background preloader

Philosophie

Facebook Twitter

Le roseau pensant, Philosophie. Philia [accueil] - La philosophie en exercice. > VOICI CE QUE VOUS POUVEZ ESPÉRER TROUVER DANS P h i l i a : Des.

Philia [accueil] - La philosophie en exercice

A commencer par des. Ces documents invitent à la réflexion, mais en demandent aussi. A cet effet, comme la plupart des documents proposés sur ce site, ils sont accessibles dans une version imprimable / téléchargeable pour que vous puissiez les méditer à tête reposée : suivez mon regard...Nouveautés : De nombreux extraits sont . Karma. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Karma

Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode. Dans les religions orientales ayant adopté le concept de renaissance (parfois nommée réincarnation ou transmigration), tout acte (karma) induit des effets qui sont censés se répercuter sur les différentes vies d'un individu, formant ainsi sa destinée[n 1]. La loi du karma est un concept central dans nombre de religions indiennes, telles que l'hindouisme, le sikhisme, le bouddhisme ou le jaïnisme. Chaque être y est responsable de son karma (de ses actes), et donc de sa sortie du Saṃsāra (cycle des réincarnations).

Le concept de karma est également présent dans les doctrines de différents mouvements ésotériques occidentaux. La roue de la vie, ou roue karmique d'après le bouddhisme. Karma dans les religions et philosophies orientales[modifier | modifier le code] Lettre ouverte de François Cavanna aux culs-bénits : « Le vingt et unième siècle sera un siècle de persécutions et de bûchers. Mai 1994 Lecteur, avant tout, je te dois un aveu.

Lettre ouverte de François Cavanna aux culs-bénits : « Le vingt et unième siècle sera un siècle de persécutions et de bûchers.

Le titre de ce livre est un attrape-couillon. Cette « lettre ouverte » ne s’adresse pas aux culs-bénits. […] Les culs-bénits sont imperméables, inoxydables, inexpugnables, murés une fois pour toutes dans ce qu’il est convenu d’appeler leur « foi ». Arguments ou sarcasmes, rien ne les atteint, ils ont rencontré Dieu, il l’ont touché du doigt. Ce n’est donc pas à eux, brebis bêlantes ou sombres fanatiques, que je m’adresse ici, mais bien à vous, mes chers mécréants, si dénigrés, si méprisés en cette merdeuse fin de siècle où le groin de l’imbécillité triomphante envahit tout, où la curaille universelle, quelle que soit sa couleur, quels que soient les salamalecs de son rituel, revient en force partout dans le monde. […] Ne soyez pas là, bras ballants, navrés mais sans ressort, à contempler la hideuse résurrection des monstres du vieux marécage qu’on avait bien cru en train de crever de leur belle mort.

«Philosopher est-il jouer ?» Sur le coffret bleu nuit, un phénix les ailes grandes ouvertes.

«Philosopher est-il jouer ?»

L’oiseau légendaire qui renaît de ses cendres : c’est le symbole que Vincent Cespedes a choisi pour baptiser le «premier jeu philosophique au monde» (1). Inspiré du tarot, proche du millénaire Yi King, il n’est pas divinatoire, précise-t-il. Le philosophe le voit au contraire comme un cheval de Troie, une entreprise de démystification des superstitions. Il va jusqu’à donner de sa personne dans les salons zen, près de la cartomancienne de service. Pour démontrer qu’il vaut mieux penser par soi-même. Son concepteur aime à user du mot «senser» : faire de ce qui est insensé quelque chose de sensé, retrouver une verticalité, autrement dit de la profondeur. Flammes franches. Le Jeu du phénix peut se jouer seul, à deux (l’interprète qui manipule les cartes et un autre qui les tire) ou à plusieurs (plusieurs interprètes, plusieurs joueurs).

Prenons plutôt un sujet de philosophie classique proposé un jour de juin au baccalauréat. Philosophie. Spinoza et « Le Gorille Invisible » « Ecoutez ceci, peuple insensé, et qui n’a point de cœur!

Spinoza et « Le Gorille Invisible »

Ils ont des yeux et ne voient point, Ils ont des oreilles et n’entendent point. » (La Bible, Jérémie 5 :21) « Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux, mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n’entendent pas. » (Le Coran, Sourate 7, Verset 179) « Le Gorille Invisible » est une expression métaphorique pour désigner le concept de « cécité d’inattention » qui est le fait d’échouer à remarquer un stimulus pourtant parfaitement visible. Bien d’autres expériences ont été menées pour mettre en évidence ce phénomène de cécité d’inattention. Voici une expérience encore plus insolite : on présente à un jeune homme deux photos de jeunes femmes (différentes) et on lui demande de choisir celle qu’il préfère.

Quelle pourrait être la cause de cet effet ? A chacun sa réalité « Par attribut j’entends ce que l’entendement perçoit d’une substance comme constituant son essence » (Eth I, Définition 4). Conséquence J'aime : Philosophie générale et philosophie esthétique. Jacques Darriulat.