background preloader

Céramiques

Facebook Twitter

Urne cinéraire avec des époux sur le couvercle. Découverte dans la même nécropole que le Sarcophage des époux de Cerveteri, cette urne cinéraire témoigne à sa manière, même si de façon plus modeste, de l'essor de la sculpture de terre cuite dans les ateliers de Caere à l'époque archaïque.

Urne cinéraire avec des époux sur le couvercle

Les défunts sont figurés dans l'attitude des banqueteurs, à demi étendus sur la cuve en forme de lit, selon une mode née en Asie Mineure. Ils procèdent à l'offrande du parfum, l'une des composantes essentielles du rituel funéraire des Étrusques. La sculpture de terre cuite à Caere De dimensions moindres et de qualité plus modeste que le célèbre Sarcophage des époux de Cerveteri conservé au musée du Louvre (CP 5194), cette urne cinéraire présente une forme et un décor comparables, un style et une signification religieuse semblables à cet illustre exemple. Elle provient, selon toute vraisemblance, de la nécropole de la Banditaccia, à Cerveteri, dans laquelle le sarcophage a été trouvé en 1850.

Le rituel funéraire. Urne cinéraire. Au cours de l'époque hellénistique, les ateliers de Volterra ont produit de très nombreuses urnes funéraires en albâtre semblables à celle-ci.

Urne cinéraire

La défunte est représentée sous les traits d'une jeune femme à l'éventail, à demi allongée sur le couvercle, dans l'attitude traditionnelle du banqueteur. Le décor de la cuve illustre l'enlèvement légendaire d'Hélène sur le navire du prince troyen Pâris, épisode crucial des amours des deux jeunes gens dont les conséquences ont été dramatiques pour Troie. Les urnes cinéraires de Volterra Créée dans la deuxième moitié du IIe siècle avant J. -C., cette urne est caractéristique des monuments funéraires fabriqués par les artisans de Volterra. L'effigie de la défunte Il s'agit ici d'une jeune femme parée de ses bijoux, tenant dans la main droite un éventail, dans la gauche un objet interprété tantôt comme une grenade, symbole d'immortalité, tantôt comme un petit vase à parfum à couvercle globulaire.

L'enlèvement d'Hélène Bibliographie. Urne cinéraire biconique à décor géométrique incisé. Ce type d’urne biconique est caractéristique des productions de la culture villanovienne (IXe-VIIIe siècles av.

Urne cinéraire biconique à décor géométrique incisé

J. -C.). Il servait à contenir les cendres et les os brûlés des morts après la crémation. Urne cinéraire de Chiusi : duel d'Etéocle et de Polynice. Vase "canope" Durant l'époque archaïque, la cité de Chiusi se spécialise dans la production d'urnes cinéraires en terre cuite, improprement appelées "canopes" eu égard aux vases égyptiens contenant des viscères.

Vase "canope"

Celles-ci manifestent un souci particulier "d'humaniser" le vase pour rendre au défunt une individualité détruite par l'incinération. Ici, le couvercle est modelé en forme de tête féminine et des bras sont fixés aux anses. Ces urnes étaient placées dans les tombes, parfois sur un trône d'argile. Antéfixe à tête féminine. Souvent construits en matériaux périssables, les édifices étrusques sont protégés et ornés dans leurs parties hautes par des éléments de terre cuite polychrome : les antéfixes masquent l'extrémité des tuiles convexes en bordure du toit.

Antéfixe à tête féminine

Exécutées au moule, elles sont généralement modelées en forme de visage masculin ou féminin. Celui-ci tend, au début du Ve siècle av. J. -C., à se dégager des conventions archaïques et à s'émanciper des modèles ioniens sous l'influence des créations athéniennes. Triple fonction des terres cuites architecturales. Holmos (support) et olla (chaudron) orientalisants. Attestés en Etrurie, dans le Latium et en territoire falisque (autour de Civita Castellana, l’antique Faléries), ces types de support et de chaudron s’inspirent des modèles orientaux.

Holmos (support) et olla (chaudron) orientalisants

Ils servaient dans les banquets et ont été découverts en grand nombre dans les mobiliers des tombes aristocratiques d’époque orientalisante. Le décor de cet exemplaire, qui mêle éléments plastiques, côtes, sillons, rosettes et motifs géométriques travaillés à jour, est caractéristique des ateliers de Cerveteri. Une production d'un atelier de Cerveteri Ce type de support monumental (holmos) et de chaudron (olla ou lébès) est attesté par de nombreux exemplaires découverts en Étrurie méridionale, dans le Latium et en territoire falisque (autour de Civita Castellana, l’antique Faléries). Beaucoup proviennent de tombes aristocratiques où ils étaient placés avec le mobilier funéraire. Inspiration des modèles orientaux Bibliographie. Assiette attique à figures rouges. Epictétos est un des plus importants peintres de coupes de la fin du VIe et du début du Ve siècle av.

Assiette attique à figures rouges

J. -C. Il a peint, dans les deux techniques, figures noires et figures rouges, des coupes et une série de douze assiettes dont dix portent sa signature. L'assiette du Louvre a été retrouvée dans une tombe étrusque. Sur celle-là, face à son entraîneur, le jeune athlète couronné tient dans ses mains une bandelette et des branches qui le désignent comme vainqueur. Epictétos egraphsen Epictétos est, avec Oltos, le plus important peintre de coupes de la fin du VIe et du début du Ve siècle av. Des vases de qualité Ses vases se distinguent par leur qualité, la finesse et la force de leurs lignes et la netteté de leur dessin. L'athlète vainqueur Les scènes de sport sont nombreuses sur les vases grecs, et les peintres ont souvent représenté un moment bien précis, celui de la victoire. Bibliographie - PADEL Sophie, feuillet pédagogique "Le Sport dans la Grèce antique" 3/24.

Vases

Céramique étrusque. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Céramique étrusque

Les vestiges de céramique étrusque nous sont principalement parvenus par les chambres funéraires mises au jour. La plus grande partie est constituée de poteries décorées, destinées à accompagner le défunt dans l'au-delà.