background preloader

MEDIA

Facebook Twitter

Quel business model pour la presse en ligne ? Les commentaires sportifs se passent désormais sur les réseaux sociaux. De plus en plus d'amateurs de sport se rendent sur Internet pour regarder des manifestations et interagir en temps réel.

Les commentaires sportifs se passent désormais sur les réseaux sociaux

Un phénomène saisi par les marques, qui peuvent cibler précisément leur diffusion. La moitié des Américains s'intéresse à des événements sportifs via les réseaux sociaux. C'est le constat dressé par Harris Interactive pour le compte de l’agence de publicité IMRE Sports. Celle-ci s'est particulièrement intéressée aux championnats de basketball qui auront lieu ce mois-ci aux Etats-Unis.

Avec un chiffre : près d’un individu interrogé sur quatre utilisera au moins un média social pour interagir autour des matchs. " Toujours plus de sport ! - Foot - Économie. L'actu media web - La rédaction du futur sera celle de la désindustrialisation du journalisme. Vendredi 25 mars, les Entretiens de l'information étaient l'occasion d'essayer de dresser le portrait de la rédaction du futur.

L'actu media web - La rédaction du futur sera celle de la désindustrialisation du journalisme

Facile d'écouter et (parfois) de critiquer, alors à mon tour de me jeter à l'eau et de proposer mon scénario de journalisme-fiction. Alors, qu'est-ce qui nous attend ? Un phénomène que les médias ne sont pas les premiers à connaître : la désindustrialisation du journalisme. Une autre organisation du travail : la fin du taylorisme de l'info Cette fameuse rédaction du futur sera avant tout marquée par une autre façon de travailler. La première qualité d'un journal (papier ou télévisée) a toujours été d'être à l'heure.

La rédaction du futur, elle, devrait être organisée autour du contenu, et non de son outil de production. Les rédactions numériques ont d'ores et déjà commencé à travailler sur cette nouvelle organisation et se caractérisent par cette notion de mise en commun des ressources et de collaboration au sein du média. Un autre rapport au temps. Mediapart dénonce les méthodes du "Monde" - Old fashion media - ElectronLibre. Presse papier et internet complémentaires. Médias/Télé Selon l'étude National newpublishers survey menée par TNS Media Belgique auprès de 5.000 personnes, il existe une grande complémentarité entre les médias papier et les sites internet.

Presse papier et internet complémentaires

Sur base journalière, les sites internet ajoutent en moyenne 42% d'audience aux journaux néerlandophones et 27% aux journaux francophones, rapporte mardi Le Soir. Côté francophone, ce sont surtout les "quality papers" (Le Soir, La Libre et L'Echo) qui profitent de l'augmentation (+ 76%). Ce phénomène est beaucoup plus faible pour un quotidien régional comme L'Avenir (+ 29%). Sur cent lecteurs d'un journal papier francophone, huit iront également visiter le même jour le site du journal correspondant. Sur base hebdomadaire, les personnes ne consultant qu'un seul média (papier ou internet ou magazines du week-end) ne représentent plus que 66% de l'échantillon du côté néerlandophone.

PUB

À l'impossible nous sommes tenus. ?6 mois?: naissance d'un journal XXL - Actualit?s. First image of Rupert Murdoch’s iPad newspaper emerges. Bakchich d?pose le bilan - Lib?ration. «Bakchich arrête», «Voilà c’est fini»… Cinq à six choix de unes sont affichées dans les locaux à Charonne, Paris XIe, de l’hebdomadaire satirique qui boucle son dernier numéro.

Bakchich d?pose le bilan - Lib?ration

Le der des der sort en kiosque vendredi. Après, le site internet et le journal papier déposent le bilan. Cette aventure là, qui aura duré quatre ans et demi, semble bel et bien finie. Même si des repreneurs peuvent reprendre la marque et une partie de l’équipe des quinze salariés après la liquidation, qui pourrait intervenir dans une dizaine de jours. Bakchich.info avait été lancé par trois jeunes amis en mai 2006 dont Xavier Monnier, 29 ans, actuel directeur de la publication. Plusieurs fois, le groupe a frôlé la liquidation. Cet été, une nouvelle manne d’argent frais, 550 000 euros, avait permis de tenir encore.