background preloader

Fatigue, sommeil, nuit - gestion

Facebook Twitter

Le sommeil et ses troubles. Booster votre sommeil pour améliorer ses effets protecteurs. Extrêmement complexe, notre sommeil se divise en plusieurs phases : la somnolence, le sommeil léger, le sommeil profond et le sommeil paradoxal. Chacune de ces phases est liée à un certain type d’oscillations cérébrales classées en fonction de leur fréquence, alpha, bêta, gamma... Ces oscillations correspondent à une activité électrique rythmique des neurones qui peut être enregistrée grâce à la technique d’électroencéphalographie (EEG). Elles sont aussi une source précieuse d’informations pour comprendre le fonctionnement de notre cerveau quand nous dormons.

Rappelons qu’au sein des différentes phases de sommeil, le plus réparateur est le sommeil lent, le plus profond, celui qui correspond à une activité particulière dans le cerveau qu’on appelle les « ondes lentes ». Le cerveau « bat » alors avec une fréquence très basse. Le trouble du comportement en sommeil paradoxal, précurseur du Parkinson, mieux compris. « Pourtant plongé dans un sommeil profond, le patient parle, s’agite, donne des coups de pied et finit par tomber de son lit.

Il souffre d’une forme de parasomnie » appelée trouble du comportement en sommeil paradoxal (TCSP), un trouble du sommeil qui se déclare aux alentours de la cinquantaine. Chez ce patient, les mouvements anormaux reflètent très probablement l'activité onirique, alors que normalement, lors du sommeil paradoxal, le cerveau inhibe le système moteur, ce qui rend le dormeur complètement immobile.

Sara Valencia Garcia et Patrice Fort, ainsi que leurs collègues du CNRS et de l'Inserm, dont les travaux sont publiés dans la revue Brain, ont identifié une population de neurones responsables de cette paralysie transitoire des muscles. Ils ont identifié les neurones du noyau sub-latérodorsal, « idéalement placés pour contrôler la paralysie du système moteur pendant le sommeil paradoxal ». Psychomédia avec source : Inserm.

Sommeil chez les enfants et adolescents : nouvelles recommandations (juin 2016, AASM) L'American Academy of Sleep Medicine (AASM) a rendu publiques, le 13 juin, des recommandations « consensuelles » sur la quantité de sommeil nécessaire pour une santé optimale chez les enfants et les adolescents. Les recommandations, présentées au congrès annuel de l'Associated Professional Sleep Societies, sont publiées dans le Journal of Clinical Sleep Medicine. Temps de sommeil recommandés pour chaque âge : 4 à 12 mois : 12 à 16 heures incluant les siestes ; 1 à 2 ans : 11 à 14 heures incluant les siestes ; 3 à 5 ans : 10 à 13 heures incluant les siestes ; 6 à 12 ans : 9 à 12 heures ; 13 à 18 ans : 8 à 10 heures.

Les recherches, souligne l'AASM, associent un sommeil adéquat à une amélioration de la concentration, du comportement, de l'apprentissage et de la santé physique et mentale à tous les âges. Un sommeil insuffisant est lié à des risques accrus d'obésité, diabète, accidents et dépression chez les adolescents ainsi que d'automutilation incluant les tentatives de suicide. Effets du manque de sommeil sur l'apport et la dépense de calories. Des chercheurs, dont les travaux sont publiés dans l'European Journal of Clinical Nutrition (EJCN), ont analysé les études portant sur l'effet du manque de sommeil sur l'apport et la dépense de calories le jour suivant. Haya Al Khatib et Gerda Pot du King's College London ont, avec leurs collègues, combiné les données de 11 études, impliquant un total de 172 participants. Ils étaient assignés au hasard à une privation partielle de sommeil (durée de sommeil entre 3 1/2 et 5 1/2 heures) ou une nuit de sommeil complète (entre 7 et 12 heures au lit).

Le lendemain d'une nuit de privation de sommeil, les participants consommaient en moyenne 385 calories supplémentaires, soit l'équivalent de 4 1/2 tranches de pain. Le manque de sommeil n'avait toutefois pas d'effet sur la dépense d'énergie dans les 24 heures suivantes. Les calories de surplus peuvent ainsi entraîner une prise de poids. Ils avaient aussi tendance à consommer plus de matières grasses et moins de protéines.

Fatigue permanente : comment s'en sortir? - Therapeutes magazine. Est-ce que vous vous sentez tout le temps fatigué? Il peut y avoir de nombreuses raisons à votre fatigue permanente. La plupart du temps, il existe quelques petites astuces qu’il faut connaître ou des choses simples à éviter pour ne pas être fatigué constamment. Il se peut aussi qu’un problème médical cause cette fatigue, et dans ce cas-là, il y a quelques points à vérifier si les idées de cet article n’ont pas fonctionné. Les choses simples mais qui affectent le plus votre niveau de fatigue peuvent être: 1) Le sport Il faut faire de l’exercice de manière régulière et s’arrêter au minimum 3 heures avant de se coucher pour que le corps ait le temps de se mettre en mode « repos ». 2) Le sommeil C’est l’évidence même, mais les insomniaques sont les mieux placés pour savoir que la plupart des gens ne dorment pas assez la nuit. 3) L’alimentation Consommer de la caféine et du sucre pour tenir toute la journée peut augmenter le risque de fatigue permanente.

Sources et crédit photo doctissimo.fr. Le syndrome de fatigue chronique serait un état d'hypométabolisme comparable à l'hibernation. La biologie qui sous-tend le syndrome de fatigue chronique est similaire à l'état de Dauer et d'autres syndromes hypométaboliques comme la restriction calorique, la diapause et l'hibernation, selon une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

La signature chimique qui révèle cet état ouvre une voie nouvelle pour le développement rationnel de traitements, soulignent les chercheurs. Le principal symptôme du syndrome de fatigue chronique (SFC) est une fatigue intense qui dure au moins six mois, avec des symptômes corollaires qui vont de douleurs musculaires et de maux de tête à des problèmes de sommeil et de mémoire. Le SCF affecte plusieurs systèmes du corps. Les symptômes varient d'une personne à l'autre et sont communs à de nombreuses autres maladies. Il n'y a pas de test de diagnostic en laboratoire. Robert K. Seulement 25 % des perturbations de métabolites présentes chez chaque personne étaient nécessaires pour le diagnostic du SFC. Sans le « reset » que permet le sommeil, le cerveau devient hyperconnecté et saturé.

Une étude, publiée dans la prestigieuse revue Nature Communications, jette un nouvel éclairage sur la raison pour laquelle nous avons besoin de sommeil. Elle montre, pour la première fois, disent les chercheurs, que le sommeil réinitialise l'accumulation constante de connectivité dans le cortex cérébral pendant les heures éveillées. La privation d'une nuit de sommeil bloque ce mécanisme de réinitialisation. Privés de repos, les neurones deviennent hyperconnectés et l'activité électrique devient si embrouillée que de nouveaux souvenirs ne peuvent être correctement fixés. Cette étude montre que le sommeil est un processus très actif, nécessaire pour le fonctionnement du cerveau en bonne santé, souligne Christoph Nissen, psychiatre qui a dirigé l'étude à l'Université de Fribourg. Ces résultats appuient l'hypothèse dite de l'« homéostasie synaptique du sommeil », développée par des chercheurs de l'Université de Wisconsin-Madison en 2003.

Les filles, vous vous demandez pourquoi vous êtes tout le temps fatiguées ? La science vous explique tout. Souvent, en tant que femmes, on s'étonne d'avoir besoin de plus dormir qu'un homme pour récupérer quand on est fatiguées. C'est assez agaçant, parce qu'un homme récupère plus facilement ou peut rester éveillé plus tard.. Franchement, c'est parfaitement injuste ! Les filles, vous vous demandiez pourquoi ? Une étude vous explique tout. C'est l'université Duke aux États-Unis en Caroline du Nord qui a effectué un travail sur le sujet. Mais le problème dans tout ceci ne s’arrête pas à de gros coups de barre ou à un épuisement rapide. Le docteur Michael Breus, expert dans l'étude du sommeil, affirme même que les femmes qui ne dorment pas assez se réveillent avec beaucoup plus de douleurs physiques que les hommes.

Car en fait, l'état de santé d'un homme dépend beaucoup moins son temps de sommeil, donc si vous vous réveillez de meilleure humeur que votre chérie, c'est normal. Eh oui, malheureusement les femmes sont plus sensibles aux effets que peuvent avoir le manque de sommeil sur leur corps. Ces gadgets qui promettent de vous aider à mieux dormir. En moyenne, chaque Français perd 6,1 heures de sommeil par semaine et cumule ainsi un déficit de près de 2 semaines par an. Les troubles du sommeil et l'insomnie chronique font partie du quotidien de millions de personnes.

Certains se sont donc emparés du marché et proposent des solutions. High-Tech La technologie pour vous servir Une des premières solutions proposées est le casque Dreem, qui optimise le sommeil profond. Le masque relaxant Glo to Sleep est beaucoup moins cher : 30 €. Pour les gros ronfleurs, ou ceux qui subissent et qui peinent à dormir, voici le kit anti-ronflement Nora (234 €). Pour vous réveiller en douceur, on vous propose le simulateur d'aube Withings Aura.

Mieux dormir pour mieux vivre Autre solution : Snooz, qui « neutralise » les bruits ambiants et produit un très léger soufflement relaxant. Le high-tech se glisse même sur votre matelas. Vous aimerez aussi 10 astuces de grand-mères pour trouver le sommeil. Des signes de fatigue ? Les bienfaits du sommeil. Lundi 11 juillet 2016.

Bien dormir est nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme et nous maintient en bonne santé. Pendant ce laps de temps, notre corps se régénère et se répare. Un bon sommeil prévient de certaines maladies comme la dépression, le cancer ou Parkinson et augmente la puissance du cerveau des femmes. Un cerveau « plus complexe » Bien dormir fait maigrir, améliore la mémoire, aide à digérer et soulage la migraine. D’après une étude menée par les scientifiques de l'Institut Max Planck à Munich et présentée au Forum des neurosciences à Copenhague, les femmes augmenteraient leur puissance intellectuelle pendant leur sommeil.

A contrario, les hommes bénéficient davantage des siestes plus courtes. Plus tôt dans l’année, les chercheurs du Centre de recherche du sommeil de l’Université de Loughborough ont prouvé que les femmes ont besoin de plus de sommeil que les hommes, en raison de la complexité plus élevée de leur cerveau. Un QI plus élevé. Bienfaits de la sieste. Alors qu’elle fait partie des habitudes de nombreux peuples des pays chauds, il n’est pas commun pour les gens des pays plus au nord, tels que la France ou le Canada, de faire la sieste. Que ce soit par manque de temps ou par préjugés, ce court moment de repos est largement délaissé à l’âge adulte. Les études les plus récentes vantent toutefois les mérites de la sieste. Une solution à l’insomnie Une étude menée par l’Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé (INPES), parue en 2008, a démontré que 17 % des Français âgés de 25 à 45 ans accumuleraient, chaque nuit, une dette de sommeil1.

Au Canada, près de 40 % de la population éprouveraient de troubles du sommeil selon des chercheurs de l’université Laval. 10 minutes pour se revigorer Les siestes de 10 minutes seraient les plus efficaces en comparaison à celles de 5 ou 30 minutes. Un besoin biologique La sieste, source de créativité et d’efficacité ! Encore plus bénéfique chez les personnes âgées. Sommeil (infographie) - Vous, vos problèmes de sommeil et vos solutions. Sommeil : et si les nuits complètes étaient mauvaises pour la santé ? Le 14/04/2016 Selon les travaux de Roger Ekirch, historien à l’université Virginia Tech et auteur de « At Day’s Close : Night In Times Past », les nuits complètes ne seraient pas les plus réparatrices.

Explications. Privilégiez le sommeil « biphasé » Aussi surprenant que cela puisse paraître, une nuit complète, sans réveil, n’est pas ce qu’il y a de mieux pour se reposer. Ce sommeil « biphasé » était courant autrefois et a été abandonné, au fil du temps, avec la modification des habitudes des sociétés contemporaines. Un sommeil plus réparateur ? « J’ai été frappé par la banalité avec laquelle ces références revenaient », a-t-il expliqué dans les colonnes du Huffington Post américain. « Elles étaient utilisées comme si tout le monde savait de quoi il retournait ». « C’est ce qui m’a fait penser que ce phénomène n’était ni unique ni anormal », a-t-il ajouté. Roger Ekirch est formel, ce sommeil « biphasé » est plus naturel, donc plus réparateur. À lire aussi : Comment mieux dormir ? 8 signes que vous manquez de magnésium.

Minéral essentiel à notre organisme, le magnésium a de multiples fonctions et en manquer peut avoir de multiples répercussions sur notre santé. Pourtant et alors que les apports journaliers recommandés en magnésium sont en moyenne de 350 mg pour un adulte, l’étude SUVIMAX menée de 1994 à 2002 révélait que 77 % des femmes et 72 % des hommes ont des apports bien inférieurs. Vous pensez être en carence de magnésium ? Voici 8 signes qui peuvent le montrer. 1/ Spasme des paupières C’est l’un des signes les plus fréquents.

Crédit photo : samsonovs - thinkstockphotos.fr 2/ Fatigue Si vous êtes toujours fatigué, en particulier au réveil, il est possible que vous manquiez de magnésium. Crédit photo : Ana Blazic - thinkstockphotos.fr 3/ Crampes, contractures et fourmillement Des muscles qui manquent de magnésium sont des muscles qui fonctionnent mal. Crédit photo : kwanchaichaiudom - thinkstockphotos.fr 4/ Anxiété, irritabilité Crédit photo : Design Pics - thinkstockphotos.fr 7/ Difficulté à vous concentrer. Syndrome des jambes sans repos : nouveaux critères diagnostiques du DSM-5. Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est, selon le DSM-5 (1), un trouble sensorimoteur et neurologique du sommeil caractérisé par un besoin ou un désir de bouger les jambes ou les bras, généralement associé à des sensations désagréables généralement décrites comme des chatouillements, des fourmillements, des brûlures ou des démangeaisons.

Les symptômes du syndrome peuvent retarder l'endormissement et causer des réveils. Ils sont associés à une fragmentation significative du sommeil. Le DSM-5 a introduit des critères diagnostiques pour le syndrome des jambes sans repos. Celui-ci était classé, et très brièvement décrit, comme dyssomnie non spécifiées dans le DSM-IV. Voici ces critères (traduction libre de Psychomédia) : Jusqu'à 90 % des personnes ayant un diagnostic de syndrome des jambes sans repos ont aussi des mouvements périodiques des jambes pendant le sommeil, indique le DSM-5. Des variantes génétiques prédisposent au syndrome. Psychomédia Tous droits réservés. Dix mythes revisités sur le sommeil. Je n’ai pas fermé l’oeil de la nuit Beaucoup de personnes qui ont des problèmes de sommeil sous-estiment la durée de leur sommeil et surestiment le temps qu’elles mettent à s’endormir.

Elles sont souvent très préoccupés par leur sommeil et très attentives à leur fonctionnement diurne. Dès qu’elles ont une mauvaise nuit, elles appréhendent la mauvaise journée qui va suivre. Pendant la journée, elles auront tendance à se préoccuper exagérément de leur fonctionnement et à craindre de mal dormir. Le sommeil avant minuit est plus reposant Il semble qu’il s’agisse d’une tenace légende urbaine... peut-être inventée par des parents exaspérés. Dormir une heure de moins par nuit, ce n’est pas grave Une seule nuit écourtée n’occasionnera généralement que peu d’effets néfastes. Quand on dort, le corps fonctionne au ralenti Au contraire, il s’agit d’une période active et exigeante en énergie.

L’alcool aide à mieux dormir L’activité physique aide à mieux s’endormir C’est vrai, mais il faut nuancer. Le manque de sommeil a le même effet que le cannabis: il donne faim. A-la-une-pourquoi-il-faut-aller-se-coucher-avant-23-heures.1037350.2035. Apprendre à dormir en sept points. Sommeil, un art de vivre ! Mieux dormir : 7 conseils pour dormir comme un bébé - Bien dormir et vaincre l'insomnie. Nouvelle astuce pour vous endormir plus vite : sortez un pied de la couverture. Un corps sain pour un sommeil réparateur. Lumière anti-sommeil des tablettes, smartphones et liseuses : deux stratégies efficaces. INFOGRAPHIE. Les terrifiants effets du manque de sommeil. Fatigue chronique : vous ne buvez pas assez d’eau. Ces nouvelles entreprises qui s'attaquent au marché du sommeil.

La pleine lune perturbe le sommeil, montre une convaincante étude. Dormir son compte est gage d'une meilleure santé. IMMUNITÉ: Pour éviter de tomber malade, dormez suffisamment. Trois bonnes raisons de dormir davantage. Des anomalies cérébrales causeraient le syndrome de fatigue chronique. Les bienfaits. 10 catégories de troubles du sommeil et de l'éveil (DSM-5) Idée reçue : le sommeil avant minuit est plus réparateur. Fatigue et vie professionnelle : comment agir sur la qualité du sommeil - Management SST. The ultimate sleep sanctuary: Kokoon EEG headphones by Tim. Taranis, la protéine qui fait dormir. Une mauvaise nuit de sommeil fait vieillir plus vite. Durée réelle de sommeil : on dort plus qu'on ne le croit : Les 20 secrets extraordinaires de votre sommeil - Linternaute.

Réseau Morphée, un réseau de santé pour vous aider à mieux dormi. Le manque de sommeil affecte le corps jusque dans nos gènes. "Souvent les gens ignorent même qu'ils sont en manque de sommeil" Bien dormir, bien manger, bien bouger, bien respire et aimer... Association Française du Syndrome de Fatigue Chronique (ASFC) Naturopathie - Fatigue et stress, comment agir ? Adolescents : mieux dormir pour mieux apprendre. La sieste n’est que bienveillante envers vos capacités cérébrales. Le syndrome de fatigue chronique enfin diagnosticable? Comment le cerveau se nettoie pendant le sommeil. Les preuves des effets de la pleine lune sur notre sommeil. TEST. Quel dormeur êtes-vous ? Tests/ SOMMEIL & CONSCIENCE (sources) Jean du Chazaud - Le sommeil, les rêves et la glande thyroïde - Meta TV.

Cycles de sommeil, fatigue, dormir la nuit et pas le jour

Insomnie. Apnée du sommeil. Fatigué au réveil. Problèmes de sommeil : trucs.