background preloader

GRECE

Facebook Twitter

La nuit des dupes, une nuit qui dure depuis cinq ans et demi. D'habitude, je traduis (c'est ce que je fais pour gagner mon pain quotidien).

La nuit des dupes, une nuit qui dure depuis cinq ans et demi

Je ne dis pas ce que moi je pense. Mais, ce coup-ci, ce sera différent. Quoique, dans un sens, il s'agira de nouveau de traduire. Mais, ce sera traduire en mots tout un vécu. Celui de la journée du 13 et de la nuit du 13 au 14 août : le coup de grâce... Cela fait plus de cinq ans maintenant que je lis, j'écoute, je discute et me dispute, pour comprendre ce qui nous est tombé sur la tête, ici, en Grèce et, là, en « Europe ».

J'étais absente de Grèce entre 1982 et septembre 1990. Tout ça, pour planter le décor et dire que je ne parlerai pas en expert... Ainsi, les mesures d'austérité ont commencé à pleuvoir depuis cinq ans. Les mémorandums ont « avalé » un nombre non négligeable de gouvernements élus ou plantés par les bons soins de nos « partenaires » européens. Non, les Grecs n'ont pas accepté leur sort. La guerre psychologique fut menée (et l'est toujours) de manière magistrale. Comprends-moi bien. Plan B ? Quand la tragédie grecque occulte le secret des banques privées (où comment les banques privées ont refourgué leurs actifs toxiques à la Banque de Grèce*) Voici son article (30 juin 2015) : La Grèce affronte un problème colossal de dette publique et une crise humanitaire sans précédent.

Quand la tragédie grecque occulte le secret des banques privées (où comment les banques privées ont refourgué leurs actifs toxiques à la Banque de Grèce*)

La situation actuelle est infiniment pire que celle de 2010, quand la Troïka – le FMI, la Commission Européenne et la Banque Centrale Européenne – ont imposé leur « plan de sauvetage » au pays, qu’ils justifiaient par la nécessité de soutenir la Grèce. En réalité, ce plan a été un désastre complet pour la Grèce, puisque le pays n’a obtenu absolument aucun bénéfice avec les conventions d’emprunt mises en œuvre depuis.

Ce qui ne suscite aucun commentaire est qu’un autre plan de sauvetage, réussi celui-là, a été mis en place à cette même époque, en 2010, non pas pour sauver la Grèce, mais pour sauver les banques privées. Il y a, derrière la crise grecque, un énorme, et illégal, plan de sauvetage des banques privées. Après cinq ans, les banques ont obtenu tout ce qu’elles voulaient. (Source : Εισηγητική Έκθεση Απολογισμού και Ισολογισμού 2013 - p. 90. Notes. Facebook. Les Grecs n'ont pas à payer une dette qui n'est pas la leur. Aléa (moral) jacta est En effet, la crise de la dette Dette Dette multilatérale : Dette qui est due à la Banque mondiale, au FMI, aux banques de développement régionales comme la Banque Africaine de Développement, et à d’autres institutions multilatérales comme le Fonds Européen de Développement.Dette privée : Emprunts contractés par des emprunteurs privés quel que soit le prêteur.Dette publique : Ensemble des emprunts contractés par des emprunteurs publics. publique grecque est en réalité une crise générée par quelques grandes banques, en particulier françaises et allemandes, qui après avoir privatisé des profits conséquents, ont socialisé une bonne partie de leurs pertes, non moins conséquentes, par une manipulation digne des praticiens du jeu de bonneteau.

Les Grecs n'ont pas à payer une dette qui n'est pas la leur

À ce jour, 187 pays en sont membres (les mêmes qu’à la Banque mondiale). Argument fréquemment utilisé par les adversaires de l’annulation de la dette. La Troïka ou l’éloge du crime en bande organisée Notes. Grèce : C'est le moment d'agir ! (S. Kouvelakis, 22 juin 2015) Grèce, Europe, FMI : de quoi parle-t-on ? Les USA se font piétiner par les BRICS en Amérique du Sud.

Par Pepe Escobar – Le 23 mai 2015 – Source : Russia Today Tout a commencé en avril par une pluie d’accords entre l’Argentine et la Russie lors de la visite de la présidente Cristina Kirchner à Moscou.

Les USA se font piétiner par les BRICS en Amérique du Sud

Puis un ambitieux plan d’investissement de $53 Mds a été scellé lors de la visite du premier ministre chinois Li Keqiang au Brésil, premier arrêt d’une nouvelle offensive commerciale de la Chine en Amérique du Sud, qui comprenait une belle métaphore : Li voyageant à bord d’une rame de métro fabriquée en Chine qui circulera sur la nouvelle ligne qui sera inaugurée à Rio de Janeiro à la veille des jeux Olympiques de 2016. Où se situent les USA dans tout cela ? Nulle part. Peu à peu, mais inexorablement, les membres des BRICS que sont la Chine et, dans une moindre mesure, la Russie, sont parvenus à restructurer les échanges commerciaux et les projets d’infrastructure dans l’ensemble de l’Amérique latine. Géopolitiquement vôtre !