en proie à des contestations depuis mi-février. "Le conseil des ministres a confirmé avoir répondu à une demande de soutien de Bahreïn", a fait savoir le gouvernement dans un communiqué. Il a souligné en outre qu'en vertu d'un accord entre les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), "toute atteinte à la sécurité d'un des Etats membres est considérée comme une atteinte à la sécurité de tous les membres". L'Etat appelle la population à coopérer avec les forces du Golfe Belga.

Arabie: le roi annonce un renforcement de la police, des milliards d'aide sociale - Dépêches. Bahreïn: l'opposition appelle Téhéran à ne pas s'ingérer. International "Nous ne voulons pas que Bahreïn se transforme en scène d'affrontement entre l'Arabie saoudite et l'Iran", a déclaré le chef du mouvement al-Wefaq lors d'une conférence de presse à Manama, en présence des responsables de six autres formations de l'opposition. "C'est pourquoi, a-t-il ajouté, nous demandons au royaume d'Arabie saoudite de retirer les troupes du Bouclier de la Péninsule, et nous demandons à l'Iran de ne pas s'ingérer dans les affaires intérieures de Bahreïn".

L'Iran a dénoncé avec force le déploiement de troupes saoudiennes à Bahreïn, dans le cadre de la force commune des pays du Golfe nommée "Bouclier de la Péninsule", dépêchée dans ce petit royaume pour prêter main-forte à la dynastie sunnite des Al Khalifa. Le pouvoir a réprimé à la mi-mars un mouvement de contestation animé par l'opposition dominée par les chiites qui forment la majorité de la population autochtone. Les violences ont fait 24 morts en un mois. ARABIE SAOUDITE • Les méfaits du gendarme du Golfe. Le royaume voit son influence décliner et resserre son étau sur les petits pays voisins, empêchant toute évolution démocratique. Incontestablement, l’étoile saoudienne a perdu beaucoup de son éclat dans le monde arabe.

Dans plus d’un pays, les peuples ont tourné la page et rejettent l’influence que l’Arabie Saoudite exerçait sur les médias, la religion, l’économie et la politique. Elle a perdu du terrain au Liban, en Palestine et en Irak, sans parler de l’Egypte, qui était pourtant la pierre angulaire de sa politique régionale. Elle paie ainsi le prix de sa politique étrangère, qui consistait à soutenir des régimes répressifs au détriment des sociétés. Sur des régimes à bout de souffle et des économies exsangues, elle déversait des pétrodollars, ce qui a fait d’elle l’incarnation d’une politique réactionnaire telle que le monde arabe n’en avait jamais connu.

Au Koweït, Riyad intervient en aiguisant les haines entre sunnites et chiites. PAYS DU GOLFE • Vous avez dit "coopération" ? L'absence d'institutions démocratiques expliquerait les difficultés que rencontrent les monarchies du Golfe pour construire un projet commun, estime le quotidien koweitien Alam Al-Yaum. 22 avril 2011 | Partager : Le Conseil de coopération du Golfe [CCG, Arabie Saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar] fête cette année le trentième anniversaire de sa création en 1981. Tout le monde est d'accord pour dire que les pays du Golfe, voire l'ensemble des pays arabes, devraient s'unir sous une forme ou une autre. Tout le monde est d'accord pour dire que l'unité serait une source de puissance, renforcerait l'économie et assurerait une vie plus prospère à la population. Cela pour la théorie.

En trente ans, le CCG n'a pas réussi à réaliser ne serait-ce qu'un passeport commun ou une monnaie unique [qui avait pourtant été prévue pour 2010, mais qui a trébuché sur des désaccords politiques entre l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis]. Or l'unité demande du courage. Manal Al-Sharif, la Saoudienne qui conduit, héroïne en prison. (De nos archives) Vendredi 17 juin, le mouvement « Women2Drive » est lancé en Arabie saoudite : des femmes de tout le pays prennent le volant alors qu’elles n’y sont pas autorisées par les traditions, risquant la prison et les coups de fouet. Un guide a été mis en ligne à l’attention des femmes qui participent à l’action, les incitant à disposer un drapeau saoudien et une photo du roi dans leur voiture pour prouver leur patriotisme et surtout, à être accompagnée d’un homme prêt à les protéger en cas d’arrestation. ► Vous pouvez suivre la manifestation en direct sur Twitter à l’aide du « hashtag » ou mot-clé #Women2Drive.

Il y a une semaine, une mère saoudienne conduisait sa voiture pour emmener ses enfants à l’école à Djeddah, dans un pays où les femmes n’ont toujours pas le droit de conduire. Manal Al-Sharif a été arrêtée, puis remise en liberté sous caution avant que la police ne revienne l’arrêter chez elle à minuit lundi. « Le moment est-il venu ? » « Le moment est-il venu ? Arabie saoudite : les femmes font la révolution en voiture. Les femmes vont pouvoir voter et être élues en Arabie Saoudite. Le souverain a fait cette annonce à l'ouverture de la nouvelle session du Majlis al-Choura à Ryad. C'est la première fois que la femme saoudienne se voit accorder le droit de vote et d'éligibilité à un scrutin dans ce royaume ultraconservateur, où seules des élections municipales sont organisées.

Les Conseils municipaux ont un mandat de quatre ans. "A partir du prochain mandat, la femme aura le droit de se présenter aux conseils municipaux ainsi que le droit de vote dans le cadre des principes de l'islam", a déclaré le souverain. "Nous avons également décidé que la femme participe au Majlis al-Choura en tant que membre, à compter du prochain mandat", a-t-il ajouté. Des élections municipales doivent se tenir jeudi, les deuxièmes dans l'histoire du royaume, dont les femmes restent exclues. Elles sont dessinées à pourvoir la moitié des 285 sièges des conseils municipaux du royaume. L'autre moitié est nommée par le gouvernement. ARABIE SAOUDITE • Un (petit) pas pour les femmes. ARABIE SAOUDITE • Des élections qui ne riment à rien. Les Saoudiens votent le 29 septembre pour renouveller leurs conseils municipaux.

Pour la presse locale, à force de priver les élus de véritables pouvoirs décisionnels, les enjeux identitaires et religieux ont pris le dessus sur le débat politique au cours de la campagne. "Selon le porte-parole de la Commission générale des élections, Jodai Al-Qahtani, 5 609 candidats se sont présentés à travers le pays. Le plus grand nombre se trouve dans la capitale (Riyad), 900 candidats, suivi de la région de l'Assir (frontalière avec le Yémen), 700 candidats. Le Hassa, à l'Est, en revanche, ne compte que 99 candidats. La commission rappelle que les candidats n'ont pas le droit de former de coalition et qu'il est interdit de lancer des appels en faveur de 'listes d'or' établies en fonction de son orientation politique ou de son appartenance tribale", apprend-on dans le quotidien de Djeddah Okaz.

"Aujourd'hui, la même chose pourrait se passer par l'intermédiaire de Twitter ou de What's up. " Arabie Saoudite: des blessés suite à des tirs sur une manifestation. Les manifestants sont descendus dans la rue à Chouika pour protester contre la mort la veille d'un habitant de cette localité, Nasser al-Mheichi, 19 ans, accusant la police de l'avoir tué.

Le jeune homme a été blessé dimanche à proximité d'un barrage de police à Chouika, dans des circonstances non élucidées. Il est décédé des suites de ses blessures à l'hôpital. Selon des militants, il s'agit du second incident en quelques jours, un jeune homme ayant été blessé samedi par des tirs de membres des forces de sécurité dans la localité chiite de Awamiya. Awamiya avait été le théâtre de troubles début octobre, lorsque 14 personnes, parmi lesquelles 11 policiers, avaient été blessées au cours d'affrontements entre les forces de l'ordre et des manifestants. La majorité des quelque deux millions de chiites saoudiens vivent dans la province orientale riche en pétrole et se plaignent d'être marginalisés. Belga. Arabie saoudite: des troubles font deux morts dans l'est chiite. Selon un communiqué du ministère de l'Intérieur, les deux hommes ont été tués lors d'échanges de tirs mercredi soir au cours des obsèques de deux chiites décédés au cours des jours précédents à Qatif, dans la province orientale du royaume.

Neuf personnes, dont deux policiers et une femme, ont également été blessées lors d'échanges de tirs pendant ces manifestations, selon le communiqué diffusé par l'agence officielle SPA. Le communiqué met en cause "des criminels non identifiés" qui se sont "infiltrés" parmi les manifestants. Le ministère a affirmé que "plusieurs barrages et véhicules des forces de sécurité ont été la cible depuis lundi de tirs de façon de plus en plus fréquente", ajoutant que les forces de l'ordre "font preuve autant que possible de retenue". Le communiqué a accusé les assaillants "d'exécuter des complots étrangers" et appelé les habitants de la région chiite de Qatif à ne pas se laisser entraîner dans ce complot. Belga.

ARABIE SAOUDITE • Les protestations chiites se multiplient dans le Golfe. Arabie saoudite: une Saoudienne décapitée pour sorcellerie. Amina bent Abdelhalim Nassar a été exécutée dans la province nordique de Jawf, a précisé le ministère. Cette décapitation porte à au moins 73 le nombre d'exécutions depuis janvier en Arabie saoudite. En septembre, Amnesty International avait appelé le royaume à "un moratoire immédiat" sur les exécutions, en affirmant qu'elles avaient repris "à un rythme alarmant". L'organisation de défense des droits de l'Homme avait précisé que 140 personnes se trouvaient dans le couloir de la mort dans le pays. Selon Amnesty, 27 personnes avaient été exécutées en 2010 dans cette monarchie ultra-conservatrice du Golfe.

En 2009, les autorités avaient annoncé 67 exécutions, contre 102 en 2008. Le viol, le meurtre, l'apostasie, le vol à main armée et le trafic de drogue sont passibles de la peine capitale en Arabie saoudite, qui applique strictement la charia (loi islamique). Belga. Une « sorcière » décapitée en Arabie saoudite : comment les reconnaître ? | Rue89. L’Arabie saoudite a exécuté une femme de 60 ans pour « pratique de la sorcellerie ». La décapitation d’Amina bint Abdul Halim bin Salem Nasser, dans la province septentrionale de Jawf, le 11 décembre, a provoqué la colère des organisations internationales de défense des droits humains et a été tournée en dérision par nombre de citoyens sur Twitter.

Selon les informations reprises par la presse, cette femme a été accusée par la police religieuse, qui a procédé à son arrestation, de « tromper les gens en leur faisant croire qu’elle pouvait guérir les maladies » et de leur demander de l’argent en échange de ses « soins ». Elle a été arrêtée en avril 2009 et reconnue coupable par un tribunal saoudien. Amnesty International : « Absolument révoltant » Amnesty International a qualifié cette décapitation de « profondément choquante et soulignant la nécessité et l’urgence de mettre fin aux exécutions en Arabie saoudite ». « Une journée ordinaire en Arabie saoudite » 27 décapitations en 2010. Arabie Saoudite : Inquiétudes sur le sort du journaliste Hamza Kashgari.

La mort pour trois « tweets » sur Mahomet ? Un journaliste poursuivi pour des tweets jugés blasphématoires. Arabie Saoudite : Une page Facebook appelle à manifester. ARABIE SAOUDITE • Des étudiantes protestent contre l'absence de libertés. ARABIE SAOUDITE • La liberté avant la religion. Arabie Saoudite : Mobilisation mondiale sur Twitter pour un prisonnier politique saoudien. Egypte : Fureur après l’arrestation d’un avocat égyptien en Arabie Saoudite. Arabie Saoudite : censure de Wikipédia. Arabie saoudite : Le courage moral de s’exprimer. Arabie Saoudite : Manifestations pour la libération des victimes de détentions arbitraires. Arabie Saoudite : Arwa Baghdadi accouchera-t-elle en prison ? ARABIE SAOUDITE • Contestations chiites : deux morts. ÉGYPTE • Morsi réserve son premier voyage officiel à l'Arabie Saoudite. Arabie Saoudite : L’expérience d’être “sans visage” Arabie Saoudite : Les premières représentantes du pays aux Jeux Olympiques traitées de prostituées.

Une blogueuse saoudienne en niqab : expérience « sans visage » Arabie Saoudite: une ville pour femmes va voir le jour. Arabie Saoudite : Arrestation de la militante Reema Al Joresh le jour de l’Aïd. ARABIE SAOUDITE • Notre pays ne peut continuer à ignorer les enfants sans droits  Les autorités saoudiennes menacent de bloquer YouTube. MONDE MUSULMAN • La guerre des films est ouverte... entre l'Iran et l'Arabie saoudite. Arabie Saoudite : La détention sans jugement est maintenue. INSOLITE • Arabie saoudite : les femmes gommées du catalogue Ikea. SUEDE • Affaire Ikea : arrêtons l'hypocrisie vis-à-vis du régime saoudien ! Arabie Saoudite: Le procès à huis clos continue, le boycott des militants aussi. Arabie Saoudite : Le mouvement des Femmes au Volant hausse le ton et accuse la politique officielle. Arabie Saoudite : “Le peuple veut la chute des Al Saoud”

Arabie Saoudite : “Les femmes non accompagnées ne sont pas admises” … dans un restaurant. ARABIE SAOUDITE • Un tiers des Saoudiens sont pauvres. ARABIE SAOUDITE • La révolte a déjà commencé. Les Saoudiennes désormais "tracées" lorsqu'elles quittent le pays. ARABIE SAOUDITE • Le buzz sur la "surveillance électronique" des femmes. Arabie saoudite : Le gouvernement surveille-t-il les femmes ? Arabie Saoudite : Une “grève de la faim publique” en soutien à l’activiste détenu Al-Bajady. AhmedwAlAttar : Lets all congratulate Saud... Inédit et interdit: annonce sur le web de la création du premier parti politique saoudien. ARABIE SAOUDITE • Attention, la jeunesse est sur Facebook.